17-18 mars 1918

17-18 mars 1918

 

Je parlais hier au soir avec quelqu’un que tu connais, généralement bien placé pour savoir les choses de cette offensive dont on nous avait donné la nouvelle à l’Intérieur et qui ne paraît pas se confirmer. Le quidam m’avait répondu qu’il ne l’avait pas entendu dire mais que c’était fort possible. En tout cas, si elle se déclenche, il est probable que Reims sera prise. La ville n’est, somme toute, qu’à mille sept cents mètres des Boches et s’ils veulent la prendre ils le peuvent, mais là on peut les tenir, à moins qu’ils n’arrivent à neutraliser notre artillerie qui est tout entière agglomérée au même endroit, les canons se touchent. Il suffirait que les Boches jettent de ces obus asphyxiants pour paralyser nos batteries pendant trois ou quatre heures. Cela suffirait pour qu’ils se portassent en avant. Il faudrait cependant les empêcher de prendre pied sur le plateau car, là, cela pourrait devenir mauvais. Tout ça c’est un peu de l’hébreu pour moi, mais tu dois être tout à fait familiarisé avec le pays. Le personnage en question est persuadé que les Anglais prendront une tape, que cela ne peut pas être autrement.

Le baron de Wedel me dit qu’il est de plus en plus certain que des propositions ont été faites à Washington, et des propositions sérieuses. Ce serait même à cause de cela qu’ils auraient envoyé leurs avions sur Paris. Et il ajoute : Que voulez-vous, c’est leur manière, ils ne peuvent rien faire sans vous montrer les poings.

Wedel nous dit encore : Militairement, les Allemands n’ont pas remporté une seule victoire et ils n’en remporteront dans l’avenir pas plus que par le passé. Tout ce qu’ils ont obtenu, c’est avec leur or, avec la corruption. Après avoir fait sauter la Russie, ils espèrent faire sauter d’autres pays. La Russie a lâché peut-être, dans quelque temps, espèrent-ils que ce sera une autre nation de l’Entente. Il paraît néanmoins difficile qu’ils ne fassent pas quelque chose, ils l’ont trop annoncé et avec trop de fracas.

Ce matin, je suis allé à la messe Charles-Roux [1] et, en en sortant, je rencontre le plus beau des comtes de Fels. Il me dit : Eh bien, je suis donc brouillé avec les Débats, n’aurai-je jamais rien sur mon livre ? Je lui réponds : Aux Débats vous êtes très aimé mais personne ne veut rien faire sur votre œuvre, cependant, je suis arrivé à en décider un et vous verrez cela un de ces jours. Je m’avance peut-être un peu car je n’ai qu’une demi promesse. Bégouen a vaguement consenti à condition qu’il puisse dire que ce n’est pas du tout son avis. Si cet idiot de Fels avait voulu réellement prendre une place, il devait se laisser attaquer et non pas insister pour qu’on lui fasse quelque chose à la guimauve. C’est la discussion qui vous pose et vous fait prendre au sérieux.

Je vais avec Bonnet, le directeur du Suez, jusqu’aux Champs-Élysées. « Deschanel, me raconte-t-il, a voulu autrefois créer une société franco-britannique dont il est le président. Il m’avait absolument talonné pour que je me mette à la tête de cette chose-là qui, ma foi, a assez bien réussi. Je suis arrivé à grouper là des personnalités assez importantes. Nous allons avoir une réunion un peu plus solennelle et Deschanel devait y parler ainsi que le ministre du Commerce. Nous avons demandé à l’ambassadeur Bertie de bien vouloir prendre la parole mais Bertie a refusé. Comme je le disais à Deschanel, celui-ci s’écrie : Comment, Bertie ne viendra pas, alors c’est inutile que je parle, je vais le téléphoner à Clémentel pour qu’il ne se dérange pas. Permettez, lui ai-je dit, c’est vous qui avez demandé à créer ce groupement, vous lui devez un encouragement d’autant qu’il a fait d’assez bonne besogne dans un but absolument désintéressé. Alors il a promis de parler. »

Comme c’est bien nos politiciens. Une œuvre n’est bonne qu’en tant qu’elle sert à leur réclame personnelle.

Longue visite de Lytton, toujours très intéressant. Il a paru regretter que je n’aille pas à Londres bien qu’il convienne avec moi que, depuis notre dernière conversation, les choses se soient un peu améliorées. Il me fait cependant un portrait assez curieux de Beaverbrook. C’est un arriviste forcené. Il voit, lui aussi, beaucoup moins le succès de ce qu’il patronne que son propre succès. Il a admirablement réussi au Canada, il veut réussir de même en Europe. Pour le moment il est pour la France, mais dans l’avenir on ne peut pas savoir ce qu’il sera. Si ses intérêts sont avec l’Allemagne, il ira à l’Allemagne. Il a une énorme fortune, tient beaucoup de choses et de gens, et Lytton tient de la bouche même du rédacteur en chef de son journal, un Juif nommé Blumenfeld [2], le propos suivant : « Plus tard il nous faudra bien faire un traité économique avec l’Allemagne. » Et si Blumenfeld dit cela, c’est qu’il exprime les idées du patron. Il faut donc tâcher d’avoir avec soi la presse Northcliffe. Ce dernier aime la France qu’il admire depuis qu’il a visité le front.

Je fais observer à Lytton que les journaux Northcliffe, Times, Daily Mail n’ont peut-être pas une influence aussi considérable qu’il le croit. Ils ont tout de même une très grande force, me dit-il. Voyez, du jour où ils ont attaqué Robertson, celui-ci est tombé comme une pierre. Et autrefois, rappelez-vous Kitchener.

Nous parlons de l’offensive [3]. Militairement, me dit-il, il faut y croire car tout a été préparé pour cela. À moins que ce ne soit du camouflage, mais ce serait un camouflage bien étendu et bien complet, le déclenchement paraît devoir être Arras-Cambrai. Du reste, reprend-il, on dit bien que les affaires russes ont redonné du ton aux Allemands. Peut-être à la nation, mais que pense l’homme de la tranchée, le Fritz ? Tous les coups de sonde que donnent nos ennemis en ce moment ne sont guère réussis. Le prix de quatre ou cinq prisonniers leur occasionne des pertes considérables, tandis que nous, chaque fois qu’on y va, on enlève la tranchée et on ramène trente, quarante prisonniers. Quant à nos avions, c’est un moment comme cela, ils ont la chance, ce ne sont que succès sur succès. (Que ne pouvons-nous en dire autant). Lytton me dit aussi que, depuis le 1er mars, on a travaillé d’une façon extraordinaire et que tout a été transformé dans ces dix-huit jours. Le moral de l’armée anglaise est admirable et le moral allemand semble inférieur au sien. Alors.

À toi.

Et

[1] Jules Charles-Roux (1841-1918) meurt le 6 mars 1918 à Paris d’une pneumonie. Il est enterré le 13 mars 1918 à Marseille. Une messe est dite le lundi 18 mars à 10 h 30 en l’église Saint-Pierre-de-Chaillot. [Journal des Débats, 17 mars 1918].

[2] Erwin Blumenfeld (1897-1969). Anglais. Journaliste. Reporter photographe.

[3] Un coup de main français a lieu dans la région d’Avaucourt afin de déterminer les intentions ennemies, et un coup de main allemand se produit au sud de Beaumont (Meuse).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.