28 mars 1918

28 mars 1918

 

Il paraît à peu près certain, et je l’ai appris d’une façon sérieuse à l’endroit où tu nous a conduits hier, que Clemenceau avait en poche, à la veille de l’offensive, des propositions de paix qui auraient peut-être mérité l’examen. On s’y montrait assez coulant sur la question d’Alsace-Lorraine mais on demandait la liberté d’action en Russie. Si les choses tournent bien, Clemenceau pourra être consacré grand homme, mais si les événements sont fâcheux, il est à craindre qu’il n’y ait de terribles colères. C’est après avoir reçu ces avances qu’on a refusé de reconnaître les traites russo-allemandes.

Quant à l’unité de commandement, on raconte que Foch aurait fait au conseil de guerre un exposé tellement lumineux [1] que Douglas Haig aurait aussitôt retiré sa casquette et se serait incliné en avouant que, dans ces conditions, Foch n’aurait plus qu’à prendre le commandement [2]. Pétain lui-même aurait acquiescé.

Les rapports entre nos deux généraux seraient à l’heure actuelle tout à fait bons. Ils se seraient fait mutuellement des concessions et tout irait pour le mieux.

Amen.

Et

[1] Foch proclame : « Il n’y a plus un mètre du sol de France à perdre. Il faut arrêter l’ennemi là où il est. »

[2] Le général Foch est nommé généralissime des forces alliées sur le front ouest le 26 mars 1918 à la conférence de Doullens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.