19-20 février 1918

19-20 février 1918

 

Rien d’intéressant à te conter en dehors de ce que nous nous sommes dit. Cependant, je ne sais si tu as connu le mécontentement de Foch contre la compagnie PLM. Ce mécontentement s’est traduit par le chambardement obligatoire du haut personnel. Trois gros fonctionnaires de la compagnie ont sauté, dont Mauris [1] le directeur lui-même. Il ne signe plus depuis quelques jours.

Je ne crois pas du reste que Mauris fut un grand directeur. Il était arrivé là comme héritier d’un beau-père [2], et cette qualité n’a pas paru suffisante au père Foch pour excuser l’accident de Modane et une foule d’autres erreurs.

Le spirituel Bérard est venu ce matin un instant à la rédaction. Il nous parle du nouveau journal Oui. Lillaz l’a mis parmi les collaborateurs. Le grand palabre de présentation qui a paru ce matin est chose bizarre de la main de Bernstein. C’est un vaste éloge de Clemenceau. Bérard, qui est très bien avec Lillaz, nous dit que le but de cette nouvelle gazette est d’arriver à des concessions réciproques avec une pointe dirigée contre l’égoïsme social. Du reste, ajoute-t-il, le titre ne pourra rester que peu de temps. Dans quelques jours il faudra forcément l’appeler Non. Il paraît du reste, me dit mon secrétaire, que la chose est prévue et qu’on espère à un moment donné faire de cela un petit coup de réclame.

L’idée de Lillaz est de faire un grand journal d’informations. Oui n’en donne pas ce matin l’impression.

Un aviateur [3] me dit ce matin que la consigne a été donnée aux escadrilles françaises de ne pas entrer en Allemagne, pour le moment du moins. As-tu entendu dire que l’affaire serait commencée du côté de Cambrai ? Cela se disait ce matin et nous recevons une lettre assez mystérieuse d’un de nos collaborateurs officiers qui nous dit partir et aller chercher du travail qui presse peut-être plus qu’on ne le suppose.

À la grâce de Dieu.

Et

 

Je viens de télégraphier en Angleterre pour dire que je n’y viendrai que la semaine prochaine. Je partirai donc à peu près sûrement demain en huit. Je n’arrivais pas à équilibrer mes affaires pour le départ vendredi prochain. Je n’ai ici que des misères à arranger, mais encore faut-il qu’elles le soient et que je puisse être remplacé.

[1] Léon Mauris (1850-1929). Ingénieur des Ponts et Chaussées. Sous-directeur de la Compagnie des chemins de fer du PLM (1902), puis directeur (1907).

[2] Il s’agit peut-être de Fénéou, car Léon Mauris épouse Marie Fénéou.

[3] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.