30 novembre 1917

30 novembre 1917

 

Hier, en arrivant au bureau, j’ai trouvé le général Cherfils [1] dans mon antichambre. Il guettait mon arrivée. Je l’ai reçu avec toutes les formes du respect dû à un des anciens chefs de notre armée et toute la méfiance que m’inspire l’écrivain de L’Écho de Paris et du Gaulois. Je pressentais bien du reste ce qu’il allait me demander. Après un préambule sur les articles de Bidou, il me dit que ce dernier n’est pas militaire (Dieu soit loué) et qu’à côté de ces chroniques faites dans un sens spécial, il y aurait place pour un article hebdomadaire ou de quinzaine tout à fait militaire. – Oui, réponds-je, comme ce que fait le général de Lacroix au Temps. Mon effet était sûr, la figure de Cherfils exprima le mépris le plus profond et il chercha à m’expliquer que ses articles seraient autrement plus forts et intéressants (Tu parles !) et qu’il tiendrait beaucoup, justement, au public des Débats. Je ne pouvais guère lui répondre que ce public tenait beaucoup moins à lui et j’ai excipé du manque de place. Le général s’est drapé dans une cape mousquetaire brune, a repris un nécessaire qui ne le quitte pas et nous nous sommes séparés. Je te réponds que cet homme a une rude opinion de lui-même.

Dans la soirée, j’avais dû aller au Quai d’Orsay pour causer avec Gout. J’ai entendu un certain nombre de choses fort intéressantes sur la campagne en Palestine [2]. Il croit que Jérusalem ne tardera pas à être prise, que la ville aurait pu l’être en très peu de temps, mais que les Anglais veulent en éviter le bombardement.

Je lui demande s’il croit que les Anglais ont mis dans leurs plans d’aller beaucoup plus au nord. Il croit que nos Alliés y seront entraînés suivant la retraite des Turcs.

Je lui dis qu’un point est resté assez obscur dans cette affaire, c’est la participation des troupes françaises à la prise de Jaffa. Il me dit alors confidentiellement que, malheureusement, nos troupes sont restées à l’arrière et que cette faute est due à l’imbécile bavardage de Bailloud. Lui, Gout, avait été très opposé à l’envoi de Bailloud, mais ce b-là s’est fait imposer par Ribot. Il a jugé bon de dire à Allenby [3] que les troupes qu’on lui avait données n’étaient pas des troupes capables de faire une expédition, tout au plus pourraient-elles faire un service d’étape. Allenby a sauté là-dessus naturellement et en a profité pour nous laisser à l’arrière.

Ce vieux fou de Bailloud a encore joué un autre tour navrant à nos projets. On s’était donné beaucoup de mal pour organiser une sorte de légion de Syriens et d’Arméniens. Les Syriens pas bien fameux, mais les Arméniens excellents. Bailloud ne s’est-il pas imaginé d’aller, proprio motu, passer l’inspection de ces quelques milliers d’hommes. Il leur a dit, sans que rien ne l’y autorise : Ne vous faites pas d’illusion, il est entendu que vous ne serez affecté qu’à la Palestine dont vous ne sortirez pas. Consternation de ces gens-là que l’on a eu beaucoup de peine à persuader que Bailloud avait parlé absolument sans connaître les intentions du gouvernement. Tous voulaient abandonner leurs armes.

Marguerite vient de me téléphoner vos angoisses pour le pauvre Jacques et ton départ avec André pour Verdun. Je souhaite du fond du cœur que ces alarmes ne seront que momentanées et que vous trouviez un peu d’espoir en arrivant au bout de votre pèlerinage si douloureux.

Je remets à demain ma conversation avec toi.

Et

[1] Maxime-Pierre-Joseph Cherfils (1849-1933). Ancien élève de Saint-Cyr, il fait la campagne de Tunisie en 1881. Général de brigade en 1905, il passe au cadre de réserve en 1911 et rédige le bulletin militaire de l’Écho de Paris pendant la guerre.

[2] La cavalerie australienne remporte un succès contre les positions turques d’Auja devant Jérusalem.

[3] Edmund Allenby (1861-1936). Anglais. Général. Il commande le corps expéditionnaire égyptien contre les Ottomans et conquiert la Palestine et la Syrie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.