11 janvier 1918

11 janvier 1918

 

Je ne t’avais pas noté hier les bruits qui circulaient de l’arrestation de Caillaux [1]. Comme cela arrive en moyenne une fois par semaine, je n’y avais pas prêté grande attention. Cependant, cette fois ils ont peut-être un fondement plus sérieux car la censure s’en est préoccupée et nous a téléphoné ce matin de ne pas parler de l’ouverture du coffre-fort de Florence, elle a même dit le coffre-fort de M. Caillaux à Florence.

La rumeur publique veut qu’on ait trouvé dans ce coffre tout le pot aux roses et, de là à préjuger l’arrestation de Caillaux, il n’y avait qu’un pas qui fut aisément franchi.

Il se place même hier, à la Chambre, un incident assez sérieux. Caillaux vint trouver un rédacteur du Matin, nommé Talabar [2], et lui demanda à brûle-pourpoint : Est-ce vrai que l’on parle de mon arrestation ? Talabar qui ne savait rien a joué l’homme qui sait. Il répondit : Mais oui, Monsieur le Président, on ne parle que de cela. Comment cela peut-il se faire, dit Caillaux, c’est grotesque et stupide. – Évidemment, mais il n’en est pas moins vrai qu’il n’est question que de cela. Caillaux partit, l’air assez embêté. Attendons.

J’ai su ce matin que Gauvain avait fait une petite erreur en parlant du message inopiné de Wilson. Il n’était pas inopiné, il l’avait mûri depuis fort longtemps et son intention était de le sortir à l’occasion du 1er janvier. Un télégramme l’avait annoncé, et l’agence Havas avait reçu les ordres pour recevoir sur le multiple un télégramme de trois mille mots, mais le document n’était jamais arrivé [3]. Ce ne fut qu’hier matin qu’on le reçut. Lloyd George, qui était en pourparlers avec Wilson, lui avait demandé de différer l’envoi du message. Le président y consentit, mais sa fureur fut grande lorsqu’il lut le discours anglais. Il modifia son propre message et c’est à cela qu’il faut attribuer les passages sur la Mésopotamie, les colonies, qui ne sont pas du goût anglais.

Ne trouves-tu pas qu’on a été bien élogieux et admiratif pour ce message, nous-mêmes du reste. J’avais fait, avant l’article, quelques observations à Gauvain mais ce dernier a estimé qu’il valait mieux le prendre comme cela, quitte à faire certaines critiques au fur et à mesure des événements. De plus, on me signale une erreur matérielle dans le passage concernant la Pologne. Il y est question de rivages qui n’ont jamais connu un seul Polonais. Pour un chef d’État, c’est un peu choquant.

Je me suis renseigné au sujet de ce que t’a raconté Deschamps. Si Pichon lui en a parlé, c’est bien qu’il voulait attirer l’attention sans doute sur le danger de blesser l’Italie en ce moment. Tu sais déjà que Deschamps est très bien avec certains fonctionnaires de la Guerre qui comptent parmi les plus intelligents, je te raconterai ce que j’avais entendu dire de lui. En rapprochant tous les faits, je ne serais pas étonné que ton camarade se soit fait, auprès de Pichon, le porte-parole de ceux qui sont préoccupés de nos troupes au-delà des Alpes. Le ministre aurait alors un peu forcé le péril des négociations particulières. Que te semble-t-il de ce raisonnement ?

En tout cas, le flirt dont tu m’as parlé a parfaitement existé. Les personnages qui s’y sont livrés n’étaient pas des mazettes. On a refait, il y a quelques semaines, les propositions qui avaient été faites déjà six mois auparavant. Jusqu’ici, ces conditions sont inacceptables pour l’Italie. Il ne s’agit que d’un petit morceau (le tiers environ) du Trentin, et l’Italie garderait la neutralité complète jusqu’à la fin de la guerre. Tu comprends l’impossibilité pour l’Italie d’accepter un si petit gage. Ce serait un désastre après leurs revendications solennelles. L’intermédiaire dans la négociation est Romberg [4], le ministre d’Allemagne à Berne. (Garde tout cela strictement dans ta poche).

Voici les dernières histoires de la boîte aux fausses nouvelles, j’ai nommé la préfecture de police.

On aurait trouvé dans le coffre-fort de Florence, d’abord la preuve que Caillaux avait mis une grosse partie de sa fortune à l’abri de l’impôt sur le revenu et des investigations indiscrètes françaises, puis tous les papiers d’Agadir, enfin une série de papiers personnels dans lesquels on espère trouver des pièces curieuses.

On dit encore à la préfecture que des négociations marchent avec l’Autriche, la Turquie et la Bulgarie pour arriver à faire pression sur l’Allemagne. Celle-ci se trouve maintenant acculée à ce dilemme : ou se résigner et traiter sur les bases Wilson-Lloyd George, ou continuer la guerre, sacrifier de nouveau un million d’hommes et affronter deux années encore de misères.

Voilà.

Ton vieil

Et

[1] Joseph Caillaux est arrêté le 14 janvier 1918.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Gilbert Talabard, journaliste au Matin.

[3] Il s’agit peut-être de la note Wilson. Le 8 janvier, Wilson présente son plan de paix au Congrès américain en « 14 points ». Le parti travailliste américain approuve les « 14 points » de Wilson. Le Parlement français adopte le plan Wilson des 14 points par 377 voix contre 113.

[4] de Romberg. Allemand. Diplomate. Ministre plénipotentiaire d’Allemagne à Berne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *