25 mars 1918

25 mars 1918

 

J’attends les nouvelles, mon cher Pierre, j’en profite pour te faire un petit papier, sans aucun intérêt sans doute. J’ai eu une réunion tantôt rue de Châteaudun [1]et j’y ai vu des jusqu’au-boutistes qui sentent bien que les affaires sont mauvaises mais ne veulent absolument pas voir la gravité de la situation, Henry Simond, Berthoulat. Ce dernier a eu un mot admirable : « Cette offensive allemande [2], a-t-il dit, il paraît que c’est tout à fait l’offensive Nivelle. » Que veux-tu faire dans un pays où l’on peut entendre une chose pareille dans la bouche d’un homme qui se trouve parmi les directeurs de l’opinion ? Dupuy s’était rendu avec Clemenceau en voiture je ne sais où [3] et Clemenceau, qui partait pour le GQG anglais avec Poincaré et Foch, lui a dit les mots que je t’ai cités dans le téléphone.

Au cabinet du ministre de la Guerre ce matin, tout le monde était très sombre. Doctoralement, plusieurs d’entre eux déclaraient que la place du gouvernement était à Bordeaux, qu’il devait y rester et attendre la mise à pied d’œuvre de l’armée américaine. Polybe, m’a dit de Brinon, était tombé dans ses bottes et avait fait, hier au soir, un tel article qu’on l’a prié de le refaire, et cet article nouvelle manière a paru ce matin.

Donc, pour le moment, les choses seraient ainsi, Foch resterait définitivement à l’armée anglaise et Fayolle, sous l’autorité de Pétain, commandera le groupe d’armées opérant dans la Somme. Cela a commencé aujourd’hui et, d’après ce que l’on me disait tout à l’heure, ce rouage aurait fonctionné sans heurt. Espérons donc.

Je te signalerai une chose assez curieuse qui vint sur le tapis de notre délibération. Tu as vu la note comminatoire donnée aux journaux par Clemenceau, or les correspondants accrédités à l’armée anglaise avaient envoyé chacun un télégramme vérifié par la censure anglaise et portant l’estampille. La censure française a supprimé ces articles. On s’agite, on se démène, et voici comment le gouvernement a excusé cette suppression. Les Anglais estiment que la peinture des boucheries, du carnage, au lieu de refroidir les sentiments du peuple britannique, les surexcitent au contraire au plus haut point et amènent les engagements volontaires. En France, au contraire, cela produit l’effet contraire, d’où la saisie au passage des dépêches. Après des négociations, on a obtenu que deux officiers français seraient chargés de revoir toutes les communications anglaises, d’en discuter les termes afin d’obtenir des concessions réciproques. Mettre un peu plus pour les Français, un peu moins pour les Anglais.

Hébrard me reconduit en voiture. Nous causons, je lui dis mes inquiétudes et je lui confie que si nous réussissons à prendre le dessus il faudra se hâter d’en profiter… Je trouve Hébrard assez fermé, évidemment, ce que je lui dis ne lui plaît guère. Briand, me dit-il, a déjà voulu cela. Je réponds que je ne le crois pas. Briand a voulu persuader le public que l’empereur donnerait à la France, pour lui être agréable, l’Alsace et la Lorraine… Nous sommes loin du compte.

Dans la soirée, je suis revenu avec Emmanuel d’Harcourt. Je lui glisse à peu près la même phrase. Il a, lui, fort bien compris et me dit : Vous avez tout à fait raison, il y aurait un moment psychologique qu’il faudrait se hâter de saisir. À l’Union, tout le monde me demande des nouvelles, l’ambassadeur d’Italie [4], Wedel, Geoffray, etc. On a l’air anxieux. Passe d’Alsace en commandant. Vous êtes étonnant, à Paris, avec vos émotions, s’écrie-t-il. Venez donc dans les tranchées et vous comprendrez que tout cela n’est rien. Vous vous laissez tous abattre à la première nouvelle moins agréable. Allons, allons, ne vous frappez pas. Quelques instants après, j’ai vu qu’il était très au courant et que son air de confiance n’était que pour remonter ses collègues. Le gros Wedel, aux meilleures nouvelles que je donnais, m’interrogeait des yeux pour voir si j’étais sincère et semblait n’y pas trop croire. Ces Scandinaves neutres !

À toi.

Et

[1] 37, rue de Châteaudun, Paris, IXe, siège du Syndicat de la presse parisienne.

[2] Il s’agit de la bataille d’Amiens.

[3] Pendant ces événements, ont lieu deux réunions franco-anglaises, l’une à Compiègne (Poincaré, Clemenceau, Pétain, Foch, lord Milner), l’autre à Abbeville (Haig, sir Henry Wilson, général Weygand) au cours desquelles est envisagée l’unité de commandement.

[4] L’ambassadeur d’Italie en France est le comte Bonin-Longare depuis le 13 novembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.