26 février 1918

26 février 1918

 

Dear old man,

 

Encore rien de Northcliffe. Gauvain continue à être d’avis que je ne parte pas. Qu’en penses-tu ?

Causé assez longtemps avec le baron de Wedel. Il ne m’avait pas parlé en l’air l’autre jour, car à peine m’a-t-il vu qu’il me dit : Vous vous rappelez ce que je vous disais [1], j’en ai une quasi-confirmation et je crois que c’est vrai. Il s’agissait, si tu t’en souviens, d’une sorte d’offensive diplomatique des États-Unis à Berne pour mettre les Allemands en demeure de faire la paix. Wedel reste sceptique au sujet de l’offensive. Il se demande si elle se fera, les Allemands comprenant qu’un échec pourrait être définitif. Comme nous causions de l’état d’esprit des Allemands, il me dit : « Dans le fond, nous ne savons rien, pas plus que les Allemands ne sont renseignés sur ce qui se passe, ce qui se dit ici. Je viens de recevoir une grande lettre de mon ancien conseiller qui est maintenant conseiller à Berlin, il me raconte que les conversations autour de lui n’ont trait qu’aux affaires Caillaux, à la corruption qui règne en France et on ne s’entretient que de l’affreuse misère, de la décomposition complète de la France. Alors vous voyez, ajoute Wedel, ce que nous devons penser de tous les propos qui circulent sur l’état de l’Allemagne. »

Gaiffier arrive sur ces entrefaites et nous dit que l’on ne s’imagine pas la masse de troupes accumulées en Belgique. De tous petits villages contiennent dix à douze mille hommes. Chaque maison regorge de soldats allemands. Pour lui il n’y a pas de doute, l’état-major va faire un gros effort qui sera dirigé sur Dunkerque et Calais. Mais les Allemands attaqueront du côté de Cambrai car, plus au nord, il n’y a qu’un court espace de sept à huit kilomètres libre d’inondations, et une attaque sur ce point serait vouée d’avance à l’insuccès, les troupes engagées dans ce couloir seraient fatalement écrasées. Le Kronprinz, qui est toujours à Charleville [2] quasi brouillé avec son père, sort beaucoup (c’est Gaiffier qui parle), va prendre le thé chez les uns et les autres et serait très adulé par la partie féminine du pays, même française. Il causerait volontiers et s’épancherait sans crainte. Il dit couramment que l’effort allemand sera si important que le front anglo-français ne pourra résister et que la paix ne saurait tarder à être signée après le grand succès remporté par les armées allemandes.

Wedel me questionne alors et me demande si l’on ne parle pas d’offensive de notre côté. Je lui réponds que je n’en sais absolument rien.

Tantôt je rencontre mon jeune serin [3], dont je t’ai parlé quelquefois déjà, qui a suivi Cochin dans ses différentes incarnations et qui est un reflet assez exact des idées de ce milieu. Du plus loin qu’il me voit, il lève ses bras au ciel. Comme tout va mal, me dit-il, la Russie, etc. Il est grand temps que Briand revienne au pouvoir. Il n’y a que lui qui puisse nous sortir d’affaire ! Je lui colle aussitôt une douche cinglante qui le laisse ahuri et lui coupe la respiration. Malgré tout, une fois revenu à lui, il me demande si je crois que le cabinet Clemenceau en a pour quelque temps encore. Évidemment, le côté Briand, Cochin, etc. guette la chute. Cochin doit avoir des promesses mais il n’est pas le seul. Il y a certainement un tiers de la Chambre à qui l’on a promis portefeuilles ou demi portefeuilles.

Pépin-Lehalleur [4] m’a envoyé une note rédigée avec soin, finesse et prudhomesque majesté pour poser la question au sujet des malheureuses valeurs qu’il a envoyées à l’étranger. Le pauvre ! Il demande comment il peut se faire que lui, bon Français, s’étant toujours bien conduit, etc.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 22 février 1918.

[2] Le Kronprinz, Frédéric-Guillaume de Prusse (1882-1951), commande les Hussards de la mort au Mort-Homme près de Verdun et a son quartier général à Charleville (Ardennes).

[3] Il s’agit d’Henry de Montardy. Cf. lettres des 12 août 1916, 25 avril 1917, 18 octobre 1917.

[4] René Pépin-Lehalleur (1866-1928). Agent de change.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.