18 février 1918

18 février 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Il semble qu’il n’y ait eu hier sur Paris aucun avion, en revanche, ils ont négligemment, avant-hier, laissé tomber pour la première fois quelques bombes sur Compiègne et le GQG. Un attaché russe aurait été blessé et un officier tué, je crois.

Il fallait attendre [sic] André Michel crier contre les imbéciles mesures que l’on prend au Louvre parce qu’on veut qu’il soit écrit sur de multiples papiers que Clemenceau a protégé nos chefs-d’œuvre artistiques. Pauvres chefs-d’œuvre, dit Michel, on leur fait courir bien plus de risques en les déplaçant qu’ils n’en courraient si on les laissait tranquillement où ils sont. On a descendu les calcaires égyptiens de Bénédite [1] dans les caves et on voulait boucher les soupiraux avec des sacs à terre. Comment, a protesté le conservateur, vous voulez enlever le peu de jour dont peuvent jouir ces malheureux calcaires faits pour les pays du soleil. On les a transportés dans un pays de brouillard, vous voulez achever de les faire mourir. Il s’en est fallu d’un doigt que les plus belles figures de Michel-Ange ne roulassent dans l’escalier en écrasant les ouvriers. Les conservateurs sont très montés contre d’Estournelles de Constant qui préside à ces massacres. Et Clemenceau envoie de temps en temps son ministre Lafferre qui promène sa tête au milieu des travaux en demandant où cela en est car il faut une réponse pour le Tigre.

Déjeuner ce matin avec ton ami Deschamps, invité avec cinq ou six autres dont Vauréal, Guy de Wendel [2] et Bidou revenant d’Amiens. Ce fut intéressant, plutôt par la vivacité de la conversation que par ce qui y fut dit. En revanche, j’ai assez longuement causé avec Bidou qui avait vu hier le personnage que tu connais. Il a encore été plus net et a dénoncé le péril avec plus de force. Il croit de plus en plus à la nécessité de l’entrevue projetée, même si elle ne doit pas donner de résultats bien positifs. V.C. [3], qui était notre amphitryon, m’avait dit au commencement du repas qu’on avait offert à Nail plusieurs portefeuilles mais que celui-ci se réservait, voulant être Premier.

Tu as vu que tous les journaux ont marché sur l’affaire Bülow que je t’annonçais hier. On prétend maintenant que lord Robert Cecil [4] arriverait au pouvoir. Toujours malin, notre Quai aurait désiré qu’on l’attaquât dans les journaux pour l’empêcher d’arriver. Comme si des articles dans notre presse pouvaient empêcher quoi que ce soit de l’autre côté du détroit. On aurait eu en tout cas un résultat certain, c’est que, s’il arrivait, on aurait dans le nouveau ministre un adversaire irrité.

Le petit Danois Knud Ferlov est venu ce matin. Il est inquiet du congrès socialiste et persuadé que les minoritaires finiront par l’emporter. C’est aussi l’avis de Bourdeau. Cependant, il croit que la France est, de tous les pays de l’Entente, celui qui résistera le mieux et qui serait capable de prolonger la guerre le plus longtemps.

Je reviens sur le déjeuner de ce matin. Après Guy de Wendel, presque tous ces militaires affirment que l’état moral de l’armée est excellent mais… mais c’est parce que chacun se figure que dans quatre ou cinq mois ce sera fini et qu’on rentrera dans ses foyers. Tous, également, étaient d’accord pour redouter un fléchissement anglais sous le poids d’une grosse offensive allemande.

Ci-joint une lettre et sa réponse. Tu me la renverras quand tu l’auras lue.

Ton

Et

[1] Léonce Bénédite (1856-1925). Historien d’art. Conservateur du musée du Luxembourg puis du musée Rodin.

[2] Guy de Wendel (1878-1955). Épouse Catherine Argyropoulos. Homme politique. Député Union républicaine démocratique de la Moselle (1919-1927).

[3] Non identifié.

[4] Lord Robert Cecil (1864-1958). Anglais. Avocat. Diplomate. Conservateur. Sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, ministre du Blocus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.