5 janvier 1918

5 janvier 1918

 

Mon papier était si long hier, qu’aujourd’hui je vais te laisser reposer. J’ai bien vu un certain nombre de personnes mais pas grand-chose d’intéressant. On a surtout parlé de la Russie et l’on se demande si ce n’est pas une nouvelle comédie que l’on joue de façon à entraîner les Alliés du côté de ces défenseurs de la liberté des nations et, en les prenant ainsi dans un piège, hâter la paix générale.

On se demandait également si l’Entente n’allait pas reconnaître les États qui se sont séparés des bolcheviks. La Suède vient de reconnaître la Finlande [1], la France reconnaîtrait-elle l’Ukraine ? Dans ce cas, on reconnaîtrait implicitement l’État soumis aux maximalistes.

J’ai entendu dire ce soir, étant allé voir le bon Chantavoine [2] qui est malade, par des intellectuels russes, que Lénine était un convaincu, qu’il était persuadé qu’il amènerait la révolution en Allemagne. En revanche, ces mêmes intellectuels déclaraient que Trotski [3] qui, lui, était vénal, avait été acheté par les Américains [4]. La comédie n’existerait donc pas et l’attitude serait réelle et voulue.

Tout cela n’est bon qu’à noter sans y attacher plus d’importance qu’il ne faut, car les incidents, les coups de théâtre ne sont pas terminés en Russie.

Extraits de lettre du neveu :

« On vient de faire cet après-midi une opération partielle sur le Tomba [5] qui a très bien réussi, elle aura une plus grande influence morale que matérielle. C’est un exemple, et il était bon qu’il vienne de nous avant les Anglais. De plus, c’est une situation locale améliorée, au moins provisoirement, car il faut toujours attendre la riposte du Boche.

« Il paraît que vous trouvez que nous ne voyons pas très juste ici et que nous errons un peu. J’aimerais bien connaître qui et en quoi. Il me semble cependant que nous sommes assez sages. Le sentiment se résume en ceci : affaire mal embarquée dont il faut essayer de tirer le profit qu’on peut puisqu’on est venu. La question de l’instruction est réglée en ce sens qu’on va faire des camps d’instruction modèles, tous français, et on espère que les Italiens, séduits, demanderont spontanément à venir s’y mettre à l’école. Raisonnement digne de toute notre politique, on verra bien ce qu’il donnera. Quant à la situation plus générale ; croyance, qui semble assez fondée, que la victoire militaire est un mythe et que le temps, au moins dans ce domaine, ne travaille pas pour nous malgré les Américains, au contraire. Le gouvernement a sans doute d’autres lumières et d’autres idées. On verra encore. Jusqu’à présent, la suite était assez facile à prévoir car elle était logique et on continue de raisonner dans l’idéal. Le temps d’un autre idéal, non moins mythique, celui du soviet, pourrait bien venir.… »

Tu as vu un blanc de la censure dans le numéro de ce soir. C’était une dépêche de notre correspondant de Suisse signalant le passage de gros canons autrichiens en route pour la Haute-Alsace. ??

À toi.

Et

[1] La Suède reconnaît l’indépendance de la Finlande le 4 janvier 1918, et le gouvernement allemand le 6 janvier.

[2] Henri Chantavoine (1850-1918) meurt le 26 août 1918.

[3] Lev Davidovitch Trotski (1879-1940). Russe. Homme politique. En 1898, il est arrêté pour ses idées révolutionnaires et déporté en Sibérie. Évadé, il rejoint Lénine à Londres. De retour en Russie en 1917, il ralllie les Bolcheviks et est l’un des organisateurs de la révolution d’Octobre. Commissaire du peuple à la Guerre, il crée l’Armée rouge.

[4] Le 30 décembre 1917, Trotski invite les gouvernements alliés à ouvrir des négociations de paix.

[5] Le 30 décembre 1917, une contre-attaque française de la 37e division d’infanterie reprend à l’ennemi le mont Tomba.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.