23-24 mars 1918

23-24 mars 1918

 

Hier et aujourd’hui, je n’ai pas grand-chose à ajouter à tout ce que nous nous sommes dit. Je t’avais conté qu’hier, pendant le bombardement, j’étais allé déjeuner chez Lapérouse et notre repas, ponctué par les éclatements intermittents, fut cependant assez amusant. Comme je t’en ai fait part, Widor était venu un instant s’asseoir à ma table où je me trouvais avec Demaison. Il nous a beaucoup dit qu’il avait été un des auteurs de l’élection à l’Académie des beaux-arts de Michel, qu’il espérait bien qu’avec des gens comme notre collaborateur et quelques-uns encore on pourrait faire de cette section de l’Institut une Académie agissante et ayant une influence, Dieu l’entende ! Puis, il nous a parlé de son voyage en Espagne et des résultats qui aboutissent à la création d’une École française, l’École Velasquez, analogue à l’École de Rome. Il nous décrit l’endroit où sera placée l’école, il nous vante la bonne grâce du roi et, par le menu, nous détaille les grandes qualités d’Imbart de La Tour qu’il voudrait voir ministre. Tout cela, c’est pour arriver à une anecdote assez piquante qu’il nous conte au moment où la conversation roulait sur les gaffes de propagande commises par nos services officiels. Tu te souviens que Bréal fut arrêté et que l’on perquisitionna chez lui où l’on saisit une correspondance très compromettante avec tous les chefs révolutionnaires. On fit peur au gouvernement français en lui déclarant que Bréal serait fusillé. Naturellement, le pauvre Geoffray se précipita chez le roi, lui fit le plus grand éloge de Bréal et employa tous les arguments pour invoquer la clémence du monarque. Naturellement, il connaissait Bréal depuis des années, répondait de son honnêteté comme de celle de son frère, et faisait part au roi des sentiments personnels de vieille amitié qui l’unissaient au soi-disant conspirateur. Alphonse XIII écouta notre ambassadeur sans mot dire, et, quand Geoffray eut terminé son plaidoyer pathétique, il sourit tranquillement et sortit une lettre de sa poche qu’il tendit à l’ambassadeur. Cette lettre commençait par quelque chose dans ce goût-là : Ce gâteux de Geoffray ne veut pas telle ou telle chose, il faut attendre que cet imbécile soit parti pour, etc.

Tu penses si notre pauvre ami fit une tête. Il m’a raconté beaucoup de choses sur sa mission, mais jamais cette anecdote.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.