25 janvier 1918

25 janvier 1918

 

J’avais espéré pouvoir te raconter des choses intéressantes aujourd’hui car je déjeunais chez Jean Dupuy avec tout mon comité et je comptais que la chaleur communicative du banquet aurait délié les langues. Mais sans doute que personne n’était très sûr de son voisin car la conversation s’animait sans que l’on entrât dans les confidences. J’étais entre Henry Bérenger et Roche. Ce dernier parlait beaucoup de ce qui se passait en « septante » mais semblait moins au courant des menus faits du jour. Quant à Bérenger, je lui pousse une colle sur la campagne que fait L’Humanité contre lui l’accusant d’avoir livré à Daudet les secrets de son rapport et l’histoire des agents de la Sûreté aux armées. Il me répond qu’on voudrait l’attirer dans une discussion et lui faire sortir ses arguments mais qu’il ne s’y prêtera pas et que la Haute Cour se chargera de leur répondre. Les véritables divulgations ont été faites par L’Humanité elle-même. Il ne sait pas ce qui se passera pour Malvy. Quant à Caillaux, il lui paraît impossible qu’il soit acquitté.

Berthoulat me prend à part après le déjeuner et me fait le récit de ses démêlés avec Caillaux. Le début est très obscur, il ressort cependant que Berthoulat était très lié avec Fondère [1], l’homme de la N’Goko-Sangha. Ce Fondère, au dire de Berthoulat, était très honnête mais complètement dans les mains du gouvernement, et son rôle de négociateur lui fut imposé par Caillaux avec brutalité. La base, l’origine de cette haine me paraît bien être dans les affaires, certaines ont dû être sacrifiées aux appétits de Caillaux. Ce dernier chercha par tous les moyens à intimider Berthoulat, le menaçant de divulguer les relations qu’il avait eues avec Mme Delaroche, propriétaire du Progrès de Lyon, lesquelles auraient été la source de sa fortune. Berthoulat se défend du reste d’avoir eu la moindre relation avec cette vieille dame. Plus tard, Caillaux lui envoya Lenoir pour lui proposer cent mille francs. L’émissaire offrit successivement deux cents et deux cent cinquante, mais Berthoulat ne se laissa pas séduire et la campagne continua.

On mit sur le tapis les projets de création de journaux avec les millions à la clef, et l’on s’étonnait que des gens comme le non parfumeur Wertheimer [2] ait acheté un journal comme L’Éclair payé bon marché mais qu’il faudra entretenir, ce qui représente, en plus des cinq cent mille francs d’achat, des sommes mensuelles considérables. Wertheimer, qui est avocat, aurait gagné deux millions depuis la guerre et voudrait faire de la politique. Arthur Meyer me prend à part pour me dire que s’il avait devant lui une fortune comme celle-là, même bien moindre, il abandonnerait complètement le journalisme, ne lirait plus une feuille et surtout ne voudrait plus voir un directeur de journal. Le fait est qu’il y en a quelques-uns qui sont … pittoresques. C’est vraiment extraordinaire de penser en quelles mains se trouve l’opinion. Les affaires Humbert, Lenoir s’expliquent facilement, je t’en réponds, et si l’on voulait aller au fond des choses… enfin.

Dans la soirée, un bruit assez curieux s’est répandu à la Chambre. Jonnart n’allait plus en Algérie, c’était Pichon qui abandonnait les Affaires étrangères pour prendre le poste et qui était remplacé au Quai par… Briand. Ce bruit, c’est un secrétaire de la commission de la Chambre qui s’en est fait l’écho. Cela me paraît bien extraordinaire.

D’Alsace [3], avec qui j’ai assez longuement causé ce soir, a reçu vendredi soir au front la visite de Clemenceau qui a épaté tout le monde par sa vigueur. Il portait un bandeau sur l’œil. Il a déclaré que c’était un coup de poing qu’il avait reçu à la Chambre et s’est taillé un vrai succès auprès des poilus avec cette boutade. D’Alsace dit que les hommes sont merveilleux. Je lui demande si c’est le même état d’esprit à l’arrière du front. Il convient que c’est très différent. Les automobilistes ont un détestable esprit. Cela tient un peu aussi à ce qu’attachés à un corps quelconque ils gardent une certaine autonomie et indépendance. Ils ressortissent d’un vague monsieur au GQG, et, si l’on veut sévir, ce sont des histoires à n’en plus finir.

Pour le moment, Caillaux est la bête noire et les hommes s’étonnent même qu’on mette tant de façon à le fusiller et s’en chargeraient avec le minimum de frais.

C’est le vent actuel.

Un mot de Berthelot qui me revient. Il a soutenu que le soldat dans la tranchée n’est pas malheureux et ne pense pas du tout à la paix. Il ne demande qu’à continuer, ayant tout ce qui lui faut et étant bien nourri. Voilà.

Ton

Et

[1] Alphonse Fondère (1865-1930). Explorateur. Collaborateur de Savorgnan de Brazza, il est un des fondateurs du Congo français. Administrateur de la Société concessionnaire N’goko-Sangha opérant au Congo.

[2] René Wertheimer. Avocat. Journaliste. Directeur de L’Éclair.

[3] Thierry d’Alsace (1853-1934). Militaire. Capitaine de cavalerie de réserve affecté au gouvernement de Paris au service de l’état-major (1900). Chef d’escadron territorial à l’état-major du 4e corps d’armée (1916).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.