28-29 novembre 1917

28-29 novembre 1917

 

Pas de papier, mon vieux Pierre, je t’ai dit tout ce que je savais. Néanmoins, j’avais vu dans la matinée le directeur de la Compagnie [1] qui m’intéresse à un point de vue tout particulier. Voici, sur l’affaire en général, ce qu’il m’a dit et qui ne t’apprendra rien. Les actions dont personne ne se débarrasse sont à un taux très élevé qui n’est justifié que par les espérances fondées sur le transit futur et pas du tout par les recettes actuelles. On prévoit un dividende pour cette année de cinquante à soixante francs, ce qui représente 1 1/2 % à peu près. Après ces quelques détails administratifs, nous avons parlé de l’avenir de la Compagnie. Il y aura peut-être lieu, à un moment donné, de parler des projets. Tu sais que l’on avait voulu renouveler les contrats pour une période très longue. Cela n’avait pas réussi car on s’y était pris peut-être un peu tôt. On ne tardera peut-être pas trop à reprendre ces négociations. Le moment sera favorable car le gouvernement anglais se montre très reconnaissant de l’attitude de la Compagnie pendant la guerre. Il a été empêché par elle de bien des gaffes et il lui rend hommage de ce qu’elle a fait pour la défense de l’Égypte.

En sortant de là, j’étais dans le voisinage de ma sœur la religieuse. Je suis entré lui dire bonjour. Je l’ai trouvée une louche à la main qu’elle trempait dans une immense marmite à soupe qu’elle déversait dans des assiettes portées par une file immense de midinettes passant l’une après l’autre. Chacune d’elles porte deux assiettes, dans l’une la soupe, dans l’autre un morceau de viande placé également par ma sœur. Une seconde religieuse met dans l’assiette à viande une bonne plâtrée de légumes et un morceau de pain. De longues tables dressées leur permettent de venir avaler ces portions dont l’ensemble coûte seize sous.

Ma sœur nourrit ainsi deux cents ou deux cent cinquante petites ouvrières pour le repas de midi.

Elle m’a montré dans le défilé deux ou trois dames assez distinguées en grand deuil que la guerre a ruinées et qui sont obligées de travailler après avoir eu un véritable train de maison. Tout ce monde avait l’air content et heureux de trouver sa pâture simple mais saine et à un prix extraordinaire pour ce qu’on leur donne. Je n’ai pas été fâché de voir ce petit coin de Paris pendant la guerre. Cela fait faire des réflexions.

Je ne te parle naturellement pas de la Chambre, tu en as vu les coulisses…

Mais ce que je puis te dire, c’est le mauvais effet que Tardieu a fait au Sénat où il était entendu par la commission. Il a parlé avec sa suffisance ordinaire mais il a été interrogé par des sénateurs qui ont quelque compétence, entr’autres Touron. Ce dernier a poussé un peu notre brillant haut-commissaire sur la question des cotons. Tardieu a été complètement collé. Les sénateurs sont sortis de cette audition, et il n’y avait qu’une voix pour dire que Tardieu ne connaissait rien aux questions, qu’il n’était qu’un bluffeur et un ambitieux. Je ne porte aucun jugement sur le confrère, je ne fais que répéter les propos entendus.

Le Petit Parisien annonce les poursuites contre un nommé Goldsonn qui aurait été envoyé en Amérique pour passer certains marchés et aurait commis des actes de concussion bien caractérisés. Il aurait réalisé ainsi une douzaine de millions. Je ne t’écrivais pas en 1914, et c’est dommage car j’ai connu ce Goldsonn à Bordeaux (je l’appelais même Goldsoll). Cet Américain, juif allemand d’origine, s’était engagé dans les automobiles et avait été affecté au général Faurie [2], lequel nous disait avec la naïveté militaire : « Vous savez, mon chauffeur c’est un milliardaire. Nous étions l’autre jour dans un village, il a donné cent sous de pourboire à la bonne qui lui a porté son eau chaude. C’est un milliardaire ! » Or ce milliardaire avait, avant la guerre, une entreprise de cinémas à travers l’Allemagne. Faurie corrigea cette information pour l’atténuer en me disant : « Mais il en a aussi en Italie. » C’était vrai du reste.

Goldsonn, toujours au dire du général Faurie, avait un culot extraordinaire. Arrêté par je ne sais quelle consigne dans la zone des armées, il usa de culot et exigea d’être conduit au général en chef. Ce qui fut fait. Faurie ne tarissait pas en anecdotes sur son chauffeur dont il était très fier. Peut-être ce général, dont tu connais les hauts faits, était-il assez heureux de parcourir la France avec ce milliardaire dont le gousset bien garni devait faciliter beaucoup de choses. Connaissant mon homme, je l’ai signalé au service de renseignements. Tu vois comme on a tenu compte de cet avertissement puisqu’il a été investi de la confiance nationale. J’apprenais, quelque temps après, qu’il était en train de gagner des millions qu’il dépensait généreusement auprès de certaine petite grue assez gentille.

Faurie, sensible au charme féminin (il a eu à l’hôtel de France à Bordeaux quelques aventures grotesques avec une maquignonne internationale), nous a raconté comment il avait pris à son service le nommé Goldsonn après une démarche de la femme très gentille de ce dernier. La femme n’était pas la femme mais une petite amie qui désigna même l’homme qu’il fallait prendre pour accompagner son soi-disant mari en laissant de côté le soldat désigné à cet effet. Question de soins et de santé. Naturellement, le Faurie avait tout accepté.

À toi.

Et

[1] Le directeur de la Compagnie universelle du canal de Suez est Edgar Bonnet.

[2] Baptiste Faurie (1853-1936). Général. Inspecteur des dépôts d’infanterie (1914). Commandant de la 4e région (Le Mans) (1914-1918).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.