6-7 mars 1918

6-7 mars 1918

 

J’ai vu tant de monde hier, mon cher Pierre, que tout ce que j’ai entendu est en salade dans ma tête et que je crains bien de ne pouvoir extraire de ce capharnaüm quoi que ce soit d’intéressant. Il faudra le hazard de la conversation pour que tout cela me revienne.

Dans la matinée, j’ai causé avec Bérenger, le sénateur qui revient de Londres où il est allé pour s’occuper des questions d’essence, etc. Il a trouvé les Anglais préparant avec énergie leurs projets d’après-guerre, voulant faire le pool pour toutes les substances dont il était venu traiter comme délégué parlementaire. Ils veulent, ajoute Bérenger, être le grand marché mondial dans l’avenir. Notre sénateur prétend qu’il s’est mis en travers et a résisté absolument. Tant mieux, car, jusqu’ici, tous les Guernier et autres envoyés ont toujours tout cédé. Je demande à Bérenger s’il a causé avec quelques-uns de ses collègues au sujet de l’affaire Malvy et s’il a recueilli quelques impressions. J’arrive hier seulement, me dit-il, je n’ai donc pu encore me rendre compte. Mon rapport terminé, je l’ai remis au président qui aurait voulu que je continuasse à m’occuper de l’affaire, mais j’ai refusé estimant que je n’aurais pu que gêner l’instruction. Il me semble que Bouchardon est en train de chercher la piste pour attraper Ladoux et Leymarie. Avec beaucoup de prudence, il les entoure petit à petit. Et ces gens-là ont tout simplement voulu s’approprier les fonds de police mis à leur disposition. Ils n’ont pas voulu que les grosses sommes qui passaient par leurs mains ne leur fussent pas en partie attribuées et ils se les adjugeaient.

D’autre part, Bégouen, rentré depuis quelques jours, travaille le dossier Malvy avec son sénateur Pérès. Il nous dit que c’est absolument écœurant et que les pères conscrits sont scandalisés. Quant à la trahison proprement dite, il ne semble pas qu’il y ait toujours grand-chose mais, ce qu’il y a de certain, c’est que Daudet a brûlé plusieurs de nos meilleurs agents dont on déplore la perte aujourd’hui.

J’ai eu à mon assemblée une petite conversation avec Renaudel auquel j’ai demandé son opinion intime sur le pacifisme en Angleterre. Il a été un peu vague mais n’a pas paru donner tout à fait raison à nos craintes au sujet du Labour Party. Un symptôme inquiétant chez Renaudel, c’est qu’il me dit que les choses ne pourront s’arranger qu’avec la révolution en Allemagne… La révolution en Allemagne… Le virus n’est peut-être pas encore bien développé. Je me réfère au discours de Cohen que L’Humanité avait publié le matin et qui est fort intéressant, mais quelle portée peut-il avoir ? Je ne désirerais pas, reprend Renaudel, que la presse chez nous en fît trop état. Il faut éviter de compromettre ceux qui mènent la campagne. Il faut les observer sans manifester approbation ou désapprobation. Renaudel a tout à fait raison sur ce point.

Le soir, j’ai eu un dîner qui n’a pas manqué d’intérêt à l’Union, invité par Sommier [1]. C’était la cinquième ou sixième invitation que ce brave garçon me faisait. Trouvé là Barante, Desplas [2] le ministre, Dervillé, Marin, Wendel, Cambefort [3].

Avant le dîner, je causais avec François et je lui disais non pas mes raisons de croire mais mes raisons de douter, lorsque Marin est arrivé. « Venez donc un peu lui remonter le moral », a dit François. Aussitôt Marin s’approche et, de suite, me déclare que nous sommes menés par des idiots, etc., etc. De la part de l’optimiste et enthousiaste député cela m’a étonné. J’ai dit : du premier coup il réussit à me remonter. Tu vois que c’était réussi.

Après le dîner, j’ai assez longuement causé avec lui. Il m’a demandé si je voyais souvent Pichon, qu’il avait constaté chez le ministre un affaiblissement graduel et inquiétant. Il l’avait vu la veille complètement désarçonné, se plaignant, sur le ton d’un enfant qui va pleurer, de l’impossibilité où il était de pouvoir travailler avec la masse d’occupations de toute nature qui l’accablait. Il lui montrait sur sa table des papiers, des dépêches, des documents. Il y a là les choses les plus importantes et je ne puis arriver à répondre. Marin fut obligé de le remonter et de lui dire : Mais faites donc travailler vos bureaux, vous avez des directeurs, contentez-vous donc de voir les choses et d’imprimer vos désirs. Marin fut très péniblement impressionné de son entrevue et en augura mal de nos destinées diplomatiques. Avec énergie, il me fit le procès de la politique suivie par le gouvernement au point de vue japonais. Là, le brave Marin nage dans l’illusion. Il est un de ceux qui ont cru que les Japonais avaient offert leur intervention et le blocage de la Russie par l’Oural et la Caspienne. Ce serait un Japonais qui serait venu lui dire cela. Et la France aurait refusé, alors que les Japonais se faisaient fort, en un mois, de débarrasser la Russie. Je lui ai demandé s’il tenait cela de l’ambassadeur, il m’a du reste répondu que non mais qu’évidemment ce propos devait venir de l’ambassade, le quidam l’ayant tenu en sachant ce qu’il faisait et certainement envoyé. Je ne lui ai caché ni mon étonnement ni mon incrédulité.

