24 janvier 1918

24 janvier 1918

 

Causé hier une bonne demi-heure avec le petit père Bailloud. Il était particulièrement comique, flottant dans une sorte de burberry jaune et coiffé de ces minuscules chapeaux en toile aux bords relevés comme ceux que portent en blanc les babys ou les matelots américains. Il paraissait tout à fait sculpté dans un marron. Cela ne l’empêche pas d’être un fort brave homme, très aimable et très alerte. Il me dit qu’il revient d’Alsace et de Lorraine, qu’il s’est trouvé là avec Clemenceau qui jouit parmi les troupes de la plus grande popularité. Le moral serait merveilleux, plus haut qu’il n’a jamais été. En Alsace, les gaz asphyxiants font du mal cependant, les enfants surtout sont particulièrement touchés. Même incertitude que tous les autres au sujet de l’offensive qu’il ne redoute pas. Je trouve que personne ne la redoute assez, n’est-ce pas ton avis ? Dans le fond, on est terrorisé.

Je lui demande s’il a des nouvelles de Palestine. Il me répond que oui, mais que malheureusement nos troupes, là-bas, ne sont pas celles que nous devrions y avoir. Ce sont de vieilles classes, il nous y faudrait plus d’hommes jeunes et très allants car, là-bas comme ailleurs, c’est devenu la guerre de tranchées et le Turc, me dit-il, est très solide dans la tranchée. Pour l’enlever, il faut des hommes avec beaucoup de mordant. Il préconiserait volontiers l’emploi des Noirs. Je voulais y retourner, ajoute-t-il, le ministère de la Guerre y était tout disposé, mais ce sont les Affaires étrangères qui s’y sont refusées. – Après ce qui m’a été dit au Quai d’Orsay, et que je t’ai raconté, cela ne m’étonne guère. – Bailloud, enfin, attend un commandement, un poste quelconque qui ne vient pas encore.

Je t’ai regretté hier au dîner qui n’a pas été ennuyeux bien que très nombreux, trente-quatre personnes à peu près. Heurteau me demande un peu ironiquement si je suis toujours aussi noir, je lui réponds que je ne vois encore rien qui m’éclaircisse et me blanchisse. Son fils lui a fait un récit de l’affaire de Cambrai dans lequel il y a un fait que j’avoue ne pas avoir connu mais qui l’était cependant de l’un de nos convives. Les Anglais ont dû leur salut, au moment de la contre-attaque allemande, à des Américains qui n’étaient qu’à peine soldats. C’étaient des travailleurs de chemins de fer, une sorte de génie. Ce sont eux qui, seuls, ont vu arriver le flot allemand. Ils ont sauté sur leurs armes et ont fait le coup de feu, paraît-il, avec beaucoup de courage et de ténacité. Ils ont pu par cette défense sinon sauver la situation du moins préserver d’un désastre.

Le père Gosset [1], de Reims, nous a dit que le gouvernement avait demandé l’évacuation des quarante-cinq millions de bouteilles de champagne qui sont actuellement dans les caves de la ville. On se serait décidé, en cas d’attaque sur ce secteur, à défendre la ville à outrance et on veut organiser les caves. Les pauvres Rémois se demandent ce que vont devenir leurs stocks et où ils vont les transporter et comment ils les transporteront.

Milewski, interrogé sur l’armée polonaise, nous dit de nouveau son hostilité contre cette légion. Sans ambages, il nous déclare qu’Archinard [2] est gâteux et que la légion polonaise est une embuscade comme une autre qui se peuple surtout de Juifs polonais. Ceux qui ne désirent pas tirer au flanc combattent carrément dans les rangs de l’armée française. Il nous raconte aussi avoir vu une institutrice française restée à la cour de Bavière jusqu’à ces derniers temps. Cette femme fait un tableau assez pittoresque des lourdes privations imposées même aux princesses qui ne peuvent plus commander de robes, non pas à cause du prix des étoffes mais pour ne pas les accaparer et diminuer la quantité destinée à la communauté. Elles doivent prendre sur leurs anciennes toilettes, les faire arranger et se contenter de ces rabibochages. La nourriture est à l’avenant du costume.

