20 décembre 1917

20 décembre 1917

 

Tu te souviens des entretiens que nous avons eus il y a quelques jours avec Clemenceau [1]. Ce dernier a répété hier à la commission des Affaires extérieures tout ce qu’il nous avait dit en en aggravant peut-être encore les termes. Du moins, c’est ce que j’ai cru comprendre au récit qu’on m’en faisait ce matin. Il a mis un peu d’aigreur dans ses impressions sur les Anglais qui poursuivent leur guerre sans s’occuper de ceux qui combattent à leur côté, qui s’occupent de prendre leurs dispositions pour l’avenir et l’après-guerre, fût-ce même au détriment de leurs alliés. Assez vif aussi pour les Italiens qui ne font pas leur devoir et manifestent des exigences d’autant plus grandes que leur action est plus faible. En revanche, comme il l’a fait devant nous, il s’est beaucoup loué des Américains, mais n’a plus parlé que de deux cent cinquante mille hommes en juin et a promis le plein de l’armée américaine pour fin 1918 et l’action décisive pour le printemps 1919. C’étaient du reste les échéances qu’il nous avait indiquées. Nous avons du pain sur la planche.

Scarpatett a causé hier avec une sorte de révolutionnaire belge, un nommé Darsac. Je me demande s’il n’est pas le mari divorcé de la citoyenne Sorgue [2] que j’ai connue autrefois, belle jeune femme s’appelant Antoinette Darsac. Cet homme a affirmé à notre collaborateur que Caillaux était perdu, qu’hier même il était arrivé encore un nouveau dossier écrasant pour l’ancien président du Conseil. Darsac lui a raconté comment avait eu lieu le cambriolage de Zurich par des malfaiteurs professionnels qui ont commencé par mettre dans leurs poches quarante-sept mille francs trouvés en plus des papiers qu’ils avaient mission d’enlever ; comment Caillaux avait été suivi pas à pas par des policiers d’agence depuis son retour d’Italie, etc., etc. Enfin, rocambole et cie. Que faut-il croire de tout ce roman feuilleton, je ne sais, mais certainement il y a du vrai.

Je te rappelais tout à l’heure notre réunion chez Clemenceau. Croirais-tu que deux jours après, un journal allemand dont le nom ne me revient pas, a écrit : Avant-hier, M. Clemenceau a réuni les propriétaires de plusieurs grands journaux pour les mettre au courant de la situation très mauvaise de l’Entente. Le journal énumère ensuite les différents points traités par Clemenceau, et il faut avouer qu’il ne s’éloigne pas considérablement de la vérité. Donc ceci laisse supposer que le soir même quelques-uns de nous avaient parlé devant des gens douteux et que, ce même jour, le récit était parti pour la Suisse et avait été télégraphié en Allemagne. Il n’y a pas à dire, nous ne serions pas fichus de raconter ici ce que le chancelier a pu exposer dans une réunion avec la presse. Nous ne savons rien sur l’Allemagne et les Allemands savent tout sur nous. Et nous avons dépensé des millions pour nos services de propagande et nous avons en Suisse des centaines et des centaines d’individus qui font des conférences, pérorant devant les foules « enthousiastes » mais ne savent pas avoir la moindre intelligence dans le camp ennemi.

À propos de propagande, il paraît que le pauvre Zaharof qui a donné des millions dans ce but, d’abord à la Maison de la Presse puis à la fondation de Radio qui lui en a coûté deux, ne porte pas Briand dans son cœur. Il a un peu ouvert son cœur hier devant deux ou trois membres du Comité des journalistes parisiens à qui il avait fait un don, et il a parlé avec amertume de la façon dont Briand s’était servi de lui, prenant non seulement son argent mais usant de sa personne sans ménagement, lui faisant faire le voyage de Londres jusqu’à trois fois dans une semaine et ne trouvant pas un mot pour le défendre lorsque Téry et consorts l’ont attaqué, n’osant pas dire que c’était lui, Briand, qui avait inventé cette agence, et que dans sa réponse à L’Œuvre, M. Turot n’avait pas eu le courage de dire la vérité. Zaharof sera-t-il guéri, ce n’est pas probable. Briand lui expliquera par A+B qu’il lui a au contraire rendu service et que son argent a été si bien employé qu’il faudra en donner d’autre. Il est probable que ce Grec récidivera.

