26 janvier 1918

26 janvier 1918

 

Tu te rappelles que tu me demandais autrefois qui était Lysis et que je ne pouvais te renseigner. Nous avons su plus tard qu’il s’appelait Letailleur et ce nom ne me disait rien. J’avais la berlue car j’aurais dû me souvenir qu’un certain Letailleur avait été aux Débats une sorte de secrétaire pour Henri Bousquet il y a quelque dix-huit ou vingt ans. C’était à ce moment-là un très petit monsieur, très heureux de la petite mensualité que lui donnait le brave Bousquet. Mais depuis, petit poisson est devenu grand. Très intelligent, sans beaucoup de scrupules, il s’est familiarisé avec les affaires sous l’égide de notre collaborateur, si bien familiarisé qu’il a lâché son patron sans vergogne et, voguant de ses propres ailes, a fini par acquérir une fortune de plusieurs millions, m’a-t-on dit. Or donc, Lysis est très riche et sans doute le deviendra plus encore, car ses articles ne sont pas toujours désintéressés, pas toujours non plus de très bonne foi, disent les mauvaises langues.

[pas de verso]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.