21 février 1918

21 février 1918

 

Tu as vu l’histoire racontée par Le Figaro ce matin. Le Petit Parisien ajoute, à la reproduction qu’il en fait, que ces choses étaient connues de lui depuis quelque temps mais qu’il avait été prié de n’en pas parler. Dans quelle mesure les confirme-t-il ou satisfait-il au besoin de ne pas être en défaut d’information, je ne sais, mais avant de juger il faut encore attendre pour savoir si la réalité correspond bien aux récits. Il est certain qu’il se fait dans la région de Saint-Étienne, Roanne, Saint-Chamond une propagande fantastique. Je t’ai signalé les derniers incidents de Roanne où l’on a brûlé et pillé. À Saint-Chamond, Merrheim a fait deux réunions publiques dans lesquelles il fut déclaré à peu près ceci : Le ministère du Ravitaillement croit nous donner satisfaction et empêcher la grève en augmentant la paie (en nous jetant des sous à la gueule (sic) mais il se trompe, ce n’est pas cela qu’il nous faut, c’est la paix immédiate. Le pain, la paix, ce fut le leitmotiv du meeting. De tous côtés, il me revient que Loucheur devient de plus en plus politicien, qu’il a des ambitions politiques et désire les ménager. Ayant le tempérament du joueur qui n’aperçoit que le coup suivant ou du boursier qui ne considère que l’échéance de quinzaine, il ne s’inquiète pas de l’avenir et des conséquences des mesures qu’il prend. Déjà, ceci m’avait été dit par un homme très fin, le père Artaud [1] , de Marseille, et m’était confirmé encore aujourd’hui par un assez gros personnage à la tête d’immenses entreprises. On dit beaucoup que Loucheur a acheté Le Pays, c’est un indice.

Mais jusqu’à quel point ces propagandes défaitistes allemandes peuvent-elles avoir une influence décisive sur les esprits, je reste un peu sceptique. Il faut, pour que ces mauvaises graines puissent germer, qu’ils puissent trouver un terrain prêt, de même que le bacille d’une maladie ne peut évoluer que dans un corps débilité. Hier, je venais à peine de fermer le néant de ma lettre que je recevais la visite d’un garçon très distingué, avocat, qui vient de faire un livre excellent sur les impôts, le jeune Sauvage [2]. Il est mobilisé, officier interprète à l’armée anglaise. Après m’avoir dit l’état moral excellent de toutes les troupes françaises et britanniques, il convenait que tout le monde était fatigué mais que l’on était aussi énergique parce qu’on espérait que, d’ici à trois ou quatre mois, ce serait fini. Le jeune homme qui est à Péronne m’a dit que les Anglais s’attendaient à être attaqués de jour en jour. Avant son départ, et pour se rendre compte, on avait fait une grande reconnaissance où l’on avait ramassé une centaine de prisonniers, on avait acquis de ces derniers la certitude qu’en face des lignes il y avait d’énormes rassemblements de troupes. Sauvage ajoutait qu’on avait travaillé énormément et que nos Alliés étaient préparés à recevoir le choc. Malgré moi, je pensais à ce qu’on nous disait au déjeuner d’il y a quelques jours. Autant les cantonnements, les organisations arrière des Anglais sont magnifiques, autant l’avant est inférieur à nous. Guy de Wendel nous a même cité ce mot d’un major anglais avec qui une partie, un match de football avait été organisé pour une date. La contre-attaque allemande arrive, Wendel téléphone que, naturellement, il ne saurait plus être question de la réunion sportive. – Pourquoi, répond l’Anglais, ce n’est pas du tout la même chose. – En effet.

Je reviens à la campagne défaitiste. Je crois bien t’avoir raconté naguère qu’on allait être en possession d’un document prouvant que des sommes considérables avaient été versées par l’Allemagne pour amener la défaite italienne. Ce document existait en effet et devait être publié par le journal espagnol, El Sol, je crois. L’ambassade d’Allemagne a fait si bien que l’on a interdit la publication ; mais un journal français en a fait un article sans avoir la pièce. Fureur du gouvernement espagnol qui se trouvait mis en mauvaise posture. Sauerwein, l’homme du Matin, est appelé au ministère où il a reçu une volée de bois vert.

