27 novembre 1917

27 novembre 1917

 

Mgr Amette, retour de Rome, raconte que le cardinal Gasparri lui a dit avoir été au courant de l’offensive italienne bien avant qu’elle n’ait eu lieu. Elle aurait dû être déclenchée deux mois au moins plus tôt. Les Empires centraux voulaient surtout démontrer par un vigoureux coup de poing qu’ils étaient beaucoup moins affaiblis qu’on voulait bien le dire. Cependant, ils auraient désiré attendre l’effet produit par la note pontificale sur l’Entente. Si cette note a fusé dans le sens de la paix tel qu’on l’avait conçu, en tout cas les Austro-Allemands ont été bien servis en tant que dépression morale. Ne trouves-tu pas tout de même que ce discours de Gasparri en dit assez long sur l’esprit de neutralité du Vatican ?

Le choix pour Caillaux du département de la Sarthe a fait dans les milieux politiques une déplorable impression. Il n’était question que de cela hier au Sénat, et les plus sévères n’étaient pas ses ennemis. On disait qu’il devait se sentir bien mal en point pour être allé demander son certificat de patriotisme à ses créatures électorales. D’autre part, je ne sais pas si ton opinion sur l’article d’Hervé de ce matin est la même que la mienne, mais le directeur de La Victoire ne me semble pas à première vue très sûr de ce qu’il a dans son dossier. Il a voulu jouer un grand rôle en jetant à Caillaux le défi que Zolla avait jeté à l’état-major, pourra-t-il le soutenir ? Il fait appel à tous les témoignages qui étaient venus s’offrir à lui au cours de la campagne. Il devrait bien savoir que, neuf fois sur dix, ces témoignages se dérobent et qu’il ne faut compter que sur soi. Caillaux sera difficile à saisir, et, pour le pincer, il ne faudra pas se contenter de ragots ou d’on-dit, il faudra des choses précises.

Tout cela nous promet une bien agréable période d’agitation et de scandales. Pendant ce temps-là, la guerre continue et les événements de ce côté-là ne sont guère réjouissants.

Une charmante femme m’écrit aujourd’hui que nous devrions bien marcher contre les agissements qui continuent autour de Nivelle. Ce dernier va dîner chez un de ses oncles et y tient les propos les plus extraordinaires. De plus en plus, cette idée que Nivelle a été paralysé dans son action victorieuse par la politique dreyfusarde gagne du terrain. Tous les amis de Briand et de Cochin continuent à marcher comme un seul homme. Cette offensive-là réussit, il n’y a pas de doute, beaucoup mieux que celle d’avril. Elle est aussi très dangereuse pour le pays.

Ce matin, L’Écho de Paris, avec Pertinax [1] a fait un article sur la Russie, article qui se ressent lui aussi de l’influence de Berthelot. La question est prise d’une façon un peu différente de celle du Temps, mais il faut en tirer les mêmes conclusions.

Thomasson est venu me voir. Il a quitté définitivement, sur sa demande, le S.R. [2] de l’armée de Lorraine. S’il n’obtient pas un poste intéressant, il demande à reprendre sa collaboration. Il est lui aussi très mal impressionné, il ne voit pas les événements tourner dans le bon sens pour l’Entente. Du reste, depuis longtemps, il aurait voulu que l’on causât sur les colonies. Je crois que cette conversation est tout à fait chimérique. Tu as vu dans divers journaux ce matin que, parmi les questions qui allaient être étudiées à la conférence interalliée, se trouverait la possibilité d’une coopération du Japon. Dès 10h, Julia [3], chef de la censure diplomatique, m’a demandé personnellement pour me prier d’empêcher la publication de ces soi-disant révélations sur les travaux de la conférence et surtout sur cette coopération japonaise. On ne sait même pas encore s’il en sera question et en tout cas on ignore complètement si le Japon donnerait son adhésion, on a même les plus fortes raisons de croire qu’il y ferait opposition.

Ton vieil

Et

 

Les Clemenceau sont décidément une famille dont l’originalité se poursuit jusqu’après la mort. Savais-tu que le père du président du Conseil avait demandé à être enterré debout ? Pour arriver à ce résultat, on a creusé un rocher dans lequel on l’a placé, et depuis il monte la garde, scellé dans sa pierre. La chronique ne dit pas si Clemenceau a mis son père dans son jardin, pieux menhir destiné à la vénération filiale.

[1] André Géraud (1882-1974). Journaliste sous le pseudonyme de Pertinax. Il est le chef de la rubrique Affaires étrangères et le correspondant diplomatique de l’Écho de Paris. Pendant la guerre, il est envoyé en mission à Londres par le service de propagande de la Maison de la Presse.

[2] S.R. est probablement le service de renseignements.

[3] Édouard Julia (1873-1933). Journaliste. Collaborateur de L’Opinion, de L’Excelsior et du Temps. Chef de la censure diplomatique (1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.