23 février 1918

23 février 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Décidément, cela va mal pour Malvy. Nos pères conscrits ont tout à fait déraillé et, au lieu de s’en tenir aux chefs d’accusation qu’on leur a soumis, ils barbotent en plein dans les permis de séjour. Et là on découvre des choses étonnantes qui montrent, sinon la vraie culpabilité, du moins les négligences et le lâchage les plus extraordinaires. On cite des dossiers qui, envoyés complets à l’Intérieur, revenaient avec des pièces détournées. Des constats en ont été faits par les fonctionnaires expéditeurs ou destinataires. Un dossier de l’affaire Garfunkel fut complètement détruit, brûlé je crois.

Il y eut rue d’Allemagne un grand meeting auquel avaient participé des femmes, des enfants, etc. Les propos les plus défaitistes y avaient été tenus. On n’y demandait qu’à se rendre à l’Allemagne. Un sénateur à l’époque, ému par le récit qu’on lui avait fait de cette réunion, adressa par écrit une question au ministre de l’Intérieur. Ce dernier répondit que l’enquête à laquelle il s’était livré démontrait que les faits visés n’avaient jamais existé que dans les imaginations excitées. Or, on a trouvé le résultat de l’enquête radicalement contraire aux affirmations de Malvy. Tout ceci fait sur le Sénat une profonde impression.

Il y a dans la presse médicale un bien curieux article. J’ose à peine t’en écrire. Mais tant pis ! cela fera diversion à tout ce que nous sommes obligés d’enregistrer et qui n’est généralement pas gai.

Les autorités américaines, désireuses d’éviter à leurs hommes les maladies honteuses, on pris les décisions suivantes :

Tout soldat qui aura sacrifié à Vénus devra, dans les quatre heures qui suivront l’acte, aller trouver un médecin ou un infirmier (peut-être une infirmière, ce n’est pas dit). Il se fera savonner pendant vingt minutes. Après cela, il se fera donner une injection qu’il devra garder pendant cinq minutes.

Après cela, il se fera masser pendant un temps X. La circulaire ajoute, en réponse à une réflexion qui se présente naturellement, au cas où l’homme passerait la nuit avec la femme, quid ? – Évidemment, cela change les conditions, mais ça n’a pas une bien grande importance, le cas ne pouvant se produire que très rarement, le jeu des permissions ne permettant guère au soldat américain de passer la nuit auprès d’une femme.

Et voilà comment, dans un État bien organisé, on prévoit tout. Mais, sapristi, la perspective de tant d’opérations diverses doit faire passer le goût de la volupté.

À toi.

Et

 

Brûle ce papier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.