J’ai assez longuement causé avec Dervillé sur l’état d’esprit des cheminots, sur les régions traversées par le réseau et sur une foule de questions économiques. Il m’a donné un détail fantastique, c’est que nous étions obligés d’envoyer aux Italiens mille cinq cents tonnes de charbon par jour. Ne trouves-tu pas cela formidable ? J’abandonne toutes ces histoires pour t’en raconter une bien plus intéressante.

Je viens de recevoit la visite d’un X, je te dirai qui [4]. Sache seulement qu’il a un poste en Suisse où il est à même de tout voir. Il me raconte la formidable campagne pacifiste organisée par les Allemands et qui se fait avec l’espoir que la révolution éclatant en Suisse ne tarderait pas à gagner la France. Les Allemands dépensent des sommes considérables pour mener cette affaire dont Guilbeaux [5] est le centre. Ils ont pour eux beaucoup d’éléments, d’abord des révolutionnaires italiens, les déserteurs russes au nombre de deux mille environ, la cherté de la vie, un tiers environ des soldats suisses qui sont las de la mobilisation et spécialement les paysans qui ne veulent plus être ainsi appelés constamment.

Tous ces gens-là, à l’instar des Russes, veulent établir un gouvernement, soldats, ouvriers, paysans, et on a découvert des centaines de mille de placards tout prêts cachés dans les caves de l’imprimeur des révolutionnaires.

Le gouvernement s’en inquiète mais il n’a pas les forces voulues pour mater le mouvement. Il croit devoir à son républicanisme de ne pas avoir de police et de gendarmerie ou du moins ces deux organismes très réduits. Une insurrection, par exemple, éclaterait à Genève, il y a juste cent cinquante agents. Les révolutionnaires s’empareraient, par exemple, en une nuit du Conseil d’État, feraient sauter le chemin de fer et voici Genève isolée et livrée à la terreur.

C’est du reste ainsi que les révolutionnaires procéderaient. Ils isoleraient toutes les villes. Dans leur plan, Genève, Berne, Lausanne, Lugano, Bienne, etc., devaient être ainsi conquis. On s’attendait à une tentative en février, ils ont annoncé que la partie était remise au 1er mai. Donc, la révolution est parfaitement possible en Suisse et l’on n’en est pas encore délivrée.

Comme nous parlions de cela, j’ai demandé à mon monsieur si ce jeu n’était pas très dangereux pour les Allemands eux-mêmes. Eux ne le croient pas, me répondit-il, car je connais beaucoup un Danois, M. de Holstein [6], qui a longuement causé avec Erzberger et ce dernier a exposé tous les plans avec la plus parfaite tranquillité sur l’Allemagne. C’est ici que je te prie de me lire avec attention.

  1. Erzberger, quelques jours avant le Comité de Versailles, a fait tenir par M. de Holsteinles propositions suivantes en priant qu’elles fussent placées sous les yeux de M. Clemenceau (cela a été fait).

L’Allemagne proposait – 1° L’évacuation de la Belgique et paiement de la moitié des dommages. 2°Évacuation de la France et cession de quelques communes lorraines où l’on parle français contre la rétrocession des colonies. 3° Évacuation de la Serbie et paiement des frais par moitié.

(Mon homme ne m’a pas parlé de l’Italie.)

Si la France n’acceptait pas ces conditions, c’était l’offensive générale. L’Allemagne sacrifierait un million d’hommes mais elle imposerait la paix.

Quelques jours après sont arrivées les déclarations de Versailles et, depuis, les succès en Russie ont dû modifier le point de vue allemand.

Tout à l’heure, de la préfecture où l’on ne savait pas si l’offensive était réellement commencée, on me dit que les Allemands comptent faire la ruée sur Paris, comme en 1914.

Il me revient en mémoire d’autres détails, mais ma lettre est déjà trop longue. Je souhaite que la hâte avec laquelle je griffonne ne l’ait pas rendue inintelligible.

Ton vieil

Et

[1] « Dîner à l’Union offert par Sommier réunissant Desplat [sic], Touron et Marin qui ont rompu des lances sur la question des dommages de guerre. Touron, très brillant, a assez malmené l’ancien ministre que j’avais souvent vu plus en forme. » François de Wendel, Journal, 6 mars 1918.

[2] Georges Desplas (1856-1922). Homme politique. Député radical de la Seine.

[3] Charles Cambefort (1858-1935). Administrateur du Comptoir national d’escompte.

[4] Non identifié.

[5] Henri Guilbeaux (1884-1938). Journaliste. Socialiste, anarchiste. Collabore sous son nom ou sous le pseudonyme de James Burkley au Gil Blas, à L’Assiette au beurre, au Mouvement anarchiste. En juillet 1915, il se rend à Genève et, grâce à Romain Rolland, il devient un des secrétaires de la section civile de l’Agence internationale des prisonniers de guerre, et participe à ce titre à la conférence de Kienthal (1917). Il participe en Suisse à des congrès pacifistes et des réunions bolcheviques. Les services français le font arrêter pour nuisance à la neutralité suisse, mais la justice suisse le relâche en le priant de quitter le pays. Il se réfugie alors à Moscou en 1918. Le conseil de guerre de Paris le condamnera à mort par contumace le 21 février 1919 pour intelligence avec l’ennemi.

[6] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.