17 décembre 1917

17 décembre 1917

 

On faisait courir le bruit aujourd’hui d’une grave maladie de Castelnau. Il aurait été frappé d’une attaque et d’hémiplégie. Cette nouvelle m’avait paru très inquiétante dans un moment où l’on peut être attaqué à l’Est. J’ai demandé à Henry Simond, que je voyais ce soir, s’il savait quelque chose. Il m’a répondu que le général était venu voir Clemenceau et qu’il n’avait jamais été aussi en forme, et que de plus il avait toute la confiance du président du Conseil.

Voici le passage de la lettre [1] du neveu à laquelle je faisais allusion et qui m’avait fait te donner un renseignement purement idiot :

« Au printemps prochain, il y aura, à cause de la paix russe, deux cent quatre-vingts divisions allemandes contre deux cent vingt divisions alliées, les Italiens entrant dans ce chiffre pour cinquante divisions, soit près du quart. On ne peut pas négliger l’appoint de cette force. C’est donc une raison de plus, et péremptoire, pour qu’on puisse prendre en main l’instruction de l’armée italienne. C’est possible si on n’adopte pas la politique de Barrère. Hier, il y a eu, je crois, entrevue entre le commandement italien et le commandement allié ; la situation tactique difficile de l’armée italienne actuellement permettant de parler ferme, on lui a dit que les troupes anglaises et françaises n’entendaient pas reculer sans combattre. On a obtenu ce que l’on demandait, soit la liberté dans la zone occupée par nous.

Je crois qu’il serait très bon, très désirable que Bidou fasse un article où il comparerait une affaire comme celle de l’attaque anglaise de Cambrai qui se termine si mal et devait se terminer mal malgré les cris de délire des illuminés, et le fini d’une opération comme celle de la Malmaison qui a réglé complètement la situation locale… Vous voyez l’intérêt de l’article… »

Clemenceau, à la commission, fut si ferme et si net sur la question des documents que Laval et Laurent n’ont pas osé voter contre les poursuites. Ils se sont abstenus, ce qui est pour le Tigre un premier point gagné. Du reste, je crois que Clemenceau voudrait le faire fusiller. Il m’est revenu un mot qu’il nous avait dit au cours de la réunion que je t’ai racontée. L’un de nous parlait de deux des inculpés qu’il faudrait conduire au poteau, et Clemenceau a dit : Vous en oubliez un – L’allusion fut si claire que l’on s’est regardé avec un peu de stupeur. Pourra-t-il aller jusque là ? C’est douteux. Nous entrons, je crois, avec ce procès, dans une phase nouvelle et pleine de dangers. N’est-ce pas ton avis ?

On habitue le pays à voir la trahison partout, et l’armée à attribuer tout échec à la vénalité des chefs, et cette atmosphère de suspicion est bien méphitique. C’est souvent par là que commencent les révolutions et que l’on déchaîne les fureurs populaires.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 12-13 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.