4 janvier 1918

4 janvier 1918

 

Je t’ai parlé hier d’une lettre de Londres, je vais t’en donner quelques extraits. Après avoir dit que l’année finissait pour les Anglais sur un désappointement car tout en désirant la paix ils ne sont pas pacifistes, après m’avoir dépeint les difficultés inquiétantes du ravitaillement, les longues queues dans le froid et la boue souvent pour ne rien obtenir, il prend la question politique et je suis sûr que ses réflexions t’intéresseront :

Depuis la guerre, les idées ont avancé de cinquante ans sinon davantage, et le facteur politique le plus important est le développement du parti ouvrier comme parti politique actif. Il n’y avait pas de Labour Party au XVIIIe siècle, et comme la diplomatie européenne en est encore aux traditions de cette joyeuse époque, elle n’a pas vu grandir le monstre, et, maintenant qu’il a l’âge adulte, elle ferme les yeux pour ne pas le voir. En Angleterre, le parti ouvrier a une énorme puissance économique et politique et il est maître de la situation. Quant à la menace d’une dissolution qui, la loi électorale n’étant pas votée, priverait de leurs droits électoraux les deux tiers des inscrits, il hausse les épaules, il est armé, armé d’une arme terrible contre laquelle rien ne prévaut. Si un peuple se croise les bras, que voulez-vous faire ? Que pouvez-vous faire ? Donc, depuis longtemps déjà, et surtout depuis Lloyd George qui a signé des traites en blanc en arrivant au pouvoir, le Labour Party est inexpugnable. Il n’a aucun désir d’en abuser mais il est bien décidé à en user. Ainsi, en ce moment, il faut des hommes ; on ne peut les avoir qu’en négociant avec lui envers qui il a été pris des engagements dont le gouvernement demande à être relevé. Il aura ce qu’il demandera en donnant des raisons convaincantes, mais il faudra qu’il paye.

Le Labour Party peut demander des réformes sociales pour après la guerre ; il peut demander, sinon l’adoption de ses buts de guerre, du moins l’élimination de certains buts de guerre de gouvernement comme la guerre économique, comme les buts de guerre non conformes aux déclarations Wilson, etc., etc.

Ce n’est pas sans raison que Lloyd George, le 30 décembre, n’a pas dit un mot de l’Alsace-Lorraine ni de l’Italie. Il avait depuis deux jours (ou trois) le texte des buts de guerre du Labour Party et il savait qu’il aurait à négocier le Man Power avec les trade-unions, c’est un fait qui a son importance.

La diplomatie européenne a été, dans cette affaire de l’Alsace-Lorraine, d’une cécité incroyable. Elle a voulu finasser et attendre. Le moment jugé opportun venu, on a soulevé le côté fer-charbon de l’Alsace-Lorraine. Les ouvriers ont vu immédiatement un intérêt capitaliste et cela leur a suffi : « Nous ne faisons pas la guerre pour le capitalisme, nous combattons pour la démocratie. » Alors on a mis la sourdine à la corde fer-charbon et on a parlé de 70-71. C’était moins maladroit, mais tous les articles étaient écrits par des Français, Darras (?), Millet ou autres. Autre guitare des ouvriers anglais : « La revanche, la conquête, cela ne nous intéresse pas. … On a oublié ou l’on n’a pas su qu’on obtient tout d’eux avec le sentiment.… »

En résumé, c’est toujours la même chose, on commence par finasser et dissimuler la vérité, et quand elle sort du puits ou qu’on l’en tire comme un diable d’une boîte, on risque de casser pas mal de choses. En ce moment, le parti ouvrier anglais, devenu parti politique, de parti économique qu’il était, est une force qu’aucun gouvernement ne peut, sans danger, heurter de front ou négliger ; et sa situation sera plus forte que jamais dans quelques semaines quand la loi sera votée. Sans doute il est jeune, un peu naïf, ce parti, mais il sait ce qu’il veut et il le dit, et il sait surtout ce qu’il ne veut pas. Or il ne veut pas qu’on revienne à l’état de choses d’avant la guerre et il ne veut pas davantage être laissé en dehors des affaires extérieures.

Les événements des trois dernières années lui ont servi de leçon, et ceux qui ne veulent pas le voir comptent sans leur hôte…

Cette ascension du parti ouvrier en Angleterre a son pendant ici où on ne veut pas le voir non plus. On s’apprête à un dur réveil.

Ce matin, notre discussion a recommencé aux Débats au sujet des passeports. Gauvain devait faire un article sur la Russie et il fallait faire quelque chose aussi sur la nouvelle conférence de Stockholm [1]. Celle-ci n’a aucun rapport avec le voyage à Pétrograd, et je comprends très bien que les Alliés interdisent aux leurs de s’y rendre. C’est ce que nous disons ce soir. On s’est expliqué avec énergie, et, pour qu’il ne puisse y avoir de contradiction entre Gauvain et l’auteur de l’article, il a été entendu que Gauvain se réserverait pour un autre jour.

