16 février 1918

16 février 1918

 

Ma lettre d’hier n’étant pas encore partie, je profite d’un quart d’heure de répit pour glisser celle-ci.

On ne parlait dans la soirée à la Chambre que de la prochaine offensive. Voici ce qu’on y disait. Les Allemands attaqueront dans une dizaine ou une quinzaine de jours avec les moyens les plus puissants. On fera tout donner depuis les avions, les tanks jusqu’au nouveau canon de tranchée économisant le transport du gros matériel et permettant de jeter sur les tranchées ennemies des projectiles aussi puissants que ceux des gros canons mais à une distance de quelques centaines de mètres. (Ce sont les parlementaires qui parlent). À ce canon nous répondrions par le canon Archer [1] dont l’emploi aurait été imposé à Pétain par le Comité de Versailles, et directement par Clemenceau. Au milieu de ces conversations qui toutes roulaient sur l’attaque prochaine, Briand prétendait au contraire que l’offensive n’aurait pas lieu. Les informés répondaient que non seulement elle aurait lieu mais ils en déterminaient le point. Ce serait sur l’armée anglaise du côté d’Arras, avec peut-être des tentatives de fixation sur des villes comme Reims et Nancy, mais la véritable opération serait là. Nous aurions même massé des forces importantes derrière les lignes anglaises pour le cas où celles-ci viendraient à fléchir.

Voilà pour la Chambre, passons au Sénat. On y a entendu hier Clemenceau, Pichon et Klotz. Ce dernier était venu s’expliquer sur les fonds russes. Il a démontré que le gouvernement faisait ce qu’il pouvait, prenait telle ou telle mesure, telle ou telle garantie, somme toute rien de précis. Clemenceau a parlé de je ne sais quoi, mais il a eu beaucoup de succès. En revanche, et c’est le point le plus sombre, Pichon a laissé le Sénat sous une impression lamentable non pas à cause de sa propre conduite, mais sur sa peinture des rapports des Alliés entre eux. C’est l’incohérence, chacun tire à hue et à dia. Les Anglais ne veulent faire qu’à leur tête et les Américains de même. Somme toute, il a jeté les sénateurs dans un noir pessimisme.

À propos de la visite que j’ai reçue l’autre jour, j’ai eu ce matin quelques éclaircissements par Bidou sur les sentiments qui avaient décidé cette démarche. Bien plus en confiance naturellement avec le colonel qu’avec moi, il lui a fait part de ses inquiétudes réelles et immédiates à la suite de ce qu’il venait de voir et de constater dans son pays. Il est loin de redouter une fin générale, mais sa crainte de voir arriver une fin particulière… Je te donnerai verbalement toutes les explications sur ce qui lui paraît être un péril imminent, et, pour le conjurer, il risque sa peau.

À toi.

Et

[1] Le chasseur de chars Archer est un chasseur de chars britannique dont l’armement principal est un canon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.