3 janvier 1918

3 janvier 1918

 

Dear old man,

 

Le pensum ne sera pas long aujourd’hui car je t’ai distillé la quintessence de mon savoir tout à l’heure. J’ai vu du reste que tu étais aussi bien sinon mieux informé que moi sur les différentes questions dont nous avons parlé. Pourvu que Clemenceau n’ait pas mis dans ses plans de nous coller Lutaud à la Seine ou dans quelque haute fonction analogue où la politique ne devrait jouer aucun rôle mais où, malheureusement, elle se fait trop sentir, et avec Lutaud c’est elle qui règnera. Il faut dire que le gouverneur actuel de l’Algérie est brutal mais intelligent. Comme préfet, il excellait à faire les élections, jouant de tous les moyens honnêtes ou crapuleux sans aucune espèce de scrupules. Je dois ajouter que ce préfet modèle sort avec la même… habileté les gouvernements successifs. Pour les adversaires, par exemple, ni droit, ni justice, tout pour les amis. Avec des principes semblables appliqués dans toute leur rigueur, on comprend que les élections soient réussies. Ce sont sans doute ces qualités que Clemenceau connaît et désire utiliser. J’ai eu plusieurs fois à te parler de Lutaud déjà [1]. J’ai bien dû te dire quelque part qu’il avait eu autrefois à Bordeaux, étant fonctionnaire, une assez vilaine histoire qui avait failli tourner en scandale. Il avait un peu trop fréquenté chez une personne qui aimait à réunir la petite jeunesse aux personnes mûres pour avancer leur expérience de la vie…

Une personne bien placée pour cela m’a porté aujourd’hui le texte d’une dépêche officielle de notre mission militaire en Roumanie adressée au ministre de la Guerre [2]. Je n’ai pas voulu, osé plutôt, en prendre copie, mais voici à peu près ce qu’elle disait : La presse française, émue des malheurs de la Roumanie, semble trop croire que ce pays n’ait plus qu’à signer la paix avec l’Allemagne, qu’elle a assez souffert pour la cause commune et qu’elle mérite, quoi qu’il arrive, la reconnaissance de l’Entente. Il faut qu’au contraire la presse insiste sur ce que le rôle de la Roumanie n’est pas terminé et que ce n’est qu’au cas où elle continuerait à se bien conduire qu’elle serait à même de récupérer tout ce qu’elle a perdu. Il se passe en ce moment en Ukraine certains faits très intéressants sur lesquels il est difficile de s’étendre mais qui sont de nature à amener les plus grandes modifications dans la situation actuelle.

Cette dépêche est curieuse et paraît indiquer une certaine réussite de ce que nous avons entrepris dans le sud de la Russie. Soyons donc un peu optimistes avec notre mission militaire et espérons qu’en Ukraine il se forme un noyau de reconstitution.

À propos de Russie, Arthur Raffalovitch [3] me téléphone pour me demander mon avis. Il a reçu la visite d’un rédacteur du Journal venu lui demander d’entrer dans un groupement des intérêts français en Russie. Ce serait un comité de défense et d’action pour sauver ce qui pourrait être sauvé. Ce rédacteur aurait voulu qu’on y intéressât le gouvernement. Raffalovitch a répondu que faire quelque chose d’officiel c’était se vouer à l’impuissance. Il fallait intéresser à la chose certaines gens susceptibles de conduire une campagne. Il me demandait si je ne croyais pas la place de Gauvain tout indiquée. Son sens diplomatique très avisé, sa profonde connaissance de tous les intérêts français en Russie et en Europe centrale rendraient ses conseils très précieux. Je ne puis qu’abonder dans son sens et Raffalovitch ira trouver Gauvain. C’est extraordinaire ce que la réputation de notre ami a grandi pendant cette guerre. Quelle différence avec tous les pantins de la presse !

À propos de pantins journalistiques, tu savais, n’est-ce pas, que le Daily News, qui a lancé le canard de la rupture germano-bolchevikiste, est tout à fait boche. Avant la guerre, c’était avec le Daily News que Bethmann travaillait. Depuis les hostilités, naturellement, il a été obligé de laisser un peu de côté ses belles campagnes d’autrefois, mais, sournoisement, il continue à faire le jeu des Centraux.

Ton

Et

[1] Cf. lettres des 7 octobre 1917, 1er-2 novembre 1917, 22 novembre 1917, 2 janvier 1918.

[2] Le ministre de la Guerre est alors Georges Clemenceau.

[3] Arthur Raffalovitch (1853-1921). Attaché commercial puis financier à l’ambassade de Russie à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.