18 décembre 1917

18 décembre 1917

 

Nous en avons vu un ce matin qui n’est pas optimiste et qui commence à être sérieusement inquiet de la tournure que prend la guerre. C’est Jacques Bardoux, lieutenant à la mission française, actuellement depuis quelques semaines au GQG anglais. Il nous raconte toute l’attaque de Cambrai à laquelle il a pris part et qui eut le début le plus brillant, mais qui échoua lamentablement par les fautes lourdes de l’état-major anglais. Nos alliés n’avaient jamais pensé obtenir un succès pareil. Ils avaient complètement percé et s’étaient trouvés dans un terrain complètement libre. Ils n’ont trouvé ni un canon ni une tranchée ni un fil de fer, et là n’ont rien su faire. La cavalerie était à neuf kilomètres à l’arrière, immobile, alors qu’elle aurait dû suivre le mouvement. Il fallut la prévenir, et lorsqu’elle arriva, il n’était déjà plus temps.

Se plaçant en face de la situation que nous avons retournée maintes et maintes fois, Bardoux fait un raisonnement assez juste. On compte sur l’effort américain, voyons donc quand il peut se produire. Les Anglais avaient pour eux, en entrant dans la guerre, des cadres, des troupes et du matériel. Ce n’était pas nombreux mais enfin cela existait. Chez les Américains, rien de tout cela. Tout est neuf. Or, après quatre ans de guerre, les Anglais sont arrivés à avoir de bons soldats mais ils n’ont pas d’officiers d’état-major, et ce qui vient de se passer prouve que des années peut-être seront encore nécessaires pour que ce personnel soit formé. Il n’est donc pas stupide de penser qu’il faudra des années pour parfaire également l’état-major américain. Alors, pendant ce temps-là, c’est le soldat français qui supportera tout le poids de la guerre.

Bardoux nous demande si on se rend compte ici qu’il y aura beaucoup moins de champs cultivés encore que l’année dernière. Le Boulonnais, très riche naguère, est inculte et on peut y faire à cheval quinze kilomètres à travers champs. Les paysans prétendent que les Allemands envahiront de nouveau leur pays et que c’est inutile d’ensemencer.

Je te parlais tout à l’heure des Américains. As-tu eu des nouvelles de Lindeboom ? Demaison en a reçu une lettre aujourd’hui. Bien qu’il ne s’étende guère dans des jugements politiques, le ton n’est pas très enthousiaste sur l’état d’esprit du pays. Il y a même ce mot à la fin : « Ils ne sont pas encore dans la guerre. » S’y mettront-ils jamais ? J’ai lu tantôt un très long rapport de Veuillot [1] envoyé transatlantique par le Comité de propagande catholique. Ce document est très intéressant non parce qu’il est très bien fait, il dénote au contraire chez l’auteur une certaine incompréhension des gens qu’il voit, mais les conversations qu’il eut avec les prélats, cardinaux, les têtes du parti catholique montrent combien, dans le fond, tous ces gens-là sont peu avec nous. Veuillot consacre un assez grand nombre de pages à la lutte politique qui naquit de la loi de la conscription. Il a assisté aux efforts du gouvernement auprès des Canadiens français très hostiles, et finalement au succès de la loi.

Je ne crois pas t’avoir parlé d’une petite question qui fut soulevée hier à notre rédaction pendant que Chaumeix s’y trouvait. Nous avions reçu des lettres de prisonniers français se plaignant de ce que c’était le gouvernement français qui empêchait l’application des mesures d’échange entre prisonniers. Il est bien certain que ces lettres avaient été provoquées par le gouvernement allemand. Chaumeix nous répondit que, dans le fond, c’était vrai. Panafieu désirerait beaucoup cet échange qu’il a négocié, mais les Allemands internés chez nous, bien nourris et en très bonne santé, feraient pour leur patrie d’admirables soldats d’autant qu’une grande quantité, pris au début de la campagne, faisaient partie des meilleurs troupes. Il est vrai que d’après les conventions, les soldats échangés ne devraient plus paraître sur le front, mais les Allemands se soucient bien des engagements.

Une autre raison qui milite contre les échanges, c’est que nous perdrions en ce moment-ci quelques centaines de mille ouvriers dont le rendement est excellent partout où ils sont employés, dans les mines par exemple, et en ce moment ce travail serait très nécessaire. C’est douloureux à dire mais il paraît que cette éventualité a été examinée.

