27 janvier 1918

27 janvier 1918

 

Je te jette ces quelques lignes uniquement pour ne pas dire que j’ai manqué à mon pensum car tout est au calme, tout chôme un peu, même les potins. Ma matinée a été remplie par les discussions académiques, et tu en devines l’importance. Liesse, qui a promis sa voix au premier tour à Laudet, doit, dans le fond, beaucoup regretter sa promesse et, pour la justifier, déblatère contre les combinaisons des uns et des autres. Il espère sans doute augmenter la valeur de son poulain en diminuant celle de l’adversaire. Quant à Laudet, il intrigue, il intrigue. Il aurait voulu obtenir des amis de Jonnart qu’au prix de son désistement il reçût la promesse d’être élu sur l’autre fauteuil. Mais ceux-ci refusent en proclamant que c’est un chantage éhonté et qu’on ne saurait s’y prêter. Ribot, qui est le collègue de Jonnart dans le Pas-de-Calais et, naturellement, est ouvertement pour lui, le débine doucement auprès de ceux qui sont hostiles. Il raconte mezzo voce que, somme toute, l’affaire grecque est uniquement due à lui, que Jonnart, après s’être constaté d’ordres verbaux nécessaires à cause de l’attitude de l’Angleterre qui voulait les mesures sans en avoir l’air, a exigé des ordres écrits pour dégager sa responsabilité. Il insinue ainsi que Jonnart se dérobe aux responsabilités et qu’il a fallu que lui, Ribot, les prît. C’est du Ribot tout pur, mais si Jonnart avait attendu les précisions de notre éminent Alexandre, à l’heure actuelle il serait encore devant le Pirée. Tu connais le mot d’Aynard à Ribot : Voyez-vous, cher ami, vous serez condamné dans l’autre vie à un supplice terrible. On mettra près de vous un démon qui sera chargé de vous dire continuellement du bien de vos amis. Et ça pour l’éternité.

J’en ai vu ce matin trois ou quatre de l’illustre Compagnie et toute actualité s’effaçait devant des considérations d’un aussi palpitant intérêt. Comme il est heureux que les hommes puissent être menés avec d’aussi petits motifs !

Salomon, venu me dire bonjour, me raconte que Maklakoff a été sur le point de se retirer devant le véritable manque d’égards que l’on a eu de ne pas même le consulter pour la reconnaissance de la Finlande. On a réussi à le faire renoncer à son projet de départ – c’eût été très fâcheux du reste. Le plus fort, c’est qu’on n’a même pas demandé à Stakhovich, ancien gouverneur de Finlande qui se trouvait à Paris, un avis quelconque, le moindre renseignement. Clemenceau a pris cette détermination tout seul. On commence à se rendre compte de l’erreur.

Good bye, old man.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.