27 mars 1918

27 mars 1918

 

Les nouvelles ne sont pas encore bien fameuses ce soir. Tu les connaîtras demain du reste. La marche sur Amiens se fait par trois routes. Sur chacune, on ne parvient pas à arrêter l’ennemi. Clemenceau voit dans l’arrivée des Allemands à douze kilomètres de la ville par Bray un motif de confiance car il a déclaré à la commission de l’Armée ce soir qu’on pourrait sans doute, si l’armée Foch arrive à temps, les prendre sur le flanc. En tout cas, c’est la bataille sous Amiens qui va décider. On escompte beaucoup une nouvelle Marne, on l’escompte trop. Mais la bataille sera sûrement là, et Clemenceau a ajouté héroïquement : On se battra dans les rues, voilà tout.

La réunion où je suis allé à 4h était une réunion de notre comité. J’ai cru arriver dans une maison d’aliénés. Henry Simond et Berthoulat m’ont paru être de simples fous. Tu ne te fais aucune idée de leur enthousiasme. La partie est gagnée ! La victoire est à nous ! C’est la plus belle chose du siècle ! Les Allemands sont arrêtés ! J’ai vu Mordacq à 10 h, s’écrie Berthoulat, il m’a confirmé tout cela, etc., etc.

Je fais timidement observer que les Allemands marchent toujours et qu’Amiens est très près d’eux, que la perte d’Amiens aurait bien quelque importance. Amiens, Amiens ne sera jamais prise, s’écrient mes deux toqués. Cependant, réponds-je, ils sont à Bray. Mais qu’est-ce que cela fait, nous sommes à Albert.

J’essaie de montrer que la coupure d’Amiens met Calais en péril. On se f… de moi. Calais et Boulogne sont si loin d’Amiens.

Jean Dupuy dit alors : Je suis tout à fait tranquille sur Noyon, je le suis beaucoup moins sur Amiens [1]. Je viens de voir mon correspondant qui a quitté la ville hier au soir et m’a fait part de ses inquiétudes. Les deux autres ne veulent rien entendre. Que veux-tu, c’est la victoire écrasante.

Hélas ! cette victoire, il faut l’espérer, car la défaite pourrait bien être irréparable, mais il faut d’abord que la bataille s’engage… Nous avons encore bien des angoisses à surmonter.

Après avoir entendu ces folies, j’ai écouté un homme de première intelligence qui s’appelle Keufer [2] et qui est à la tête du Syndicat du livre. Il venait se faire entendre sur différentes questions professionnelles.

Après la réunion, j’ai causé avec lui. Il fait partie d’une commission de prévision du chômage, prépare un rapport qu’il me soumettra. Ce Keufer est très sage, et si l’on savait se servir d’hommes comme cela, peut-être arriverions-nous à établir des relations moins aigües entre le capital et le travail.

Je t’ai parlé à mots couverts dans le téléphone des voyages du Tigre et je te disais que sa place n’était guère là où il allait. Les bruits avaient couru du remplacement de l’un par l’autre. Tu me comprends. On ne voulait pas humilier les Anglais et on n’a pas pris le plan proposé par qui tu sais et que je te montrerai. On en a préféré un autre. Malgré tout, les hommes restent à leur poste. L’avenir seul nous éclairera. Mais j’ai entendu des cris de rage d’hommes comme T.[3]

Gauvain m’a dit ce matin qu’il eût été impossible d’éviter ce coup de torchon. Laissant de côté la façon malheureuse dont il a débuté et ne se plaçant qu’au point de vue des événements, il estime que toute tentative faite pour aboutir avant cette liquidation eût lamentablement échoué et que les pourparlers auraient été fatalement rompus. Il n’y avait donc aucun moyen d’éviter cette effroyable collision que les Anglais, dont il faut ménager les susceptibilités, ont si mal commencée.

À toi.

Et

[1] Amiens est menacée, Noyon tombe. La bataille de Picardie dure jusqu’au 4 avril 1918.

[2] Auguste Keufer (1851-1924). Pionnier du syndicalisme, cofondateur de la CGT. Secrétaire général de la Fédération française des travailleurs du livre.

[3] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.