29 janvier 1918

29 janvier 1918

 

Pendant que tu dînais chez Maxim’s, je dînais chez les Wendel [1] avec le ménage Bliss, les de Courson, Jules Roche, Lem le sous-gouverneur de la Banque, une gentille boulotte Mme de Quinsonas, un jeune Sieyès qui est au 2e Bureau à la Guerre, et le reste de la famille. J’étais à côté de Mme Maurice de Wendel des Monstiers [2]. C’est un phénomène. Je ne sais comment cela est venu, sans doute à cause du bouquin [3], on a parlé de Fels. Cela me revient maintenant, c’était à propos de La Rochefoucauld . Ma voisine paraît avoir beaucoup de sympathie pour les enfants, elle en avait surtout pour celui qui a été tué [4]. Elle me raconte que, voulant en avoir le cœur net quelque temps avant la guerre, elle était allée en auto voir le fameux château [5] de Fels. C’est un enclos de douze hectares dans lequel il y a un pan de mur, et, le plus comique, c’est qu’il y a une plaque indiquant que le dernier comte de Fels est mort en 17…. Ayant interrogé les gens du pays, ceux-ci ont répondu que ces douze hectares avaient été achetés quatre cent mille francs (si je ne me trompe pas) par un monsieur de Paris qui avait pris le nom et les armes de Fels car, avec l’enclos, il avait aussi acheté tous les papiers de la famille. Voilà ce que disent les paysans.

Après la déclaration de guerre, Mme de Wendel dînait un soir chez Larue lorsqu’elle voit arriver Fels qui vient lui dire bonjour et lui demande des nouvelles de leurs propriétés de Lorraine. Mme de Wendel lui explique que tout a été envahi, pillé, détruit. – C’est comme moi à Fels, répond notre noble comte, j’ai été absolument dévasté. Mme de Wendel prétend lui avoir dit : Non, voyons, il ne faut pas me la faire, j’ai été à Fels, on n’a pas pu piller un pan de mur ! Tête.

La même dame prétend que les fils ne gobent pas du tout le snobisme du père, qu’avec certaines gens ils feignent de croire à l’ancienneté de leur race mais qu’avec d’autres ils la blaguent. Elle me cite ce mot du pauvre Hubert qui avait quelque difficulté avec son père et qui disait : S’il continue à m’embêter, je fais faire mes cartes au nom d’Hubert Frisch.

On m’entreprend, après le dîner, sur la question d’Autriche. Les arguments qu’on me sert sont désespérément faibles. Toute la bonne société veut absolument recoller cet empire qui s’écroule. Ils se figurent qu’ils vont recoller sous le sceptre Habsbourg toutes ces nationalités qui éclatent. Ils appellent cela garder un contrepoids à la force allemande. Il a été joli le contrepoids ! Et cependant, jusqu’à la guerre, l’Empire austro-hongrois avait encore une apparence de force et de cohésion, il aurait pu en tenir le rôle, et on a vu comment. Et c’est aujourd’hui que l’on vient nous dire que, la Russie disparue, il faudra faire de l’Autriche un empire slave ! L’Américain Bliss, dans toute cette discussion, ne bronchait pas.

En causant avec le jeune Sieyès, j’ai cru comprendre que dans le service du commandant Louis d’Harcourt [6] à la Guerre, on était assez entre grands seigneurs. Est-ce que Roger [7] ne dépend pas de ce service ?

Trouvé le bon père Loubet qui, démocratiquement, a pris le tramway avec moi. Il me raconte ses difficultés d’agriculteur et me confie que le moral de nos campagnes est abominable. Il me donne grands détails sur ses domaines. L’un d’eux est celui où a habité son père et que sa mère a fait valoir, lui coûte les yeux de la tête parce qu’à cause de la tradition il n’a pas voulu l’affermer et y a placé un domestique, père de six enfants. Quelqu’un demande à Loubet : Que faites-vous dans votre terre ? – Je fais de l’élevage. – Quel élevage, moutons, vaches, veaux ? – L’élevage d’enfants, et je vous réponds que ce n’est pas moi qui les fais ! Le président était enchanté de son mot et je l’ai laissé dans la gaieté et l’hilarité. Heureux âge !

Je t’ai envoyé tout à l’heure une petite notice sur une invention d’un garçon qui est, je crois, pris à la gorge. Je te répète que je ne te recommande rien et que je ne te l’ai adressé que parce que tu sembles t’intéresser aux choses nouvelles si elles sont sérieuses. Le sérieux de cela, je ne suis pas à même de l’apprécier.

À toi.

Et

 

Haute Cour. Malvy [8]. Rien d’autre encore à te raconter que ce que tu liras dans la gazette.

[1] « Le soir, dîner chez Maman en l’honneur des Bliss ; elle très séduisante. Convives : Jules Roche, Nalèche, Lem, Lucie de Vogüé, baronne d’Adelsward, Sieyès, les Courson, Baguenault de Puchesse, Desjoyeaux, etc. » François de Wendel, Journal, 27 janvier 1918.

[2] Mme Maurice Wendel des Monstiers (1884-1980). Elle épouse Maurice de Wendel (1879-1961).

[3] Cf. lettre du 20 janvier 1918.

[4] Hubert Frisch de Fels (1892-1916). Lieutenant. Il est tué à l’ennemi en combat aérien le 9 novembre 1916.

[5] A Voisins (Seine-et-Oise).

[6] Louis d’Harcourt (1856-1946). Commandant. 6e enfant de Georges d’Harcourt (1808-1883), marquis d’Harcourt, ambassadeur de France, et de Paule Beaupoil de Saint-Aulaire (1817-1893).

[7] Roger Luzarche d’Azay.

[8] Le Sénat se constitue en haute cour de justice pour juger Malvy, ancien ministre de l’Intérieur. C’est la première audience.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.