Dietz, alors, m’annonce que son beau-frère (Paléologue) [2] lui a téléphoné hier en lui demandant ce qu’avaient les Débats et Gauvain à soutenir ainsi les socialistes. Excellent Dietz, il ne se rend pas compte que si Paléologue soutient une opinion, on a cinq chances sur six que la vérité soit le contraire. Il a montré tant de clairvoyance avec la Révolution russe ! Je ne pouvais cependant pas le faire remarquer à notre ami Dietz.

Tu savais, n’est-ce pas, que lorsqu’on avait envie de correspondre avec l’étranger, on disait toujours qu’au moyen de la valise [3] les lettres parvenaient plus rapidement et dans des conditions de sécurité relativement agréables et discrètes. Chaumeix, à son dernier voyage, m’avait laissé entendre qu’il n’était pas sûr que les correspondances fussent respectées. Je viens d’avoir la preuve que le cabinet noir fonctionne avec une admirable régularité et que le service de Delavaud se régale avec toutes les correspondances que les naïfs lui confient. Lechartier, qui est à Washington, est abordé un jour par le général [4] (?) lequel lui sort copie d’une lettre à Mme Lechartier [5] où il lui racontait je ne sais quelles blagues, bombes d’officier ou autres. Le général (?) était chargé de faire une enquête ! Je tiens tout cela de Mme Lechartier qui, désormais, confiera ses lettres tout bonnement à la poste. Au moins, lorsque la censure ordinaire décachète, elle ne s’occupe que des choses qui peuvent intéresser la sûreté et néglige le reste. De plus, on a quelque chance dans les moyens ordinaires d’échapper au coup d’œil indiscret, tandis qu’avec les diplomates on n’y coupe pas.

C’est, très confidentiellement, qu’on m’a raconté l’histoire suivante. Peut-être trouveras-tu que ce mystère n’a pas grande raison d’être. Il a néanmoins son importance dans certains milieux, et la divulgation pourrait avoir des conséquences. Tu te souviens que le père Sertillanges a fait un très beau et très courageux sermon où, ma foi, il disait au Saint-Père quelques vérités. La Propagande en fit tirer des exemplaires sous forme de brochure pour être distribuée aux catholiques [6]. Le Vatican veillait. Il a écrit deux lettres, une à Mgr Amette en le priant sans aménité d’avoir à arrêter la publication du sermon en brochure. Le brave Amette [7], pour ne pas faire trop d’histoires, a retiré la plaquette, mais déjà cinquante mille exemplaires avaient été distribués ou vendus, le sort était assuré. L’autre lettre s’adressait à Mgr Baudrillart auquel on demandait quelle mesure il avait prise contre le Père Sertillanges qui fait partie de l’Institut catholique [8]. Le recteur a répondu à Gasparri qu’il n’avait pris aucune mesure contre le père, qu’il pensait bien que, mieux éclairé, le Vatican, etc. Baudrillart fut alors informé qu’il n’eût plus à venir à Rome. Ce serait un débarquement, car il est inadmissible que le directeur d’une faculté catholique de cette importance ne pût aller prendre avis, conseil ou fournir explication dans la Ville sainte.

Les choses en sont là, on espère qu’elles s’arrangeront, mais alors, l’élection de Sertillanges à l’Institut devient une nécessité car son échec semblerait une victoire au Vatican. Si on est venu me mettre au courant de tout cela, c’est qu’on voudrait, le cas échéant, que nous défendions Baudrillart et Sertillanges.

Ton

Et

[1] Le gouvernement des Soviets propose de transférer à Stockholm les négociations de paix et déclare inacceptables les conditions des Empires centraux.

[2] Jules Dietz (1847-1928) a épousé Marizika Paléologue, sœur de Maurice Paléologue.

[3] Il s’agit de la valise diplomatique.

[4] Non identifié.

[5] Mme Georges Lechartier (1878-1968). Née Alice Barbat du Closel.

[6] Il s’agit de La paix française, discours prononcé en l’église Sainte-Madeleine, Bloud et Gay, [10] décembre 1917.

[7] Mgr Léon Amette (1850-1920) est archevêque de Paris.

[8] « Je reçois une longue lettre du cardinal Gasparri datée du 23 où il incrimine gravement le discours du Père Sertillanges comme un manque de respect au pape ; il me somme, ou à peu près, de dire quelles mesures j’ai déjà prises ou je compte prendre contre lui, pour sauver l’honneur de l’Institut catholique. », Les Carnets du cardinal, 26 décembre 1917, p. 711.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.