25 février 1918

25 février 1918

 

La dépêche de l’arrivée de Jonnart à Alger est parvenue hier au soir. On était quasi sans nouvelles de lui. Il avait quitté Paris il y a eu jeudi huit jours et devait s’embarquer le samedi suivant. Nous apprenons tout à coup, après une longue période de silence, qu’il est à San Salvadour et que le départ n’a pu être effectué à cause de l’état de la mer qui ne permettait pas le convoyage. Je crois bien que l’état de la mer était pour peu de chose dans cet ajournement et que ce devait être l’état sous-marin qui laissait à désirer.

Je suis allé hier au soir trouver Gauvain et le mettre au courant de mes affaires anglaises sans lui dire naturellement le nom de mes informateurs. Je reste très perplexe car je n’ai reçu aucune réponse de Northcliffe et je ne me soucie pas d’aller à Londres pour tomber dans le vide, d’autant que Northcliffe est assez changeant. De plus, une lettre de Londres m’avait mis un peu la puce à l’oreille. On m’y disait, et je crois te l’avoir répété, que Beaverbrook [1], un des hommes les plus dangereux en ce moment, était un mousquetaire de Northcliffe.

J’ai donc mis Gauvain au courant de tout cela. Il n’est pas d’avis que je parte sans avoir une réponse de mon homme. S’il ne répond pas, il me conseille plutôt dans quelque temps d’aller causer avec Steed qui est l’âme véritable du Times. C’est Steed, très dévoué à l’entente franco-anglaise, qui pourra le mieux faire la besogne que je lui demanderai.

Gauvain n’est pas étonné de la révélation que m’a faite mon visiteur. Il y a un courant très fort dans l’ancien gouvernement, sinon en faveur des Allemands, du moins en faveur de la reprise des affaires. Asquith, au dire de sa propre femme, a triplé son revenu grâce à la banque allemande, il ne saurait donc être très profondément hostile.

Comme moi, Gauvain trouve que la conférence socialiste de Londres [2] a été plus modérée que nous ne l’avions pensé et les résultats semblent donner raison à tout ce que m’avait dit depuis des mois mon correspondant. Cependant, si l’homme en question est venu me parler et désire tant garder l’anonymat, c’est qu’il est peut-être plus au courant des menées politiques qu’il ne le laisse entendre et qu’il veut en écarter les dangers.

En tout cas, il reste convenu que j’attendrai encore quelques jours pour voir si lord Northcliffe donne signe de vie et, s’il ne le fait pas, je m’aboucherai avec Steed que je connais du reste très bien.

Je questionne alors Gauvain sur les paix successives que signent les Allemands et je lui fais part de mes alarmes. Il m’a paru croire lui-même à la marche de la paix. Voici déjà trois paix signées, Russie, Ukraine, et on peut dire Roumanie. Il faut s’attendre à de sérieuses tentatives de l’Allemagne chez les trois puissances belligérantes, Angleterre, Italie, France. Le malheur, me dit Gauvain, c’est que les Alliés ne sont d’accord sur aucun point. Cela revient à ce que j’ai toujours dit : nous avons été incapables de préparer la guerre, nous le sommes aussi de préparer la paix. De sorte que nous arrivons à ce moment psychologique sans savoir ce que nous voulons et sans avoir rien précisé.

Gauvain m’a paru être dans les idées les plus sages et envisager la situation telle qu’elle doit l’être après les événements de l’Est qui sont, quoi qu’on en dise, un facteur grave contre nous. Plaise au ciel qu’il ne s’y en ajoute pas d’autres, c’est à cela que vont tendre tous les efforts boches, et l’Italie est bien menacée.

Ce n’est pas qu’à Saint-Étienne que l’on constate un travail démolisseur dans les milieux ouvriers. Des troubles graves viennent d’éclater à Brest dans l’arsenal. La censure nous a donné l’ordre de n’en pas souffler mot. Évidemment, la censure a raison d’empêcher la divulgation mais le silence ne guérit pas le mal.

Nous discutions tout cela ce matin à la rédaction et Dietz me dit : Vous avez sans doute raison mais je ne crois pas qu’il y ait possibilité, pour un gouvernement quel qu’il soit, de signer une paix qui serait simplement la consécration du statu quo ante. Hélas oui, ai-je répondu, ce seront les syndicats qui y procéderont.

Dans la conversation avec Gauvain, nous avions agité les conditions possibles de paix avec la Roumanie, et notre collaborateur me disait que, si les Allemands avaient de la psychologie, ils ne se montreraient pas trop durs pour les Roumains et ne demanderaient la Dobroudja que jusqu’au bras de Saint-Georges pour les Bulgares. Les Roumains ont fait demander à notre ami par Antonesco [3] de faire une étude sur la question du Danube car eux la connaissent mal. Gauvain me dit qu’il lui apparaît bien difficile de se mettre à cette étude si les Allemands procèdent par injonctions. Il n’est que trop certain que ce sera leur manière.

On a arrêté aujourd’hui un tas de femmes. Lavallière, ce n’est pas certain, mais on a écroué Suzy Depsy, la baronne d’Arlix, Clara Tambour [4]. Depsy était la femme d’un sergent que l’on avait embusqué à l’Intérieur et qui y volait les papiers. Il se nommait Gillet.

Ma lettre est déjà longue et la vie est très courte, aussi, si cela me revient, je te conterai demain ce que vient de me dire un de nos vieux journalistes qui a initié Briand au reportage. C’est encore bien, cela.

Amitiés.

Et

[1] William Maxwell Aitken (1879-1964). Canadien. Britannique. Anobli en 1917 par Lloyd George sous le nom de lord Beaverbrook. Homme politique. Député conservateur (1910). Il devient ministre de l’Information en 1918. Homme d’affaires. Directeur de journaux. Il achète le Daily Express en 1916 et fonde le Sunday Express en 1921.

[2] La conférence socialiste interalliée se termine à Westminster. Une motion définissant les buts de guerre est votée.

[3] Victor Antonesco (1871-1947). Roumain. Diplomate. Homme politique. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de Roumanie à Paris (octobre 1917-1918). Auteur de Les nationalités opprimées et l’Entente : La question roumaine, impr. Gardini, 1918.

[4] Clara Tambour (1891-1982). Pseudonyme de Claire Germain. Comédienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.