8-9 janvier 1918

8-9 janvier 1918

 

Pas un quart d’heure hier pour perpétrer mon pensum. Je reçois de Londres une lettre privée qui modifie considérablement l’impression qu’on a tirée du discours de Lloyd George. Voici : Une dépêche Reuter de ce matin (7 janvier) dit que la presse française accueille à l’unanimité la déclaration britannique et qu’elle est émue de ce que Lloyd George s’est tourné vers Albert Thomas et lui a dit que lui et le monde britannique ont décidé de soutenir la France jusqu’à la mort pour la restitution de l’Alsace-Lorraine. Lloyd George a parlé simplement de la révision (reconsideration) des torts commis en 1871, ce que tout le monde interprète comme voulant dire referendum. V. Morning Post, Observer, Reynolds, Daily News, Snowden [1], Ramsay Mac Donald [2], etc. Les journaux lloyd-georgiens, Times, Daily Chronicle évitent avec le plus grand soin, en donnant des extraits du discours, de reproduire le mot reconsideration. C’est significatif. Le Morning Post dit carrément que le terme est équivoque. Dans le public, l’opinion est que Lloyd George a capitulé devant le Labour Party. C’est très joli, mais je voudrais bien voir ceux qui le critiquent à sa place. Comment feraient-ils ? Il voulait des hommes, on les lui a donnés à des conditions à prendre ou à laisser. Et puis, l’Irlande les empoisonne. Elle ne donne pas d’hommes et quand on proposera le referendum pour l’Alsace, d’autres le demanderont pour l’Irlande…

Albert Thomas avait écrit de Londres à Gauvain en lui disant qu’il suivait tous ses articles et qu’il aurait le plus grand désir de causer avec lui, que, rentrant à Paris lundi, il prendrait volontiers rendez-vous avec lui dès mardi. Gauvain l’a vu hier, il lui a raconté des choses très intéressantes sur la situation des partis en Angleterre. Gauvain n’a pas cru pouvoir me les répéter dans le téléphone. En tout cas, Thomas ne pense pas prendre une grande part à l’interpellation de demain. On en a cependant un peu élargi le sujet, mais il préfère se réserver pour plus tard lorsque l’occasion se présentera d’un débat sur la politique générale.

Tu as su le propos qu’on prête au roi d’Espagne dans une conversation avec Thierry. Alphonse XIII aurait dit à notre ambassadeur : « Vous allez avoir à subir un choc très fort, comme cela est arrivé pour Verdun. Il est probable que le résultat sera le même. Mais il vous faut tenir, tenir à tout prix, l’Allemagne n’en a plus que pour six mois, après elle signera la paix que vous désirez. »

Entre nous, je me méfie un peu de l’authenticité des paroles de cette nature tenues par un souverain neutre à un ambassadeur belligérant.

D’autre part, Arcos [3], le secrétaire de l’ambassade d’Espagne à Berlin, a passé par Paris où il a raconté qu’il avait récemment dîné avec Guillaume II qu’il n’avait pas vu depuis assez longtemps. Il a trouvé un vieillard complètement blanc, très voûté, et qui n’a pas ouvert la bouche pendant tout le repas [4].

Un des nôtres a vu Pichon il y a deux jours. Il l’a trouvé très sombre et très préoccupé. Il ne lui a pas caché que les affaires ne marchaient pas bien, que l’on ne s’entendait guère entre alliés, que les Anglais marchaient suivant leurs idées et surtout que Sonnino était insupportable. Ses prétentions, loin d’avoir été diminuées en raison des faiblesses de son armée, se maintenaient plus fermes et plus étroites que jamais. En contradiction complète avec les déclarations que Clemenceau nous avait faites et dans lesquelles le président du Conseil déclarait au contraire avoir trouvé Sonnino admirable, Pichon, lui, prétend que le ministre italien a tenu à jouer ce rôle de maître chanteur (le mot n’est pas du ministre français) à la conférence même.

Je crois t’avoir parlé hier d’un coup de téléphone de Raffalovitch. Ce dernier avait ajouté qu’il avait été très regrettable que l’on se soit si vite décidé à reconnaître l’indépendance de la Finlande [5] et qu’on avait ainsi acquiescé à une mesure du gouvernement bolchevikiste. J’avoue que cela m’avait sauté aux yeux et que je t’en avais même fait la réflexion estimant que, si l’on reconnaissait la Finlande, l’Ukraine, etc., on semblerait peut-être aussi reconnaître implicitement la Russie des bolcheviks [6]. Eh bien, Pichon n’était pas partisan d’agir si vite, il l’avait déclaré. Je ne serais pas étonné que ce soit un coup de tête du Tigre. Il est sujet à des coups de tête de cette nature. J’ai beau faire, je ne m’habitue pas à voir Clemenceau au pouvoir. Je me fais bien une raison et je conviens qu’il prend des mesures qu’aucun autre n’oserait prendre, mais je redoute les conséquences de certaines décisions prises sans réflexion et, hélas, souvent par passion ou parti pris contre quelqu’un ou quelque chose. Espérons que cela tournera bien mais je n’ai pas confiance.

En attendant, on reste toujours perplexe au sujet de Caillaux, bien que, dans son cabinet, on prétende être très sûr de l’affaire. Un des chefs adjoints, ancien sous-préfet de Morlaix [7], a déclaré à l’un de nos reporters que Caillaux était pris et bien pris, qu’il ne pouvait pas en dire plus quant à présent, mais qu’on pouvait être tranquille.

[1] Philip Snowden (1864-1937). Anglais. Homme politique. Député travailliste. Pacifiste, il soutient les objecteurs de conscience et n’est pas réélu en 1918.

[2] James Ramsay Mac Donald (1866-1937). Anglais. Homme politique. Chef du parti travailliste (1911-1914).

[3] Arcos. Espagnol. Diplomate. Secrétaire d’ambassade à l’ambassade d’Espagne à Berlin.

[4] Guillaume II (1859-1941). Il a alors 59 ans.

[5] Le 6 janvier 1918, le gouvernement allemand et le gouvernement russe reconnaissent l’indépendance de la Finlande.

[6] Cf. lettre du 5 janvier 1918.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *