26 novembre 1917

26 novembre 1917

 

J’ai fait part à Gauvain des impressions de ma soirée d’hier dont il a paru assez friand. Il croit assez exact le désir de l’Autriche de ne pas trop s’avancer en Italie mais de poursuivre avec énergie sa marche sur Valona. Je lui dis ensuite que les dispositions ne m’ont pas paru aussi changées qu’auraient pu le faire croire les victoires récentes, et que si je n’avais pas carrément abordé la question, j’en avais du moins entendu assez pour me faire ce jugement : « Ce sont des mots, me répond Gauvain, si réellement ils ont des intentions, qu’ils s’arrangent pour les faire connaître. La difficulté a toujours été pour eux de trouver des points précis par où se dégager, et ils n’ont jamais pu y parvenir. »

Comme je sentais chez mon hôte d’hier un peu d’animosité contre notre collaborateur, j’ai fait de lui un éloge dithyrambique, indiquant qu’il était de tout repos et son influence sur l’opinion. Cela n’a pas dû me mettre bien en cour mais je ne voulais pas lâcher Gauvain et faire sentir au contraire qu’il était une force avec laquelle il fallait compter.

Maurice Pernot vient de me signaler une chose qui rentre tout à fait dans le sentiment que j’ai retiré et que je t’explique plus haut, c’est une protestation au Reichrat des Slaves protestant contre l’incorporation dans l’Empire de toute contrée où il y aurait des Italiens. Cela semble bien indiquer que le plan autrichien serait d’aller le long de l’Adriatique.

Décidément, le Danemark est à l’ordre du jour. Je reçois ce matin la carte d’un M. Knud Ferlov [1] qu’accompagne un mot de recommandation de Rocheblave. Ce visiteur est un Danois correspondant du plus grand journal de Copenhague, traducteur de Bergson et lauréat et diplômé de nos facultés. Rocheblave me le représente comme un de nos meilleurs partisans lui ayant rendu beaucoup de services au cours de sa mission. Je me suis dit : hier, c’était Wedel-Jarlsberg aujourd’hui, c’est un homme de lettres, allons interviewer cet homme. J’ai trouvé un garçon petit, laid, portant monocle mais fort intelligent. Tu le verras du reste si tu viens au dîner de mercredi, car Rocheblave m’a demandé la permission de l’amener. Ce Knud Ferlov va rester un an en France sur laquelle il prépare un volume. Il voudrait voir Paris, qu’il n’a connu que comme étudiant, et la province. Il voudrait surtout démolir une légende qui commence à s’établir à l’étranger, c’est que la France a fourni un effort admirable mais qu’elle est épuisée en hommes et en ressources, que l’après-guerre sera pour elle désastreuse et qu’elle sera incapable de se relever. Les usines, perdant leur personnel italien ou espagnol, s’arrêteront et la terre n’aura plus de bras pour être cultivée. J’essaie de lui démontrer l’inanité de ces propos et qu’il aura bien peu de peine à se rendre compte au contraire de l’extrême vitalité de la France.

Quand nous avons ainsi parlé de notre pays, il me dit qu’il avait eu le grand désir de me voir et qu’il voudrait aussi causer avec Gauvain du Danemark. Depuis qu’il est à Paris, il a constaté, même chez des gens autrefois très sympathiques à sa patrie, la plus grande méfiance. Même l’article de Rocheblave dans La Revue porte trace de cette méfiance. C’est un peu de sa faute car il appartient au parti nationaliste danois, et en pilotant notre collaborateur, il lui a sans doute un peu trop montré les rivalités du parti et ceci n’est pas article d’exportation. Il est navré de voir que cette méfiance qui se traduit par des mesures désolantes va affermir les germanophiles dans leurs idées et rallier à l’Allemagne ceux à qui elle fournira ce qui manque. En Danemark (du reste je te l’ai naguère écrit) [2], c’est le parti socialiste qui est germanophile, et quand il verra que c’est l’Allemagne qui fournira le charbon et toutes les autres denrées, il aura beau jeu pour rendre sa campagne fructueuse. Il faudrait, dit-il, que j’explique tout cela à M. Gauvain ainsi que le rôle important joué chez nous par la question du Schleswig, question que nous ne pouvons pas poser nettement en ce moment mais qui peut être développée ici à Paris. À l’heure actuelle, on plébisciterait que le Schleswig [3] demanderait en entier son retour au Danemark. Mme de Quirielle (Jacques de Coussange) a traité le sujet avec beaucoup de savoir et d’à-propos.

J’ai eu la visite d’un ingénieur des Ponts et Chaussées dont la carrière s’est faite aux colonies et qui depuis la guerre est mobilisé parmi les cheminots avec je ne sais quelles fonctions d’inspection. C’est un garçon très intelligent qui se nomme Jullidière [4]. Nous causons de la situation si inquiétante. Pour lui, cela ne fait pas l’ombre d’un doute, l’Allemagne sera battue et archibattue, elle l’est déjà, il ne voit tout de même pas la fin de la guerre en 1918, c’est en 1919 que nous serons enfin vainqueurs. Malgré moi, je pense aux prévisions en circulation à l’étranger sur l’avenir français…

As-tu lu l’article du Temps d’hier sur la Russie ? Berthelot est arrivé à ses fins avec Jean Herbette. Il trouve le moyen de flatter Lénine [5] et consorts. Toujours le même système que nous voyons appliquer depuis le début de la guerre. Chercher à ramener à nous des ennemis qui ont lié partie avec l’Allemagne. Dieu sait où le système en question nous a mené.

Nous avons ménagé la Turquie, ménagé la Bulgarie, ménagé le roi de Grèce, et Berthelot trouve que ce n’est pas assez, il faut maintenant ménager bolcheviki et maximalistes ! Ils sont donc aveugles ou fous, ces soi-disant diplomates, incorrigibles en tout cas.

Ton

Et

 

À l’actif de Berthelot, encore quelque chose de propre, la mission Doumergue en Russie, et le déclenchement roumain.

[1] Knud Ferlov. Danois. Journaliste. Écrivain, traducteur d’Henri Bergson et de Sören Kierkegaard.

[2] Cf. lettre du 25 novembre 1917.

[3] Le duché de Schleswig est propriété personnelle du roi de Danemark, ainsi que celui de Holstein, depuis 1460. Lors de la guerre austro-prussienne en 1866, la Prusse victorieuse annexe les duchés. Ils sont rendus en 1920 au Danemark.

[4] René Jullidière (1861-19). Ingénieur des Ponts et Chaussées à la retraite depuis 1914.

[5] Vladimir Illitch Lénine (1870-1924). Il est alors président du Conseil des commissaires du peuple et fait signer avec l’Allemagne la paix de Brest-Litovsk.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.