27-28 février 1918

27-28 février 1918

 

Je n’ai pas eu littéralement une minute hier. J’ai passé une de ces journées absurdes qui consiste à voler d’un endroit à un autre, d’une réunion à une seconde sans profit pour rien ni pour personne. Je t’ai beaucoup regretté au dîner d’hier au soir qui ne fut pas très nombreux et où le père Milewski t’a réclamé avec insistance. À propos de Milewski, je l’ai, d’accord avec Wendel, invité pour vendredi au Meurice. As-tu lu son article du Correspondant signé d’un pseudonyme polonais ? Il est tout à fait remarquable.

J’ai fini par ne pas aller à Londres à cause du silence bizarre de Northcliffe. J’ai encore consulté Gauvain hier et il m’a de nouveau dissuadé de partir sans un mot de Northcliffe. Il trouve que le but est disproportionné avec l’importance du voyage. Du reste, il doit voir aujourd’hui ou demain un ami intime de Steed envoyé par le rédacteur en chef du Times. Il le questionnera avec discrétion et me donnera le résultat de la conversation. Quoi qu’il en soit, je me tiens toujours prêt, mais je désirerais que ce soit remis maintenant de quelques jours, ma semaine devant être plus que chargée.

J’avais su, dès hier au soir à 6h, que le Japon était décidé à faire quelque chose [1]. Le Temps lui prodiguait du reste les encouragements. Gauvain n’a pas voulu faire d’article avant de savoir quels sont les véritables projets des Nippons. Il trouve la presse bien imprudente de sembler ainsi demander aux Japonais d’arriver à Vladivostock avant les Allemands comme si ces derniers pouvaient y aller en trois sauts et comme s’ils pouvaient envahir la Sibérie. D’autre part, il faudrait savoir si les Japonais, en prenant leur sécurité, ne supprimeront pas par ailleurs ce qu’ils font ou devront faire pour les Alliés. Les États-Unis les retiennent tant qu’ils peuvent. Ils avaient toujours été hostiles à une intervention japonaise mais sans trop le manifester. Aujourd’hui que cela devient une réalité, ils se découvrent. Il n’y a donc pas lieu pour la presse d’exulter et de considérer l’action japonaise comme une efficace coopération à l’œuvre de l’Entente.

Roume, l’ancien gouverneur général avec qui j’ai causé ce matin, revient d’Espagne où il s’est trouvé pendant les élections. Contrairement à ce que l’on avait présumé, elles n’ont guère été troublées mais le résultat n’en est pas fameux. Il a vu Thierry qui paraît assez satisfait de son sort. Il a entamé des négociations d’ordre économique qui restent accrochées par la lenteur espagnole. C’est cette lenteur qui désole notre ambassadeur.

Des nouvelles d’Angleterre : – L’affaire d’Irlande [2] ne marche pas et l’on s’attend à l’avortement de la Convention. En effet, à moins d’un miracle d’ici à trois ou quatre jours, elle se dissoudra sans avoir trouvé une solution. Ce sera le gâchis dans la verte Érin. Que fera le gouvernement ? Les uns disent qu’il sera forcé de prendre l’initiative et d’imposer une solution à l’Irlande. Ce serait dangereux. Mais d’un autre côté, les choses ne peuvent rester dans l’état où elles sont.

En attendant, les Sinn Féiners s’amusent, ils réquisitionnent la terre et les vivres, à Dublin même, l’autre jour, ils ont saisi un troupeau de porcs et ont fait abattre les animaux pour empêcher l’exportation en Angleterre de nourriture qui doit, selon eux, rester en Irlande. Il y a partout une effervescence extraordinaire.

Le fait important de la semaine est que les socialistes travaillistes belges, français et italiens se sont mis d’accord sur les buts de guerre du Labour Party très peu modifiés. La base même de leur accord n’a qu’une importance secondaire ; le point capital est qu’ils se sont mis d’accord et qu’ils paraissent très décidés à ne pas permettre que cet accord soit rompu ni même affaibli. Il est probable que les gouvernements tâcheront de diviser les socialistes, ce qui rendra inévitablement leur accord plus solide encore. Il y a longtemps que tout le monde prévoyait cela, sauf les gouvernants de l’Entente qui en sont toujours à un siècle en arrière.

On commence aujourd’hui l’expérience du rationnement à Londres et dans les comtés adjacents. Dans quelques jours nous saurons comment cela a fonctionné.

Nous avons eu des nouvelles de Boppe parti pour la Chine à bord du plus beau paquebot des Messageries. À l’heure où Boppe nous écrivait, il était en panne à Colombo avec les sept cents passagers embarqués avec lui. Le Paul Lécat avait reçu l’ordre de mettre tous ses passagers à terre et de s’en aller chercher du manganèse je ne sais où. Que dis-tu de cette organisation ? Voici le paquebot le plus important transformé en cargo et tous ses voyageurs attendant qu’un bon vent leur amène des bateaux pour les emmener. C’est inimaginable.

À toi.

Et

[1] Le 8 février 1918, dans un memorandum remis à l’ambassadeur britannique, le secrétaire d’État Lansing fait connaître son hostilité à l’idée d’une intervention collective ou isolée du Japon en Sibérie.

[2] A la suite de l’agitation en Irlande, des renforts sont envoyés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.