25 novembre 1917

25 novembre 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Mon pensum devait être long mais il est bien tard. Les princes sortent d’ici. Ils ont été comme toujours très simples et cordiaux. Je trouve même que, depuis ces trois années de guerre, ils se sont beaucoup affermis. L’aîné, Sixte, a pris de l’autorité et le second du charme. Ils sont assez au courant des choses parisiennes et parlent de nos affaires avec bon sens et assez de jugement. Évidemment, Ribot ne leur plaît guère, mais ils ont laissé leur entourage en parler sans charger la note. Tu te rappelles que Ribot ne les a pas reçus dans le moment psychologique. Ils auraient pu manifester de la rancune, ils ne l’ont pas fait, ce qui est une bonne indication de leur tact. Il y avait avec eux l’excellent Charles Salomon et Manteyer pour qui ils ont une véritable affection.

Nous avons relativement peu parlé de politique extérieure. Cependant, j’ai eu après le dîner une bonne demi-heure de conversation avec Sixte. J’ai retenu de cet entretien que, malgré les victoires actuelles, on n’était pas grisé et qu’on voyait le revers de la médaille. Il m’a parlé de son beau-frère et du désir de ce dernier de rompre avec l’ancienne politique de la famille. Le droit des peuples lui paraît le point à satisfaire. J’ai cru comprendre à demi-mot qu’on ne chercherait pas à pousser trop avant en Italie, mais que sans doute on chercherait avantage du côté de Valona et que sans beaucoup de peine on abandonnerait le Trentin. C’est inimaginable que nos gouvernants n’aient pas voulu causer avec ces jeunes gens. Que pouvait-il en résulter ? Si rien de bien, en tout cas rien de mauvais et nous n’aurions pas passé pour des mufles.

Comme, au moment de leur départ, je les reconduisais jusqu’à la porte d’entrée, Sixte me dit encore : Je sais que vous avez écouté Manteyer d’une façon très bienveillante, croyez bien que dans tout ceci je n’ai eu en vue que le bien de la France et que c’est là mon seul but. Peut-être une occasion se présentera-t-elle de nouveau et je désire que vous sachiez que chez moi tout sera pour la France.

À la politique de Gauvain, Sixte ne fit qu’une allusion avant de nous mettre à table : Il y a dans votre voisinage, me dit-il, 19 rue Oudinot, un officier serbe avec qui Gauvain serait heureux de causer. C’est un héroïque soldat. Il se vante d’avoir apporté une bombe à Sarajevo. Ceci dit sur le ton blagueur et bon enfant, mais une satire à l’égard de notre politique ultra Sixte. Je lui ai répondu fort gentiment mais de façon à clore la discussion.

Hier au soir, conversation avec le baron de Wedel. Il me parle du Blocus et me dit que l’attitude de Métin fut un vrai scandale. Tant que Jonnart ne fut ministre que de nom, Métin eut la prétention de rester et de traiter les affaires. C’est lui que les ministres neutres trouvaient au ministère alors qu’il n’avait aucun pouvoir. Évidemment, ces socialistes collent à leur cabinet, tu te rappelles ce que je t’écrivais du départ de Thomas.

Puis alors, Wedel me dit assez solennellement : Mon cher ami, je vous assure, je crois qu’ici on est fou. Je ne parle pas pour la Norvège, nous avons une situation privilégiée, mais pour les Scandinaves en général. Pourquoi veut-on absolument jeter le Danemark dans les bras de l’Allemagne. Il y sera obligé, la Suède aussi, malgré le revirement qui s’est produit dans ses sentiments. C’est à cela qu’on arrive en refusant au Danemark et à la Suède les objets de première nécessité. Dites-le tant que vous le pourrez, on fait en ce moment une politique de folie.

Amitiés.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.