À propos des millions jetés dans la presse, mon fidèle Albalat me dit, au moment où j’arrive au Journal, qu’un monsieur m’a demandé personnellement de la part du capitaine Bouchardon. – Je frémis – Je fais un examen de conscience – Suis-je impliqué dans les poursuites ? Vais-je, moi aussi, aller habiter la Santé ? J’ai beau chercher, je ne trouve rien, et c’est d’un cœur plus ferme que j’attends l’envoyé du juge d’instruction. Il venait me demander si je n’avais pas été l’objet de tentatives d’achat de la part de Bolo, Cavallini, etc. Je lui réponds que rien ne m’autorise à penser que j’aie été sollicité. Du reste, les actions de notre journal ne circulent pas et on sait que l’argent donné aux Débats ne pourrait être versé que par pure philanthropie. Exit le justiciard.

Reçu la visite ce soir de Victor Beauregard [3], frère du député [4]. Il est lieutenant à Béthune. Il m’affirme que le moral de la troupe est excellent en ce moment, le ministère Clemenceau, en poursuivant les Caillaux, Malvy, etc., leur a redonné de la confiance et Pétain sait les tenir en main. On s’attend à un coup de chien mais il est persuadé qu’on résistera. Peut-être les Allemands prendront-ils par ci par là dix ou douze mille hommes, avanceront-ils de huit ou dix kilomètres, mais ce sera tout, ils ne perceront pas plus que nous n’avons percé nous-mêmes. – Et alors ? – Eh bien alors, peut-être les Allemands voudront-ils finir la guerre en y mettant le prix car la Russie ne les nourrira pas et ils sentiront que cet immense empire, fermé par tous les côtés, tombera plus bas que la Chine. De plus, l’apport américain, compromettant l’avenir de l’Allemagne, augmentera le désir de terminer. Leur moral à eux aussi est au plus haut, presque enthousiaste, car on leur a promis la victoire grâce à la libération des troupes de Russie. Comme ils ne réussiront pas, cette flamme s’éteindra d’autant mieux que l’espoir aura été plus grand. Peut-être alors le voisinage de la Révolution russe sera-t-il néfaste pour l’Allemagne.

Le marquis et la marquise de C. ont dîné ici. Lui est un royaliste convaincu. Il voit dans nos malheurs surtout la conséquence de l’abandon des traditions anciennes. La monarchie seule aurait pu surmonter toutes ces difficultés. J’ai beau lui dire que la Russie était une monarchie, que l’Angleterre l’est encore, que l’Italie possède un roi [5], elle aussi. Rien n’y fait. Le roi, c’est la panacée universelle. Que ferait le roi avec les syndicats ?

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 6 décembre 1917.

[2] La citoyenne Sorgue (1964-1924). Née Durand. Elle épouse Auguste Cauvin (1856-1937), journaliste belge et militant révolutionnaire. Socialiste, proche de Gustave Hervé, elle mène une action révolutionnaire et pacifiste à partir de son domaine d’Arsac dans l’Aveyron, ce qui explique que Nalèche l’appelle Darsac. Pendant la guerre, elle prend le parti de la défense nationale.

[3] Victor Beauregard (1868-1949). Frère de Paul Beauregard. Juriste. Docteur en droit. Lieutenant à Béthune.

[4] Paul Beauregard (1853-1919). Agrégé de droit. Économiste. Journaliste. Fondateur et rédacteur en chef du Monde économique. Homme politique. Député progressiste de la Seine (1898-1919), il vote sa confiance à Aristide Briand. Il est membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[5] Il s’agit de Victor-Emmanuel III.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.