Le bon Milewski me dit au commencement du repas que je serai obligé d’en venir au système du déjeuner [3] Le Bon, voyez sonnette ! Notre vieil ami, peut-être, voudrait évidemment tenir le crachoir seul par moment. Je lui ai répondu que jamais je ne ferai une chose pareille. Chacun vient là non pas pour entendre pérorer un monsieur mais pour bavarder entre soi. Le seul ennui, c’est que nous ayions si peu de temps à nous et un local un peu exigu. Autrefois, on causait surtout après le dîner. Je lui ai montré les groupes très animés dans la suite du repas, le plaisir que tous semblaient prendre à être ensemble. Ma démonstration l’a, je crois, convaincu mais, hélas, sans lui donner la parole. Il est certain que les meilleures place ne sont pas celles des trois ou quatre bonshommes qui président. Tout le reste a l’air fort satisfait, la meilleure preuve en est qu’on y revient.

Aujourd’hui j’ai vu bien du monde, d’abord Edmond Bapst ce matin. Il m’annonce que Clemenceau lui avait offert un poste à l’étranger, puis que la combinaison avait été abandonnée et qu’il attend de nouveau d’être pourvu. Excellent Bapst, je crains qu’il n’attende encore quelque temps [4]. Il est tout à fait d’avis que des fissures se font en Allemagne. Il se demande jusqu’à quel point les Autrichiens n’ont pas laissé prendre une importante extension aux bruits de grève et de difficultés dans leurs villes pour peser sur l’opinion allemande.

Daniel Halévy, qui est avec les Américains, me raconte des choses touchantes sur cette armée, mais il ne me parle pas des désordres qui ont eu lieu du côté de Chaumont où des gars du Far West se sont comportés comme en pays conquis, entrant revolver à la main chez les propriétaires, exigeant d’eux ce qu’ils possédaient d’alcool, etc., etc.

Henry Bordeaux est venu m’entretenir de sa candidature à l’Académie [5] mais, s’étant trouvé arriver quelques instants après Jonnart, il reviendra me voir demain.

Jonnart s’en va décidément en Algérie comme haut-commissaire. La chose est faite et la nomination paraîtra la semaine prochaine. Le nouveau commissaire espère bien s’entendre avec Nivelle avec qui il a été au collège, mais la charge qu’on lui donne est lourde. Lutaud a fait le plus grand mal, et il est bien des choses à reprendre par le pied. Clemenceau a fait valoir auprès de Jonnart les raisons suivantes :

On peut se trouver d’un moment à l’autre en face de grosses difficultés sur le front, il faut la tranquillité là-bas.

De plus, on a besoin de lever de nouveaux contingents, cela ne peut se faire qu’avec un homme ayant la grande expérience du pays et des indigènes.

Du reste, il laisse Jonnart libre de n’aller en Algérie que pour quelques mois s’il le désire, et, plus tard, Raoul Péret prendrait sa succession.

Après la conversation algérienne, nous passons à l’élection à l’Institut. Tu sais qu’il est candidat avec Laudet. Ce dernier s’est déjà présenté trois fois et il se remue, se remue. Jonnart semble attacher un prix énorme à être nommé, et cependant il ne peut guère faire toutes les démarches auxquelles se livre Laudet. Je pense qu’il passera mais cela pourrait ne pas aller aussi brillamment qu’on l’espérerait car Laudet a nourri avec La Revue hebdomadaire un certain nombre de nos académiciens.

Good night.

Et

[1] Eugène Gosset (1837-1926). Négociant en laine. Président de la Chambre de commerce de Reims depuis 1909.

[2] Louis Archinard (1850-1932). Général de division, commandant le corps d’armée des troupes coloniales. En 1917, il est chargé de créer l’armée polonaise en France.

[3] Gustave Le Bon (1841-1931). Anthropologue. Il participe activement à la vie intellectuelle française. En 1902, il lance une série de « déjeuners du mercredi » auxquels sont conviés des personnalités telles que Raymond Poincaré, Paul Valéry, Émile Picard, Henri Bergson.

[4] Edmond Bapst (1858-1934). Diplomate, il est nommé le 31 mai 1918 ministre plénipotentiaire de France en Suède à Christiania.

[5] Henry Bordeaux mentionne dans son Histoire d’une vie, T. VI, L’année ténébreuse, en janvier 1918, ses visites académiques, mais il ne cite pas son entretien avec Nalèche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.