À une réunion tantôt chez Mme Édouard de Rothschild [2] rue Saint-Florentin en vue de mettre sur pied une œuvre d’assistance aux prisonniers de guerre, j’ai trouvé sept ou huit personnes, dont Mme de Pracomtal [3] et Bouthillier-Chavigny [4]. Je demandais à ce dernier des nouvelles de son beau-frère, mon ancien camarade Sarty [5], président d’une société de mutilés. Il est revenu à Paris et voudrait justement me parler de ces mutilés. Ils commencent à devenir assez inquiétants. Comme, ce qui était du reste bien naturel, on les a couverts de fleurs, assez modestes au début, ils commencent maintenant à parler très haut, se sont formés en syndicat et publient un journal de revendications dans lequel il y a des articles auxquels il serait nécessaire de faire quelque attention. L’œuvre de Mme de Rothschild a pour but de munir les infirmeries des camps de prisonniers de pharmacie, pansements, etc. qui, paraît-il, font tout à fait défaut.

Lachaud, le député radical-socialiste de la Corrèze, médecin de son état, me dit aujourd’hui que le cas de Caillaux relève plus de la pathologie que de la justice. Cet homme, pour lui sous une influence morbide, n’a pas pu supporter d’être hors du gouvernement et de ne jouer aucun rôle dans la tragédie sanglante actuelle. Ce rôle ne pouvant le tenir dans la direction des affaires, il a cherché à l’avoir par les moyens que l’on dévoile aujourd’hui. Dès que les poursuites seront votées, le gouvernement devrait donner l’ordre à la censure de ne plus dire un mot de l’affaire et de laisser la justice agir. Lachaud ne peut pas comprendre les communiqués judiciaires. Je lui en explique la raison. Il en convient, mais les journaux ont toujours vu un soi-disant ami du témoin et ils dévident leurs petites infâmies. Ce radical-socialiste est très patriote, et malgré les difficultés actuelles il ne perd pas espoir.

Un autre petit trait de la conversation de Bardoux. Il me demande s’il est vrai que les Allemands, comme on le dit, tout en soutenant les bolcheviki en Russie, travaillent en sous-main à une restauration monarchique qui remettrait de l’ordre. Je n’en sais rien mais c’est très possible et même quasi certain. Les Allemands, après avoir encouragé la trahison chez l’impératrice [6], ont soudoyé ce qu’il y avait de pire dans la révolution. Bardoux me demande alors si notre gouvernement a pensé à agir auprès des éléments sains de la Russie et susceptibles de faire une réaction ; si on en laissera toute la latitude et la liberté aux seuls Allemands. Je ne puis que répondre à Bardoux en lui montrant les articles inspirés par Berthelot dans lesquels on cherche à flatter les maximalistes dans l’espoir de les ramener. Je lui signale l’article du Temps qui doit être bien attrapé par le manifeste des socialistes avec lesquels ses articles antérieurs étaient d’accord. L’article de ce soir du grand confrère est bien curieux.

Bardoux nous a quittés, navré.

À toi.

Et

[1] François Veuillot (1870-1952). Neveu de Louis Veuillot (1813-1883), journaliste et écrivain catholique, il dirige L’Univers. Il est membre du Comité catholique de propagande française à l’étranger et sous-directeur du comité québécois. À ce titre, il s’adresse en 1917 au Québec catholique pour encourager l’effort de guerre.

[2] Mme Édouard de Rothschild (1884-1975). Née Germaine Halphen, elle épouse Édouard de Rothschild (1868-1949). Son hôtel particulier est situé 2, rue Saint-Florentin, Paris, Ier.

[3] Il peut s’agir de la marquise de Pracomtal, née Bonne de Saint-Vallier (1872-1951), ou de la comtesse Rostaing de Pracomtal, née Louise d’Aulan (1861-1928).

[4] Joseph de Bouthillier-Chavigny (1874-19).

[5] Paul Bourlon de Sarty (1865-19) épouse Lydie de Bouthillier-Chavigny (1869-19), sœur de Joseph de Bouthillier-Chavigny (1874-19). C’est un camarade de Nalèche au collège Stanislas.

[6] Il s’agit de la tsarine Alexandra Féodorovna.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.