1er janvier 1918

1er janvier 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Je te fais grâce de toute considération sur ce quatrième jour de l’an qu’aura vu la guerre. Sera-ce le dernier, ou l’aube de 1919 se lèvera-t-elle encore sur des hécatombes, c’est le secret de l’avenir et je reviens au présent, car, pour nous, le 1er janvier ressemble comme un frère au 31 décembre ou au 2 janvier.

Tu as vu l’affaire socialiste d’hier [1]. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi j’ai mon idée là-dessus, et dès l’aube j’en ai téléphoné à Gauvain que j’ai trouvé non seulement de mon avis mais peut-être encore plus vif que moi sur la maladresse commise par Clemenceau. Je m’étais entendu avec lui sur l’article à faire, j’avais même cherché le moyen de ménager au gouvernement une porte de sortie. Il était convenu que nous insisterions sur la façon malheureuse dont avait été posée la question. Les socialistes, dans leur manie de tout transformer en question de parti, ont fait une manifestation collective là où il aurait fallu tout simplement demander des passeports individuels pour des hommes désireux de se rendre dans un pays somme toute encore allié. Il ne s’agissait pas de se rendre à une conférence où on aurait à discuter avec des Allemands, mais à des membres d’un parti parlementaire se rendant à Pétrograd pour causer avec des gens du même parti dans ce pays allié. Clemenceau, en refusant net les passeports, commet une faute parlementaire. Il lui sera facile certainement de défendre le point de vue de l’interdiction devant la Chambre, sa majorité est certaine, mais le manifeste socialiste fera tache d’huile. De plus en plus on abandonne au parti Renaudel les récoltes futures. On ne veut tenir aucun compte de la lassitude populaire, je redoute les surprises. Clemenceau fut très habile en proclamant urbi et orbi que 1919 nous apporterait la victoire, c’était un coup de massue pour le moral allemand. Je sais qu’il a été ressenti, mais il fallait, tout en affirmant cette volonté de durer, donner l’impression que, si l’on continuait, ce n’était pas faute d’y avoir mis du sien. Les socialistes que je connais, comme Rouanet, prétendent que, loin de devoir être roulés, les Longuet, etc. étaient parfaitement capables de rouler les autres. Pourquoi, a priori, dire que nos socialistes sont inférieurs à leurs coreligionnaires allemands ? De plus, Clemenceau n’est-il pas en contradiction avec Noulens qui, au contraire, réclamait des gens pour causer avec les socialistes révolutionnaires ennemis des maximalistes. Les socialistes s’offraient pour faire cette besogne. Il fallait les laisser partir comme simples citoyens, quitte à les désavouer s’ils faisaient des choses déplaisantes. Tout n’aurait pas été mauvais dans leur station à Pétrograd.

Une fois dans la salle de rédaction, j’ai trouvé tout le monde contre moi. Dietz lui-même m’a dit : nous ne pouvons pas ne pas soutenir Clemenceau dans cet acte de fermeté. Il ne s’agissait pas d’attaquer le président du Conseil mais au contraire de lui fournir le moyen de sortir de ce que je considère comme une voie fâcheuse. Il m’était impossible néanmoins de me mettre en contradiction avec toute la rédaction. Ni Gauvain ni moi ne sommes infaillibles. Après échange de vues avec Gauvain, celui-ci déclara par téléphone qu’il ne tenait pas du tout à faire l’article et qu’il l’abandonnait très volontiers à Albert-Petit, car, pour rien au monde, il n’aurait voulu approuver Clemenceau. Il est bien certain que le public accueillera avec faveur l’article, très faible à mon sens, qui paraît ce soir tandis qu’il eût reçu celui que je projetais avec des pommes cuites. Cela m’eût été parfaitement égal. Et voilà comment je prends la responsabilité d’opinions qui sont fort loin des miennes.

Si je te dis tout cela, c’est que cette histoire dépasse de beaucoup la mesquine discussion de boutique à laquelle je te fais assister, mais elle est indicative de l’état actuel des esprits.

