17 février 1918

17 février 1918

 

En même temps que ce papier, je t’envoie une lettre du neveu. J’ai eu une longue conversation avec l’émissaire qui m’a confirmé tout ce qu’on nous avait dit déjà et qui s’en va avec tout l’état-major Fayolle se reformer à Verberie. Leur patron va recevoir une affectation nouvelle, le commandement d’un groupe d’armées en arrière du front anglais, destiné à renforcer les lignes britanniques si elles venaient à fléchir.

Une nouvelle m’arrive, assez importante. Hertling [1] serait sur le point de s’en aller et serait remplacé par Bülow. Avec ce dernier arriverait l’ère des conversations et peut-être leur aboutissement fatal ou du moins prévu.

À mon sens, je crois qu’on aurait grand tort de ne pas chercher à profiter des embarras certains de l’Allemagne à l’est. Il y aura certainement un moment psychologique qu’il faudrait saisir. En sommes-nous capables ? That is the question. Je ne le crois guère.

Il est arrivé une histoire assez amusante à la frontière. Kamenen [2] et consorts sont arrivés hier au soir à Paris. L’autorité a voulu ouvrir leurs valises. Ces bons anarchistes se sont rebiffés. Nous sommes des diplomates, se sont-ils écriés, et si on ouvre nos bagages, c’est une insulte à la Russie, et celle-ci saura en tirer vengeance. Finalement, on n’a pas visité leurs bagages et ils ont dû arriver avec un bon nombre de tracts et de propagande révolutionnaire.

Pimodan-Rarécourt m’a demandé hier si je savais qu’un document, écrasant pour Malvy, aurait été porté à la Haute Cour avant-hier. Je l’ignore tout à fait, et c’est peut-être un de ces bruits qui s’élève on ne sait d’où. Cependant, Pimodan prétend le tenir d’un des sénateurs, membre de la commission.

À toi.

Et

[1] Georg von Hertling (1843-1919). « Le comte Hertling, vieux catholique patriote, membre du parti du Centre, mais adversaire du régime parlementaire. » Allemand. Homme politique. Chancelier impérial de 1917 à 1918.

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.