13 janvier 1918

13 janvier 1918

 

Ignace en personne a dit hier au soir à notre informateur que l’on tenait définitivement Caillaux, et notre rédacteur est venu m’apporter cela dès ce matin. Il ajoute que c’est le coffre de Florence qui a livré tous les secrets. D’abord beaucoup d’argent, et puis des listes d’individus très suggestives. Notre rédacteur, à qui je demande si l’on parle d’arrestation, croit que cela arrivera un de ces jours. Convoqué par Bouchardon quelque matin, on ne le verra plus sortir du cabinet du juge. Attendons jusque-là.

L’élection du secrétaire perpétuel à l’Académie des sciences morales fut hier assez comique. Lyon-Caen [1] devait être élu, mais Benoit [2] et Welschinger se mirent sur les rangs. Welschinger vint avant-hier me demander de presser nos amis et de faire passer une petite note. Pour les amis, lui ai-je répondu, les positions sont prises, quant à la note ce n’est pas l’usage chez nous. Il fut tellement bruyant et embêtant que je me dis : s’il fait seulement une ou deux démarches de ce genre, il est rasé pour la vie. Au premier tour les voix s’égrenèrent un peu, mais, au second, Benoit une voix, la sienne. Welschinger une voix, la sienne aussi. On vit alors Benoit filer dans l’antichambre et aborder un des journalistes et lui dire : Vous savez, je n’étais pas candidat. – Cependant, mon cher maître, répond le journaliste, vous m’aviez remis une petite note sur vos œuvres en cas de nomination. Que dois-je en faire ? – Rien du tout, rien du tout, c’était à tout hazard, mais je n’étais pas candidat. Le journaliste reprend : Cela ne fait rien, mon cher maître, j’ai été très heureux d’avoir votre curriculum vitae car, n’ayant pu lire toutes vos œuvres, cela m’a mis au courant de vos travaux. Tête de Benoit sous l’œil ironique des bons confrères.

D’Angleterre.

Nous voici arrivés au point prévu depuis longtemps. On ne peut plus prendre d’hommes pour l’armée sans dégarnir les ateliers de munitions et, pour remplacer les hommes qu’on y prendra, il faudra puiser dans les industries non nécessaires au pays (il n’y en a plus guère) ou parmi les hommes de quarante-et-un à cinquante ans dont l’armée ne veut pas. Les statistiques de recensement sont là et l’on ne peut les contester. Je vous ai mis en garde plus d’une fois contre les statistiques fantaisistes de Repington qui arrivait à trouver un million deux cent mille hommes ou un million cinq cent mille de plus qu’il n’y en a dans le Royaume-Uni, d’âge militaire bien entendu…

Je ne sais pas ce que demandent les trade-unions pour rendre au gouvernement sa parole. (Loi électorale ou buts de guerre)… Sans doute le gouvernement pourrait, en dernier ressort, se montrer ce que l’on appelle « ferme » et faire une espèce de conscription industrielle, mais cela serait bien dangereux s’il ne s’est pas assuré le concours des organisations travaillistes. Tout cela, du reste, n’est pas nouveau et il y a longtemps que vous le savez. Ce qui est grave, c’est que l’on ne veut pas le dire chez nous et que nous nous exposons un de ces jours à voir l’opinion française furibonde contre les Anglais qu’elle accusera de nous lâcher, tout simplement parce qu’elle ne sera pas renseignée. Si l’on ne voit pas les classes ouvrières et si l’on ne les entend pas parler, on ne peut se rendre compte du progrès (?) des idées depuis trois ans. La Russie leur a donné quelques leçons dont toutes ne sont pas perdues bien qu’un bouleversement ici soit inconcevable, à moins que les gouvernants ne se montrent encore inférieurs à ce qu’ils sont, ce qui n’est pas très vraisemblable.

Mais nous pouvons avoir des désordres locaux dus à la disette un peu trop rapide (ici, énumération des difficultés d’approvisionnement).

J’en reviens toujours au même point. Les Anglais ne sont pas pacifistes et ils iront jusqu’au bout, mais à la condition qu’ils sachent quel est le bout et s’il est conforme au bout qui leur a été indiqué dès le début de la guerre, pour lequel ils ont pris les armes et pour lequel Kitchener a eu ses volontaires. Pour cela ils feront tous les sacrifices. Mais s’ils ont l’idée qu’on les trompe et qu’on veut les mener par des moyens détournés à des buts différents, il est fort à craindre qu’ils se gendarment.

J’ajoute qu’il n’est pas inconcevable qu’on les convertisse, mais le fléchissement du Labour Party, depuis août jusqu’à décembre 1917, qui n’a pas été assez remarqué chez nous, ne fait guère croire à une conversion.

C’est pour ces raisons que les négociations entre le gouvernement et les trade-unions ont une si grande importance. Elles peuvent influencer le cours des événements et on ne le sait pas chez nous, ce qui est fâcheux.

Voilà.

Et

[1] Charles Lyon-Caen (1843-1955). Agrégé de droit. Professeur de droit maritime et doyen honoraire de la faculté de droit. Membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Charles Benoist, qui est membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1908.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.