24 février 1918

24 février 1918

 

Old man,

 

Je ne t’ai pas parlé d’une longue lettre reçue de Chaumeix de Berne. Je ne puis m’empêcher de constater que cet affectueux témoignage coïncide terriblement avec le changement de chef, avec la prochaine arrivée d’un homme qui ne passe pas pour lui être favorable. Il me fait part de son désir d’abandonner un poste qu’il n’a accepté qu’à contrecœur pour revenir dans la vieille maison, etc. Hum ! Hum ! Cela sent un peu la disgrâce. L’autre jour, Bucher disait que Dutasta passait pour n’avoir aucune tendresse pour Chaumeix, mais Hallays a ajouté : Huit jours après, Chaumeix sera du dernier bien avec le nouvel ambassadeur… Peut-être.

En attendant, on a nommé, ce qui semble être une gageure, le jeune Clinchamp conseiller à Berne lui aussi. En voilà trois, Manneville [1], Chaumeix et Clinchamp. Ce dernier, comme intelligence, est encore de deux points au-dessous de Corbin. Et voilà le personnel de choix que Clemenceau et Pichon mettent en face de la puissante toile dont von Bomberg [2] est le centre et qui aura à travailler dans l’effroyable bouillon de culture entretenu en Suisse. C’est pitoyable !

Deschanel est venu, toujours pimpant, à 4h. Tu penses bien que ce n’était pas pour me rendre service. C’était pour me demander la publication de son discours et de ceux de ses pairs pour le 1er mars. Je lui ai posé carrément la question qui nous préoccupait ce matin. Il m’a regardé de l’air le plus effaré. Cette douche, venant au moment où il va prononcer à propos de l’Alsace un discours glorieux accompagné de trois autres du même ton, l’a plongé dans un abîme d’angoisses. Encourrait-il la mauvaise humeur des Débats ? Ce serait affreux. Je le rassure en lui disant que des discours du genre de ceux que l’on attend pour le 1er mars devaient être prononcés et jusqu’au bout, mais que, néanmoins, des hommes de sa haute distinction devaient réfléchir aux circonstances présentes. J’ai trouvé alors un tout autre homme, se rendant compte des difficultés de la situation et d’un optimisme beaucoup moins béat. Mais tu comprends bien qu’avant tout, il faut soigner le succès oratoire. Le reste, on s’en occupera plus tard.

Ton

Et

[1] Gustave de Manneville (1865-19). Diplomate. Ministre plénipotentaire de 1ère classe, il est alors chargé du service des Prisonniers de guerre à l’ambassade de France à Berne (1915-1919).

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.