J’ai eu à téléphoner avec Maurice Pernot quelques instants après avoir pris la décision. Il a complètement approuvé mes collaborateurs contre moi et m’a ajouté ceci : Clemenceau a été averti à temps des choses que l’on préparait et il a pris sa décision énergiquement en connaissance de cause. Quand j’aurai avec vous deux minutes de conversation, et cela les vaut, je vous l’expliquerai. Je t’ai expliqué déjà que Pernot redoutait beaucoup, et avec raison, la chute de Clemenceau.

En revanche, ce soir, tout à l’heure, je suis allé à la salle de rédaction (?) où j’ai longuement causé avec un homme dont je t’ai parlé déjà [2], Van Cassel, qui, lui aussi, est très informé. C’est ce qu’il y a de mieux dans ce service. Il a eu malheureusement des chefs qui ne donnaient guère de garanties. Van Cassel, que j’interroge sans lui dire ce que je pense moi-même, donne tout à fait raison à ma théorie. Pour lui, Clemenceau a fait une faute que l’on paiera plus tard. On applaudit beaucoup aux chaque « J’ai dit » de Clemenceau et l’on ne se rend pas compte que c’est vingt-cinq voix qu’il se retire à chaque fois. Évidemment, il ne tombera pas dans la discussion parlementaire sur les passeports, mais, un beau jour, on sera tout étonné de voir que, sur une petite question, la majorité aura disparu, sera fondue.

Tout le monde semble très heureux de l’énergie avec laquelle le président du Conseil a mené l’affaire Caillaux. Ce dernier avait, avant les poursuites, une centaine de voix fidèles. Aujourd’hui, il y a bien dans la Chambre trois cents votes qui lui sont acquis. Il est à craindre que le dossier ne comporte que fort peu de choses. Ce que j’en sais, me dit Van Cassel, ne me rassure pas du tout sur l’issue de l’affaire. Alors, songez à ce qui arrivera lorsqu’on prouvera que Caillaux a été poursuivi par esprit de parti.

Van Cassel me parle des craintes que l’on a de l’offensive allemande. Il me dit que la plus grosse concentration est à Sedan, six cent mille hommes. L’empereur doit sous peu y passer une revue au cours de laquelle il « sucrera » son monde. L’ennui, me dit-il, c’est que, lorsque l’on doit faire une manifestation de ce genre, on en change constamment la date et l’heure. C’est juste une demi-heure après le départ du train impérial que la gare de X [3] a sauté, et l’auguste personnage n’aime pas beaucoup, paraît-il, ce genre de plaisanterie.

À toi.

Et

 

Sarrail va rentrer, me dit Van Cassel. Il vous étonnera, car sous l’influence de sa nouvelle famille [4], il est devenu tout à fait conservateur. Il demande l’Afrique du Nord, c’est-à-dire la place de Lyautey, mais Gérard demande la même chose. La lutte va être entre eux et ce sera curieux. Je me demande si la manigance dont je te parlais hier n’a pas cette raison comme point de départ, mais Van Cassel n’est pas au courant. Cependant, il s’exprime sans admiration pour notre proconsul d’Afrique. Il le trouve vieilli et quasi fini. Il l’a vu de près au ministère de la Guerre, et c’est ainsi qu’il s’est confirmé dans son jugement.

Van Cassel connaît très bien ton ami Deschamps [5] qui aurait tout à fait l’oreille de Clemenceau. C’est un coming sous-secrétaire d’État.

[1] Il s’agit du différend entre Clemenceau et Lyautey concernant le Maroc. Cf. lettre du 31 décembre 1917.

[2] Cf. lettres des 31 octobre 1917 et 15 novembre 1917.

[3] Non identifiée.

[4] Cf. lettre du 3 mars 1917.

[5] Louis Deschamps (1878-1925) est alors député d’Ille-et-Vilaine, membre de la commission de l’Armée et proche de Clemenceau.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.