29 [sic] janvier 1918

29 janvier 1918

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai manqué une bonne occasion de glaner des informations hier. Je n’avais pas voulu aller déjeuner chez Gaiffier et il y eut là une réunion intéressante. En dehors de Pichon et de quelque autre membre du gouvernement, il y avait là les principaux ministres belges, entre autres Hymans. Il est vrai que la conversation a roulé surtout sur la question flamingante, très spéciale comme tu le sais. Malgré tout, j’aurais certainement trouvé des choses qui, en corsant un peu mon pensum, auraient aussi documenté ma religion.

Je viens d’apprendre, par un personnage bien placé dont je n’écris pas le nom, des choses très curieuses sur ce qui s’est passé à Vienne. Ce fut plus que grave et explique parfaitement le télégramme du roi d’Espagne au couple impérial, télégramme dont je t’ai fait mention dans un de mes précédents papiers. La ville de Vienne fut pendant quatre jours entre les mains complètement d’un soviet. Le plus grave, c’est que tous les chemins de fer obéissaient à ce soviet qui traita avec le gouvernement sur le pied d’égalité. Pour faire cesser la grève générale, ce comité exigea la mise en liberté des prisonniers politiques, ce qui explique pourquoi on a revu Adler, l’assassin de Stürgh, ce que personne ne comprenait car on le croyait toujours en prison. Il exigea la promesse de lois sociales importantes et la promesse de négociations de paix immédiates sans annexions et sans contributions de guerre. Voici l’empire que nos conservateurs veulent absolument remettre sur pied. Ils trouvent sans doute que cela marche trop bien pour nos intérêts et ils éprouvent le besoin de paralyser ce mouvement.

La personne qui nous donne ces renseignements nous dit ne pas être fixée sur l’Allemagne. Il n’y a pas de doute qu’il s’y passe quelque chose mais on ne sait pas au juste quoi [1]. Les journaux nous parlent ce matin de l’échec d’une grève générale. N’est-ce pas déjà beaucoup qu’elle ait pu être tentée ? En tout cas, cette grève générale a réussi à Vienne et cela a une très grande importance.

Étienne Lamy m’a envoyé ce matin un émissaire pour me prêcher la douceur à l’égard de l’Autriche et me renseigner sur l’importance qu’aura pour nous le fameux contrepoids. Je t’ai déjà dit cent fois la théorie enfantine, je n’y reviens pas, mais Lamy y ajoute quelque chose de plus comique, c’est que l’Empire adoptera un régime libéral à l’égard de ses populations. Tu vois cela, les Habsbourg libéraux ! Que diraient les fidèles sujets allemands de Bohême ? Renonceraient-ils à leur prépondérance ? Je remercie beaucoup l’émissaire de l’académicien auquel je fais dire que je serai très heureux d’en causer avec lui.

Il y a un certain nombre de mois, on pouvait encore envisager certaines éventualités, mais, aujourd’hui, les circonstances ne sont plus les mêmes, et tout pas que l’on ferait dans le sens indiqué par Lamy ne ferait que retarder ce à quoi tous nous aspirons.

À toi.

Et

[1] Depuis le 15 janvier, la grève générale des travailleurs s’étend à Bucarest et à Prague.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.