31 janvier 1918

31 janvier 1918

 

Il apparaît bien que Paris ait été assez mal défendu cette nuit contre les avions boches. Matériel insuffisant, pas d’obus à traînées et nombre d’appareils trop restreint. D’après certaines opinions municipales, et pas du premier venu, la première faute en serait au président du Conseil qui, en vertu de son principe « Tout à la guerre », a renvoyé au front une grande partie des aéros chargés de la surveillance. Il y avait autrefois cent vingt avions à peu près pour nous garder, plus de la moitié aurait été expédiée. De plus, les chefs de l’Aéronautique et de la Défense ne s’entendraient guère entre eux.

Quoi qu’il en soit, Paris a été assez éprouvé. Une bombe est tombée à vingt-cinq mètres de nous dans la rue Vaneau [1]. Le général Pellé, que je rencontre ce matin, me demande des détails sur le bombardement. Je lui dis ce que je sais. Depuis quelque temps, les gros obus d’avion n’éclatent pas fréquemment. Pellé me dit être très content de sa division. Il porte les trois étoiles qu’on lui a fait attendre assez longtemps. Au repos pour quelques jours, il voudrait beaucoup causer avec moi. Il me donnera rendez-vous dans trois ou quatre jours au retour d’une petite tournée qu’il va faire. Il trouve que nous restons dans une stagnation dangereuse. Que voudrait-il faire ? Je me le demande. Reprendre des offensives ? Ce serait un programme que l’on a essayé et qui ne paraît pas avoir donné de bien magnifiques résultats. Enfin, nous verrons ce qu’il me dira. Il ne faut pas faire de jugements téméraires.

Je t’ai parlé hier de certains propos de M. de Wedel. J’en ai oublié un assez intéressant sur les rapports des Empires centraux et de leurs alliés entre eux. Il prétend en être assez sûr. L’Allemagne aurait demandé à l’Autriche une aide d’hommes assez sérieuse, mais de certains corps spéciaux. L’Autriche aurait répondu que cela lui était impossible mais qu’elle mettait à la disposition de son alliée quelques troupes d’infanterie. L’Allemagne aurait répondu que, dans ces conditions, elle ne pouvait accepter, pas un Autrichien n’étant capable de tenir quelques heures sur le front occidental. Elle se serait alors tournée vers la Bulgarie. Le roi Ferdinand aurait répondu qu’ayant désormais tout ce qu’il avait désiré, il ne se souciait plus de se compromettre et de compromettre son avenir. Il voulait désormais rester tout à fait tranquille sur ses conquêtes. L’empereur d’Allemagne fit miroiter à ses yeux la possession de Salonique. Non, non, répondit Ferdinand, je ne veux pas me battre pour conquérir Salonique. D’abord, je ne serais pas certain d’avoir gain de cause et même, si j’étais victorieux, Salonique serait donnée à l’Autriche.

Ton vieil

Et

[1] Le bombardement par les Gothas fait environ 250 victimes dont une cinquantaine de tués. 14 bombes sur la capitale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.