22-23 janvier 1918

22-23 janvier 1918

 

En nous quittant hier, Thomasson s’est rendu à la convocation de Bouchardon. Il a été interrogé pendant une heure. Il s’agissait de quelque espionne qui avait travaillé à Nancy. Le colonel me dit que Bouchardon ne lui a pas fait l’effet de l’homme transcendant qu’on se représente pour mener à bien d’aussi grosses affaires. Il lui a paru plutôt ordinaire. Mais, en tout cas, dit-il, ces magistrats, sitôt qu’ils prennent la plume pour rédiger vos déclarations, ils deviennent tout à fait ficelles et vous feraient signer des choses que vous n’avez jamais dites. On ne s’étonne plus des protestations de certaines gens qui se trouvent en face de dépositions tout à fait différentes de celles qu’ils avaient cru devoir faire. Il faut, au moment de signer, bien éplucher le papier qu’on vous donne.

Toujours dans le domaine judiciaire, on me dit qu’il y a un autre coffre à Lausanne et que c’est le diable d’en obtenir l’ouverture. Les autorités suisses déclarent que leur pays est neutre et qu’elles n’ont pas à coopérer à l’instruction menée en France et en Italie et s’opposent jusqu’ici à ce qu’on touche à cette cachette d’où l’on sortirait de savoureux documents.

Caillaux eut une sensationnelle confrontation avec un des officiers italiens venus déposer, le capitaine de Roberti ou tys. L’ancien président du Conseil se montra comme d’habitude assez insolent avec l’Italien, mais le militaire le prit de haut et traita Caillaux avec le plus énergique mépris. De plus, il ajouta que si l’inculpé avait à faire avec la magistrature française, il n’en avait pas fini avec la justice italienne qui, elle aussi, se réserve de continuer les poursuites. Caillaux fut, paraît-il, obligé de baisser la tête et de caner.

Je ne me rappelle pas si je t’avais dit la magistrale façon avec laquelle nous nous sommes fait rouler encore une fois par les Italiens. Tu sais que nous leur avions demandé trois ou quatre mille travailleurs. Ils ont répondu que cela leur était impossible parce qu’ils n’en avaient pas, mais qu’à leur place ils allaient nous envoyer deux divisions. Et l’on a accepté ! En sorte qu’ils envoient deux divisions de troupes combattantes, ce qui leur permettra de dire plus tard qu’ils ont contribué à défendre le front français et même, sans doute, que c’est grâce à leur valeur que la France a pu résister.

Je m’occupe en ce moment de faire traduire le traité secret italien et je le publierai dès que j’aurai un peu de place, tu verras si ce que nous disons de l’impérialisme italien est exagéré. La gourmandise de ce peuple est quelque chose d’extraordinaire. Ce traité a paru dans une petite revue qui s’appelle la New Europe. Il y a déjà quelques jours que la publication en a été faite et aucun journal n’en a encore parlé. Peut-être la censure nous arrêtera-t-elle. Ce serait dommage, le document se passe complètement de commentaires, il est suggestif par lui-même.

J’ai eu ce matin quelques renseignements sur l’état d’esprit des ouvriers du Centre. La grève de Lyon s’est terminée très rapidement et n’avait d’autre objet que des questions économiques, salaires, vie chère, etc. En revanche, celle de Saint-Étienne, qui fut virtuellement terminée il y a plusieurs semaines, avait eu un caractère nettement pacifiste et l’état d’esprit a survécu à la grève. On se trouve donc là en présence d’une situation qui reste inquiétante et pourrait se troubler du jour au lendemain. En ce moment tout est calme. Quant à Merrheim, il se peut qu’en effet il se soit employé à calmer l’effervescence, mais Clemenceau l’a à l’œil et ne le raterait pas. C’est du reste une vieille lutte entre la CGT et le président du Conseil. Dès son premier ministère, Clemenceau l’a combattue, prétendant que c’était un état dans l’État et qu’il ne pouvait l’admettre. Il se peut que Merrheim, connaissant les intentions du Tigre et estimant que le moment n’est pas venu, ait fait rentrer son monde dans le rang. Le calme présent ne serait donc pas de tout repos et dégagé de menaces. Encore un mot du Tigre. Tu te souviens que, le jour de la grande séance, Renaudel l’avait asticoté pour le faire parler. N’y parvenant pas, le socialiste s’était décidé à monter lui-même à la tribune pour y entraîner le président du Conseil. Ce dernier, pendant que son adversaire parlait, dit à mi-voix à son voisin : « A-t-il de la chance ce Renaudel, je voudrais pouvoir p…er aussi facilement qu’il parle. » Tu sais qu’on l’a opéré de la prostate.

Une lettre que Lechartier m’adresse de New York à la date du 31 décembre me montre que, si la censure ne blanchit presque plus les journaux, elle sévit terriblement sur les dépêches en cours de transmission. C’est le système le meilleur pour éclairer le pays et ne pas lui donner de fausses idées. Voici du reste le passage de la lettre :

… J’ai sur eux (les Russes) la même impression ou plus forte que je vous ai dite sans plaisir quand je suis rentré de Russie. Arriverons-nous à temps et avec les moyens pour acheter tout ce qu’il y a à acheter chez eux ? Si nous n’y arrivons pas, il me paraît bien que c’est la Russie turquifiée dans les trois prochaines années par l’Allemagne et la paix allemande, pour nous, bien avant. J’ai câblé pas mal de choses là-dessus. Mais qu’en sera-t-il parvenu ?

Je sens que je vais vous parler de la censure. On m’accuse ici d’être atteint de « censuromanie ». Mais vous sympathiserez. Je ne vous dirai rien des câbles hachotés, niaisés à souhait et qui paraissent parfois au-dessus de mon nom. Mais je lis dans les Débats du mardi 4 décembre une lettre de l’ambassadeur russe à Washington qui est renvoyée par Havas de Corfou, alors que je l’avais adressée directement d’ici et que pas un mot n’a paru. Également, tout ce que j’ai écrit du soulèvement de l’opinion américaine contre la lettre Lansdowne est resté en route. Mais ce serait à l’infini. Pour comble de bonheur, j’avais, jusqu’à présent, deux censures, l’américaine dont je m’arrangeais, et la française. Par l’incurie de la Société des câbles télégraphiques qui n’avait qu’un seul câble disponible depuis le début de la guerre et l’a maintenant en réparation, je dois passer dorénavant par les lignes anglaises, je jouirai d’une censure de plus et la pire. J’ai des moments de grand désespoir…

Je pense que …… vous a donné l’écho de la révolution causée par la nomination de Chaumeix dans la Carrière [1]. Je ne pouvais plus voir qui que ce fût de l’ambassade sans qu’on me la lançât à la tête tout comme si je l’avais faite. L’opinion la plus atténuée a été celle de Dejean qui est le meilleur garçon du monde, qu’on s’aperçoit un beau jour au Quai d’Orsay, que les diplomates sont des plaques, alors on prend des journalistes jusqu’à ce qu’on trouve que les journalistes ne valent pas mieux que les diplomates, et alors on reprend les premiers.

À toi.

Et

[1] Il s’agit de la carrière diplomatique. André Chaumeix est nommé « aux fonctions de conseiller de l’ambassade de France à Berne ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.