19-20 mars 1918

19-20 mars 1918

 

J’ai interrompu mon papier hier et je ne l’ai pas repris. Je t’y disais que j’avais pensé de nouveau à la conversation de Lytton et ses propos, en me revenant, ont précisé ses désirs dans ma tête. Si je l’ai bien compris, voilà ce qu’il désirerait voir sortir d’une entente avec Northcliffe. Ce serait une campagne menée des deux côtés du détroit montrant l’Angleterre, la prospérité de l’Angleterre, solidaire d’une France grande et forte. L’Allemagne ne pourrait, à la longue, qu’étouffer et dominer économiquement l’Angleterre qui a le plus grand intérêt à favoriser le développement de la France et surtout à ne pas lui voir subir une diminution quelconque. Ex : On prétend en Angleterre que la France, privée de charbon, ne peut être d’aucune aide pour les affaires anglaises, il y a donc intérêt à ménager l’avenir économique vis-à-vis de l’Allemagne. Pas du tout, faut-il répondre, l’Angleterre a un intérêt si puissant à s’appuyer sur la France qu’il faut au contraire lui fournir tout le charbon qui lui est nécessaire.

Toutes les questions de ce genre devraient être traitées dans la presse, et non seulement dans la presse mais dans des conférences au travers de l’Angleterre. Un homme important [1] devrait être envoyé à Londres pour plaider cette cause et il faudrait le choisir suffisamment bien pour qu’il en impose un peu à la Grande-Bretagne.

J’ai eu ce matin quelques nouveaux détails sur la façon dont Berthelot continue à négocier nos affaires extérieures. Après tant de cartes brûlées, il s’évertue à détruire les pauvres efforts que l’on tente pour sauver ce qui peut être sauvé en Russie.

Depuis les tristes événements bolcheviks [2], on a cherché à maintenir une Sibérie [3] russe d’accord avec les gouvernements japonais et chinois. Sur quoi s’appuyer ? On a pensé que ce devait être les voies ferrées et, parmi celles-là, l’Est chinois qui avait été poussé par le gouvernement russe et dont le paquet d’actions se trouvait entre les mains de la Russo-asiatique. Jusqu’à quel point cette banque était-elle liée avec la banque d’État russe, je ne sais, mais toujours est-il que le gage se trouvait entre ses mains et n’avait jamais été livré au gouvernement. Les cabinets japonais, chinois, français se mettent d’accord pour nommer le général Howart [4] gouverneur du Chemin de fer. Ce général, absolument sûr et fidèle, a la plus grande action en Sibérie. Grâce à lui on pouvait espérer maintenir une Sibérie russe en attendant un régime honorable et peut-être une restauration, c’est-à-dire gagner de temps les Allemands qui ne poursuivent que cela.

Tout est arrangé, on apprend avec stupéfaction que M. le comte de Martel [5], chargé d’affaires à Pékin, a déclaré que le gouvernement français se désintéresse complètement de la combinaison. Les représentants chinois et japonais ahuris, dans ces conditions, prétendent ne plus pouvoir continuer les négociations, et le général se retire à Shanghai. Le comte de Martel gérait la légation et Boppe était arrêté à Singapour ou à Colombo par la belle opération du Paul Lécat [6].

Les gens de la Russo-asiatique se précipitent au Quai d’Orsay pour demander ce que cela signifie. Pichon avoue qu’il a omis de prévenir ses bureaux de son accord avec la Chine et le Japon et que M. le comte de Martel, n’ayant pas connu cette entente, a continué la politique précédente.

Or, quelle était cette politique précédente ? Celle de Conty, l’ami intime de Berthelot dont je t’ai déjà parlé au moment de la formation du cabinet Pichon [7], et qui vient d’être envoyé à Copenhague [8]. Les instructions étaient de favoriser la Banque industrielle de Chine, création Berthelot, et de faire obstacle à tout ce qui se passerait en dehors d’elle. Je t’ai déjà parlé du rôle de cet établissement à la suite d’une conversation que j’ai eue avec Roume, la Banque industrielle de Chine s’opposant au renouvellement du privilège de la Banque d’Indochine. Par conséquent, ainsi que tu le vois, par ordre de Berthelot, les intérêts français, japonais ou autres, tout cela ne signifie rien. Ce qu’il faut c’est pousser la Banque industrielle, et pour cela on met dans la balance tout le grand jeu de la puissance politique. C’est du propre !

Ce qui n’empêche que le Philippe est tout puissant. Je tiens ces renseignements de première main.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Les Allemands entrent à Nicolaïevsk (Russie).

[3] Dans un memorandum confidentiel au gouvernement américain, le Japon déclare que, bien que préoccupé de la situation anarchique existant en Sibérie, il n’y interviendra qu’après complet accord avec les puissances de l’Entente et les États-Unis.

[4] Général Howart. Gouverneur du Chemin de fer de Sibérie.

[5] Damien de Martel (1878-1940). Diplomate. Chargé des fonctions de premier secrétaire à Pékin depuis le 30 juillet 1913.

[6] Cf. lettre du 27-28 février 1918.

[7] Cf. lettre du 20 novembre 1917.

[8] Alexandre Conty (1864-1947). Diplomate. Il est nommé envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de France à Copenhague le 13 janvier 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.