22 février 1918

22 février 1918

 

Old man,

 

Je filais ce matin à grands pas rue Royale, devant me trouver à 11 h à un rendez-vous, et j’entendais vaguement quelqu’un crier derrière moi sans réaliser que c’était à moi que ces cris s’adressaient. Cependant, j’entends tout à coup : Sapristi, Nalèche, comme vous marchez vite ! Je me retourne, c’était Greffulhe [1] qui courait après moi, suivi de son auto. À peine lui avais-je serré la main qu’il me dit : Que pensez-vous de Daudet ? C’est un misérable, n’est-ce pas. Vous avez lu ? Mais je ne lui ai jamais rien fait. Qu’est-ce qu’il me veut ? Pourquoi mettre mon nom à côté de celui de Caillaux ? Caillaux, mais je ne le connais pas. Personnellement, je n’ai jamais vu Painlevé. Alors ? – (Malheureusement sa femme le connaît). Il avait, pour me poser toutes ces questions, le ton d’un pauvre enfant qui va pleurer.

Je le réconforte en lui disant de faire comme moi, de décréter, tant qu’on l’attaquera, que L’Action française ne paraît pas. C’est le seul moyen d’embêter Daudet. S’il s’amusait à répondre quoi que ce soit et à entrer en polémique, il ferait son jeu. De plus, je flatte la vanité du bon Greffulhe en lui disant que, s’il est attaqué, c’est qu’il a une énorme personnalité. – Il s’en défend, mais, visiblement, il trouve dans le moment les attaques de Daudet moins désagréables, quitte à retomber dans ses bottes si demain il revoit son nom imprimé. Il doit toutes ses angoisses à Élizabeth. Ce n’est pas la peine de vivre de son côté pour endosser les brocards de pamphlétaires à court de copie. Pauvre Greffulhe !

Ceci m’a rappelé la scène que j’ai eue à la veille de sa décoration, car ce vieil enfant voulait être décoré. La chose était faite, l’Officiel devait l’enregistrer le lendemain, lorsqu’il paraît, dans Le Cri de Paris, un article perfide annonçant la chose. Un coup de téléphone : Venez donc déjeuner en famille avec moi. Pan ! me dis-je, c’est Le Cri de Paris qui a fait son effet, on m’appelle pour arranger l’affaire.

J’arrive rue d’Astorg et, de suite, je dis maladroitement : Hein ! Le Cri de Paris ? – Comment, Le Cri de Paris, mais je n’ai rien vu, mon idiot de secrétaire ne m’a rien montré. – On sonne le secrétaire. Fureur du comte. On court chercher Le Cri. Il lit, tombe dans le désespoir.

À table, Madame, Mademoiselle et ton serviteur. Le pauvre homme n’ouvre pas la bouche, en revanche, Madame crie très haut et commente l’article. Chut ! chut ! les domestiques. – Mais soyez tranquilles, ils l’ont tous lu, clame la comtesse.

Après le déjeuner, conciliabule dans le cabinet. On envisage toutes les solutions avec le secrétaire. Que faire ? Répondre ? – Bien dangereux. Au bout d’une demi-heure, je lui dis : Voici mon avis. Vous allez rester bien tranquille et demain vous pourrez mettre votre ruban. Vous croyez ? – J’en suis certain. Je le laisse un peu remonté et, le lendemain, l’Officiel portait son nom.

J’ai dû te raconter tout cela autrefois, malheureusement je rends mal tout le burlesque de cette scène.

Je lui conseille, en le quittant, car il m’a emmené à mon rendez-vous dans sa voiture, de revenir à nos dîners. En ce moment, me répondit-il, je suis tellement ennuyé que je ne vais nulle part. Cela vous fera du bien, lui ai-je dit. Il m’a promis de revenir. Comme il entend parler beaucoup de monde et qu’il est très bavard, il y a parfois à glaner.

Wedel-Jarlsberg me demande si je suis au courant d’une chose qui lui fut dite hier au soir, c’est que l’Amérique ferait en Suisse une offensive diplomatique très vigoureuse. Elle dirait à l’Allemagne que si elle veut faire la paix, c’est tout de suite qu’il faudrait en entamer les négociations. Plus tard il ne serait plus temps. Les États-Unis ne s’arrêteraient plus jamais et continueraient les hostilités même si les Alliés abandonnaient la partie.

Je réponds à Wedel que Berne et Genève sont devenues les carrefours de toutes les négociations occultes et le boulevard de tous les agents secrets, officieux ou semi- officiels du monde entier, mais que je ne pourrais lui dire si le bruit auquel il fait allusion a quelque fondement.

Quelqu’un dit alors que l’on a cherché à négocier avec l’Angleterre par l’entremise de Mensdoroff [2] et que l’on n’a pas démenti. J’apprends à Raindre que la chose a été démentie au contraire en plein Parlement. Mensdoroff, dit Wedel, qui était presqu’aussi anglais qu’autrichien, ne peut plus rien à Londres. Vaguement cousin de la famille royale, il a, au début de la guerre, froissé l’Angleterre. Comme président de la Croix-Rouge autrichienne, il a publié un article dans le Fremdenblatt où il déclarait que rien ne pouvait étonner de la part d’une nation aussi barbare que la nation britannique.

Un des membres du grand club anglais envoya cet article au roi. Celui-ci répondit qu’après une chose pareille le comte Mensdoroff ne saurait plus être reçu à Londres après la guerre. Le noble lord qui reçut la lettre, se méfiant de la versatilité des têtes couronnées, afficha au club la missive royale et Mensdoroff fut déconsidéré.

La conversation s’engagea ensuite sur le noble comte de Fels et sa candidature à l’Académie. Que n’était-il derrière un paravant le protecteur de l’Empire d’Autriche, il aurait vu comment sa noblesse suzeraine était appréciée de ses pairs en aristocratie.

Wedel nous a dit tenir de lui-même, avant le fief luxembourgeois, qu’il descendait d’un pasteur du Schleswig venu en France, ou je ne sais où, en 1600 et tant. Par conséquent, conclut Wedel, pour moi il descend d’un pasteur. Il ajoute du reste qu’il y avait ici un consul de Suède qui se nommait Frisch de Fels et que ce devait être un cousin, mais rien à faire avec le célèbre château.

À toi.

Et

[1] Henri Greffulhe (1848-1932). Banquier. Homme politique. Député républicain de Seine-et-Marne (1889-1893). Membre de l’Union.

[2] Albert von Mensdoroff-Pouilly-Dietrichstein (1861-1945). Comte. Autrichien. Cousin de la famille royale d’Angleterre. Diplomate. Ambassadeur d’Autriche à Londres (1904-1914). Grâce à ses liens familiaux avec la cour d’Angleterre et ses bonnes relations avec Édouard VII et George V, il tente d’éviter la guerre. Il est chargé de plusieurs missions diplomatiques pendant la guerre. Jugé trop anglophile, il ne peut devenir ministre des Affaires étrangères en 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.