[19] décembre 1917

[19] décembre 1917

 

Décidément, Alter ego ne s’accorde plus très bien avec Berthelot. Je l’entends parler ce matin pour la première fois des intrigues dudit Berthelot et de la façon sournoise dont il cherche à mettre la main sur Pichon. Il ne m’avait pas contredit au dîner de vendredi lorsque j’avais indiqué comment on avait essayé de placer l’homme sûr, Conti [1] en l’espèce, comme chef de cabinet du ministre, mais il n’avait rien ajouté aux explications que je donnais et qui étaient confirmées par Bompard. Aujourd’hui, il abonde carrément dans mon sens. L’explication de cette attitude est facile. Il n’a plus Berthelot avec lui mais il a Berthelot en face. Alter ego est venu à Paris avec des missions variées, mais la principale est de sauver Beau. Ce dernier est menacé par les ambitions de l’Éminence grise qui voudrait devenir directeur politique. Seulement, que faire de Margerie ? Un ambassadeur, et Berne seule est possible. Alors il faut faire sauter Beau, le remplacer par Margerie et devenir directeur politique. Voilà à quoi Berthelot travaille auprès de Pichon et contre quoi Alter ego est venu lutter. Alors les sentiments ne sont plus très chauds.

Beau est un bien médiocre ambassadeur. Je ne crois pas que Margerie en fasse un beaucoup meilleur, en tout cas l’arrivée de Berthelot à la direction politique serait un désastre pour le pays. Il y a quinze jours encore, il faisait écrire par son état-major qu’il fallait ménager les bolcheviki comme on avait ménagé les Grecs, après les Bulgares, etc., et la paix était déjà quasi signée ! Enfin.

Je te parlais hier de la santé de Castelnau. J’ai su aujourd’hui d’une façon définitive qu’il allait très bien. Il a donné à un officier que nous connaissons un coup de téléphone à midi et sa parole était claire et nette et ses instructions dénotaient au contraire beaucoup d’allant et d’énergie. Il est, comme je te le disais, au mieux avec Clemenceau dont le projet certain est de nommer Castelnau maréchal, cependant, tout Clemenceau qu’il est, il n’est pas sûr de pouvoir le faire devant certaines oppositions. Les bruits alarmants de santé que l’on fait courir ont pour but de contrebalancer la faveur dont jouit notre général.

J’ai dîné ce soir avec un camarade à moi, Marcel Magne [2], fils du Parthénon, qui est artiste peintre quand on n’est pas en guerre et officier pendant les hostilités. Empoisonné par les gaz, Magne n’a jamais pu reprendre la vie du front. Il a été versé à l’Armement où il est inspecteur et s’en va contrôler les usines dans toute la France. Il me raconte des trafics abominables qu’il découvre chaque jour, surtout dans la construction des usines. Il a découvert pour une d’elles un pot aux roses formidable. Entrepreneurs carottant d’accord avec leurs inspecteurs et élevant des bâtiments incapables de supporter le plus petit coup de vent, commandants chargés de surveiller et d’inspecter les travaux touchant des bouche-l’œil de cent mille francs et l’un d’eux notamment, non content d’avoir reçu ledit bouche-l’œil, devient le sous-traitant de l’entrepreneur qu’il a mission de contrôler, pour la construction de latrines qui ont coûté une jolie somme au pays. Il compare ce que nous faisons à ce qui se passait en Russie et ne trouve pas la comparaison complètement au désavantage de notre ex-alliée. Je lui dis que tout de même notre administration est bête, routinière, agaçante, mais qu’elle est honnête. Nous sommes dans d’anormales conditions, il a fallu tout créer, faire sortir des usines de terre presqu’instantanément, ce n’est pas à d’honnêtes et tranquilles hommes d’affaires que l’on a pu faire appel. Il a bien fallu prendre des aventuriers qui, ne risquant rien et ayant tout à gagner, ont marché avec audace. On ne peut mieux comparer cela qu’à l’héroïsme de certains de nos soldats, simples apaches dans la vie ordinaire. Mais Magne me dit que les ouvriers voient ces canailleries des entrepreneurs, ces tractations avec l’autorité militaire, et il redoute qu’il ne s’établisse dans la population un bien fâcheux état moral. Il n’a peut-être pas tort.

On me dit ce matin, côté parlementaire, que le lâchage de Caillaux semble s’accentuer dans le Parlement. Je n’en suis pas si certain que cela. On n’ose peut-être pas beaucoup parler en public, mais on travaille en dessous. Je vois chez des gens comme Magne déjà nommé se préciser l’idée que la conduite de la guerre et de la diplomatie par les Alliés fut au-dessous de tout, que, le temps travaillant pour nous, on en arrive à une situation qui empire d’année en année et qu’alors il est peut-être bête de laisser les choses s’aggraver et de ne pas stopper comme le désire Caillaux. Seulement, ces gens ne se rendent pas compte qu’un stoppage à la Caillaux, c’est une soumission et l’abandon du pays à la merci de l’Allemagne.

À la sortie de la commission, le bon Lairolle [3] qui est, comme tu le sais, un tantinet prudhomesque mais qui ne manque pas d’esprit et de talent, dit à Caillaux : Voyez-vous, Monsieur Caillaux, nous ne pouvons faire autrement que de voter les poursuites, vous-même devez le désirer. Vous ne pouvez qu’être heureux de sortir enfin de la terrible situation dans laquelle vous a jeté votre impopularité. Toute votre vie, vous avez joué vos chances de succès. Eh bien, vous ne pouvez mentir à votre passé à cette heure grave. Vous êtes joueur, jouez donc. Vois-tu ce vieux Lairolle, il en dit de raides de son ton courtois un peu suranné et ridicule d’avocat de province mais supérieur.

            Good night, it’s late.

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit d’Alexandre Conty. Cf. lettre du 20 novembre 1917.

[2] Marcel Magne (1877-1946). Architecte. Peintre. Fils de Lucien Magne (1849-1916), architecte spécialisé dans les édifices religieux. Il se spécialise dans les vitraux et les peintures murales, dont le chemin de croix de Saint-Michel-des-Batignolles à Paris. Auteur d’ouvrages de référence.

[3] Ernest Lairolle (1851-1926). Avocat à Nice. Homme politique. Conseiller général. Député gauche démocratique des Alpes-Maritimes (1910-1919), il joue un rôle très important dans la vie politique niçoise à partir des années 1880.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.