6 janvier 1918

6 janvier 1918

 

Le discours de Lloyd George [1] ce matin ! Ah ! ce discours, venant après la lettre dont je te citais des extraits, et tant d’autres de mon ami de Londres [2] dont je t’ai fait part même lorsque tu étais aux armées [3], comme on le comprend. Je n’ose pas te dire tout ce que j’en pense car il me faudrait coordonner mes pensées, les grouper, les composer et je n’en ai pas le temps. Tu me comprends, c’est l’essentiel, mais quelle page il y aurait à écrire si l’on osait, une bonne fois, dire des vérités que Lloyd George effleure (et c’est déjà beau) mais ne dit pas carrément.

Et pour l’avenir, quelle perspective, ce matin je le disais à Gauvain en m’expliquant avec lui pour son article. Ne trouves-tu pas extraordinaire qu’un Premier anglais ait choisi, pour donner les buts de guerre de l’Entente en réponse aux Centraux, ait choisi non pas une assemblée de diplomates, non pas un Parlement, mais directement un parti, et quel parti ? les trade-unions, le Labour Party. Cela m’apparaît comme une consécration. Aveugles et fous ceux qui ne veulent pas le voir, et ils sont nombreux. Ce matin, je me suis époumonné à chercher à démontrer que le parti socialiste, qui semble avoir été battu en brèche, n’en tient pas moins le monde du travail et il faut compter avec ce dernier. Ce ne sont pas les lourdes arguties du Temps défendant le parti radical, ou les dilettantismes de Capus ou de Beaunier, qui arrêteront la marche de l’humanité. Il n’est que temps de s’en aviser et de s’assurer contre les risques. Vois-tu, mon pauvre vieux, je sais bien que je prêche dans le désert et que les deux côtés me lapideront.

Confidentiel. En tout cas, j’ai reçu, après un coup de téléphone urgent, la visite d’un homme qui, lui au moins, est tout à fait au courant des idées du XXe siècle. Cet homme compréhensif est notre cher comte de Fels. Lui aussi est piqué de la tarentule du rôle à jouer. Il est venu, de son ton définitif, m’expliquer qu’il était le seul homme peut-être en France au courant des relations franco-vaticanesques. Son passé (deux ans de stage à l’ambassade) lui avait fait connaître tous les détours du Saint-Siège, j’allais dire du sérail, et il était l’homme désigné pour être envoyé à Rome en reconnaissance. Le pape avait été son camarade en tant que della Chiesa, il était capable de voir jusqu’à quel point le pontife pourrait aider la France. Il désirait que je voie Cambon, que je le présente et que je lui ménage une entrevue. Vois-tu, mon cher Pierre, ainsi qu’il me l’a dit, le pape ne peut voir que des aristocrates, c’est une chose à ne pas répandre dans nos milieux démocratiques, mais il ne saurait s’accommoder de plébéiens. Donc… Dieu que c’est beau. Je ne puis faire autrement que de voir Cambon et lui recommander un homme qui est de lignée assez haute pour être admis dans l’intimité du marquis della Chiesa, vicaire de Jésus-Christ sur terre.

Vois-tu, M. le comte de Fels voudrait être l’artisan de la réconciliation du Saint-Siège avec la République française, et ce sont les articles de Lazare Weiller qui ont surexcité son désir de jouer le grand rôle. Il prétend que Lazare Weiller est venu le trouver pour le consulter comme compétence, il a dû aller travailler notre Israélite qui a promis d’en parler à Clemenceau. Mais le comte est renseigné, il sait que Lazare Weiller n’a que peu d’influence sur le Tigre, alors il lui faut d’autres pistons.

Le déjeuner de ce matin n’a pas donné grand-chose. Echange d’idées, historiettes amusantes mais peu à retenir, sauf que le correspondant de Florence [4] redoute une dérobade italienne. Il voudrait qu’ici nous démolissions Sonnino. Oui, mais par qui le remplacer ? Orlando [5] ? Oui, mais lui aussi bien peu sûr. Maurice Pernot est convaincu que la chute de Sonnino livrerait l’Italie aux pacifistes et aux neutralistes, par conséquent on avancerait la catastrophe. Maurice Pernot n’envisage du reste pas celle-ci aussi tragiquement que bien d’autres. Il n’a peut-être pas tort.

Une bonne anecdote.

Hier au soir, Maurice Pernot était avec Clémentel qui lui annonce la reconnaissance de la Finlande. – Vous n’avez certainement pas fait cela sans avoir pris vos avantages. – Mais quels avantages ? – Comment quels avantages, mais la Suède s’est fait reconnaître des tas de choses. J’espère bien que vous avez déterminé des fournitures de bois, de marchandises de toute nature. – Ah, mais c’est vrai, vous avez raison, je n’y ai pas pensé. Demandez-moi au téléphone le ministre des Affaires étrangères.

– Allo ! Allo ! le ministre des Affaires étrangères.

– M. le ministre dîne en ville.

– Je lui téléphonerai plus tard.

Nous sommes bien tranquilles, rien n’aura été fait.

Ton vieil

Et

[1] Le 5 janvier 1918, Lloyd George fait un important discours sur les buts de guerre des Alliés à la conférence des trade-unions.

[2] Non identifié.

[3] Cf. lettres des 6 mai 1917, 11 mai 1917, 27 juillet 1917, 28 décembre 1917, 6 janvier 1918.

[4] Il s’agit de Jean Alazard. Cf. lettres des 29 et 31 décembre 1917.

[5] Vittorio Orlando (1860-1952). Italien. Président du Conseil (1917-1919).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.