2 janvier 1918

2 janvier 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Koechlin est venu me parler du Maroc [1]. Tu te rappelles que je lui avais écrit à ce sujet. Il ne croit pas que les prélèvements faits sur les troupes du Maroc l’aient été, du moins jusqu’ici, avec l’intention de pousser Lyautey dehors. Clemenceau, qui est au plus mal avec le général, ne pousserait cependant pas sa vindicte personnelle jusqu’à compromettre les intérêts du protectorat. Il faudrait pour cela qu’il fût la dernière des brutes. Lyautey a accepté les prélèvements. Il a envoyé dix bataillons qui sont en route aujourd’hui et il a même ajouté : Je puis tenir le coup. Koechlin me donne alors des précisions sur les dangers que peut courir le Maroc. Ils sont beaucoup moindres qu’ils n’étaient au printemps où vraiment la situation était grave. À l’heure actuelle, il n’y a plus que deux points à surveiller, le couloir de Taza et la frontière espagnole où l’El Malek reçoit près d’un million par mois pour faire l’agitation.

En revanche, où l’on peut craindre des soulèvements, ce serait bien plutôt dans l’Afrique du Nord, Tunisie et Algérie. La conscription des indigènes a soulevé de terribles colères et nous en avons déjà vu quelques effets à Batna. Comme, depuis, on a, malgré une entente des trois résidents qui s’étaient engagés à refuser toute nouvelle levée au gouvernement, on a continué, car Lutaud [2] a lâché pied et a donné satisfaction aux désirs de la métropole avec le doigté qu’on lui connaît et dont on a pu apprécier les résultats.

Je dis à Koechlin que Sarrail et Gérard demandent l’Afrique du Nord et Lyautey se trouverait en l’air. Il me répond que Clemenceau sait très bien combien Lyautey est nécessaire au Maroc. Il espère donc que rien ne sera changé, car si Lyautey, lorsqu’il parle de questions politiques, sociales ou autres ne dit que des choses qui vous font penser à la vieille culotte de peau, lorsqu’il parle du Maroc il est lumineux. Sorti de certains dîners à Paris où Lyautey, qui avait péroré, lui avait fait l’effet d’un gâteux militaire, il fut au Maroc frappé d’admiration devant les explications que lui donnait le général sur ses plans, ses opérations et l’œuvre entreprise. Du reste, les résultats sont là. Pour réussir au Maroc, il faut le connaître comme le connaît Lyautey, et Sarrail n’en a aucune idée. Quant à Gérard, c’est un simple imbécile. Ce serait donc folie de remplacer celui qui y est par un de ces deux hommes, et Clemenceau est assez intelligent pour le comprendre. Néanmoins, Koechlin suivra de très près les événements et verra avec l’officier chérifien s’il y a lieu de parer au grain.

Visite du petit Danois Ferlov. Il me dit être un peu désemparé pour dégager la situation politique en France. Il la trouve très embrouillée et confuse. Il croit qu’il aura de la peine à mettre debout le gros ouvrage qu’il est venu faire. Il trouve qu’il est assez difficile de causer avec les hommes à Paris. On échange des propos pendant une dizaine de minutes mais il est malaisé de creuser un peu les questions. Il a causé avec Thomas qui est resté assez fermé sur l’avenir politique mais qui lui a cependant déclaré que Caillaux était innocent et qu’on ne trouverait rien contre lui. Thomas aurait mieux fait de s’ouvrir un peu plus sur la politique et laisser Caillaux de côté, ce ne sont pas des conversations pour neutres. Ferlov est assez heureux car l’Entente commence à se rendre compte qu’il est inutile de jeter le Danemark dans les bras de l’Allemagne pour laquelle le peuple et les socialistes ont déjà assez de sympathie.

Je te parlais hier de ton Deschamps. Il paraît qu’on arrive à lui faire comprendre beaucoup de choses, qu’il a un très vif désir de mettre la main aux affaires et que, grâce à lui, on a pu obtenir de Clemenceau certaines réformes auxquelles on avait essayé d’intéresser Bénazet qui, avec la meilleure volonté du monde et par simple hannetonisme ou esprit de gaffe naturel, n’en avait jamais que compromis l’exécution.

Sais-tu pourquoi on a découvert tout à coup que les restaurants avaient à eux seuls réalisé de telles économies de pain que la carte n’avait plus pour le moment sa raison d’être et qu’on en suspendait l’application ? Eh bien, la raison n’en a rien de bien tranquillisant. C’est parce qu’on a redouté une effervescence populaire dans la plupart des grandes villes. On a senti que l’émeute gronderait et l’on a prudemment battu en retraite.

Je suis allé quelques instants au Cercle où on m’a beaucoup demandé ce que je pensais de la dépêche de L’Information sur la rupture germano-bolchevikiste. J’ai dit naturellement que, jusqu’à plus ample informé, je croyais à une blague, et cela en a bien l’air, il n’y a rien chez nous de plus canardeux que le Daily News. En tout cas, cet après-midi, la censure était aux champs et avait dû fortement recevoir sur les doigts.

Barante nous raconte qu’il a entendu dire par je ne sais qui, j’ai oublié le nom, que les Allemands n’attaqueraient probablement nulle part, comprenant que toute tentative ne pourrait aboutir, et que leur idée était de nous énerver. Mais Wedel nous dit qu’il faut craindre la poussée en Italie. – Et la neige, lui répond-on. – La neige, certainement, mais c’est justement parce que tout le monde dit que la neige empêcherait toute action qu’elle pourrait avoir lieu.

Good bye.

Et

[1] Cf. lettre du 31 décembre 1917.

[2] Charles Lutaud (1855-1921) est alors gouverneur général de l’Algérie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.