26 mars 1918

26 mars 1918

 

Mon vieux Pierre,

 

Bien que mes pauvretés ne soient guère de mise au milieu des inquiétudes qui nous étreignent, je veux cependant te citer un mot de Clemenceau qui fait la guerre, comme tu le sais. Moi, je fais la guerre, dit-il à tout bout de champ [1]. Voici la phrase, elle s’adressait à Maurice Muret au cours d’une entrevue qui eut lieu il y a trois jours et qui nous fut répétée par Muret lui-même : « Si la France tombe, je veux qu’elle tombe en beauté. » ! Vaudrait peut-être mieux chercher à ce qu’elle ne tombât pas.

L’affolement doit être assez grand à Paris si j’en juge par les coups de téléphone que j’ai reçus. Cela n’a pas arrêté. Et cette panique se produisant aux environs de Pâques, on ne se figure pas le nombre de gens qui étaient sur le point de partir pour Pau ou Biarritz et qui ont tout simplement un peu avancé leur voyage.

Ma femme trouve une amie à nous qui professe la plus grande bravoure et un dédain profond pour les âmes pusillanimes. Subitement très malade, son mari l’a suppliée d’aller se reposer quelque part à la campagne. C’est le cas, lui répond-on, d’aller dans la vallée de Chevreuse où vous êtes invitée. Non, non, je ne veux pas en ce moment imposer à ces amis la gêne de ma présence. J’irai près de Nantes [2] chez les Lareinty qui me le demandent, et je pars demain.

Un autre brave homme vient me demander un mot pour le préfet de Police [3] pour avoir des places sans trop attendre.

[pas de suite]

 

[1] Clemenceau prononce notamment son discours à la Chambre le 8 mars 1918 : « Je fais la guerre ».

[2] La famille de Lareinty est propriétaire du château de Blain (Loire-Inférieure).

[3] Le préfet de police est alors Fernand Raux (1863-19) depuis le 23 novembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.