Les choses ne marchent pas bien pour Malvy. L’arrestation de Max Raymond [3], l’homme des on-dit, a été ordonnée pour mettre en cause le célèbre négociant d’Orléans qui fut présenté à la bande Malvy, Monzie, etc., et versa huit cent mille francs pour obtenir son sursis. Tout en lui faisant faire la fête, nos jolis messieurs avaient trouvé le moyen de le pressurer jusqu’aux moelles. Ce sursis ne pouvait jamais arriver à être régularisé, il y manquait toujours quelque chose. Le brave homme ne voudrait pour rien au monde être mis en cause, il se cache et ne fait nul état, je t’en réponds, des sommes qu’il a payées. Mais c’est le Max Raymond qui l’a introduit dans la bande joyeuse, et, par lui, on compte bien à un moment donné étaler tout le contenu du pot.

Avais-tu lu il y a deux jours la manchette de L’Œuvre ? Vendredi – Grêle – On se demandait ce que cela voulait dire. Était-ce une grêle de projectiles d’avions ou une grêle de mandats d’amener ? C’était tout simplement une interpellation qui doit être faite demain en vue d’obliger Clemenceau à s’expliquer sur Mandel le paragrêle. Là aussi, on sortira quelques histoires édifiantes sur le fidèle serviteur du Tigre.

On ne s’explique du reste pas très bien cette affection de Clemenceau pour l’assez vilain bonhomme qu’est le chef du cabinet. Il paraît que Mandel est la mémoire de Clemenceau qui en a fort peu. L’autre, au contraire, en a une prodigieuse, et dès que le Tigre veut savoir ce qu’est un monsieur, les conditions d’une affaire, il sonne son Mandel qui accourt et ta ta ta ta ta, dégoise tout ce qu’il sait. Je te dirais que partout, du reste, on se défie de la mémoire dudit et de sa facilité à rapporter ce qu’il a vu et entendu.

Un garçon [4] qui fut assez longtemps au Matin et qui y a connu Humbert [5] me dit combien ce dernier a été ignoble pour ce journal qui l’avait accueilli et nourri. Bunau-Varilla, pour que son secrétaire général ait un train de vie digne de sa royale direction, lui avait loué un appartement pour lui et sa première femme laquelle était de condition modeste, trop modeste même pour les goûts d’ambition croissante de Charles Humbert. Celui-ci ne tarda pas à répudier cette compagne peu décorative et voici comment il en arriva à se marier une seconde fois.

Il était l’ami de Levylier [6], frère du capitaine Levylier [7] dont il était l’ancien camarade à Saint-Cyr. Levylier était marié avec Melle Nathan.

Ce Levylier eut je ne sais quelle histoire de pédérastie, dont il n’était pas coupable, disent ses amis, mais Charles Humbert veillait. Il lui fit peur, lui déclara qu’il était fichu s’il ne filait pas. Le malheureux décampa et se réfugia en Suisse. Humbert alla plusieurs fois le voir, servit même d’intermédiaire entre le mari et la femme. Mais il endoctrinait cette dernière, la persuadait de divorcer. Elle divorça, il l’épousa et le tour était joué.

À toi.

Et

 

Le ministère des Affaires étrangères serait saisi en ce moment d’une plainte des négociants de Rio de Janeiro contre Claudel [8]. Ils se plaignent de la malhonnêteté de notre représentant et de sa grossièreté ! Cela ferait du potin dans le Landerneau du Quai.

[1] Cf. lettre du 30 juillet 1917.

[2] Francis Sauvage (1880-1970). Avocat. Il est l’auteur de Les impôts sur les revenus et les moyens de contrôle du fisc, étude théorique et pratique sur l’impôt général et les nouveaux impôts avec déclaration obligatoire (lois de 1914, 1916 et 1917), Sirey, 1918, 331 p.

[3] Non identifié.

[4] Non identifié.

[5] Le sénateur Charles Humbert est arrêté le 18 février 1918.

[6] Michel Levylier épouse Marie Nathan (1872-1920).

[7] Roger Levylier (1857-1928). Militaire. Officier de hussards.

[8] Paul Claudel (1868-1955). Diplomate. Consul de France à Prague. Ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro. Ambassadeur de France à Tokyo, Washington et Bruxelles. Poète, dramaturge, essayiste. Il écrit de nombreux ouvrages et pièces de théâtre dont Tête d’or, L’Échange, L’Annonce faite à Marie, Le Soulier de satin et Partage de midi. Il est élu à l’Académie française le 4 avril 1946 et reçu le 13 mars 1947 par François Mauriac au fauteuil 13 de Louis Gillet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.