24 novembre 1917

24 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je t’avais laissé hier sur une conversation au dîner de l’Union. Il me revient certains détails de cette parlotte. Quelqu’un demandait à Delavaud si on recevait des dépêches officielles de Pétrograd [1]. Peu, a répondu le ministre plénipotentiaire, et d’une façon intermittente. Du reste, a-t-il ajouté, Noulens est un homme qui ne télégraphie pas ou presque pas. Même avant la révolution maximaliste, nous ne recevions presque aucune dépêche de notre ambassadeur, ce qui a fait accuser les ministres des Affaires étrangères par la commission de la Chambre de savoir beaucoup de choses et de tout cacher. Aussi, devant cette accusation, Barthou prit le dossier entier et en donna lecture à la commission. En le refermant, il dit : Voici comment un ambassadeur de la République française informe son gouvernement. Le lendemain, tous les journaux félicitaient Barthou de sa franchise. La moralité fut inattendue, Barthou disparut mais Noulens, expression diplomatique de notre Parlement, resta.

– Du reste, dit Vauvineux, c’est Caillault, là-bas, qui fait tout.

– Même matériellement, dit Delavaud.

On parlait ensuite de la démission de Jonnart. J’appris à Delavaud, qui est directeur au Blocus [2], que ce serait sans doute Lebrun. Ce dernier était venu causer avec Jonnart qui n’avait pu tirer de cet homme politique ni un refus ni une acceptation.

Je m’explique alors, reprend Delavaud, pourquoi Lebrun m’a téléphoné en m’annonçant tout simplement sa visite pour le lendemain. Je lui avais offert de lui éviter le dérangement, mais il m’a répondu qu’il tenait à venir, ce sera donc comme ministre.

Je lui décris le caractère de Lebrun, tout à fait aboulique. Aux Colonies, ce fut pitoyable, cela recommencera au Blocus.

Delavaud s’en montre désolé car Métin était déjà comme cela. Il me cite le fait suivant : Vesnitch s’était plaint avec vivacité qu’une chose promise en septembre n’était pas encore faite fin octobre. Delavaud soutenait que cela avait été exécuté. Il eut la clef de l’énigme car dans les papiers qui lui furent remis au moment du départ de Métin, il retrouva sa lettre datée des premiers jours de septembre, mais non signée. Étonnons-nous après cela qu’une pièce qui, faite au premier étage, doit être signée au deuxième dans une direction de ministère, mette quinze jours à sortir !

Tu connais mes aventures avec Degouy, tu vas voir qu’il était temps. Franklin m’a avisé qu’il avait reçu une délégation des membres du comité de propagande anglo-saxonne, dont Adam du Times, et quelques autres. Ces messieurs craignaient de me froisser et se sont adressés à ce brave Franklin pour qu’il en cause avec moi, se réservant de faire auprès de moi une démarche ultérieure. Il s’agissait de la mauvaise impression causée en Angleterre par les articles de Degouy et son obstination à vouloir faire engager la flotte dans la Baltique. L’amiral Degouy, disaient-ils, peut écrire tous les articles qu’il voudra dans les différents journaux où il collabore, cela n’a aucune importance, mais ils estiment que ses campagnes dans les Débats, très lus et peut-être les mieux suivis de la presse française par leurs compatriotes, avaient ému le gouvernement anglais qui cependant ne pouvait croire que Le Journal se solidarisait avec son rédacteur.

Franklin a pu répondre que Le Journal avait rompu, et cela plusieurs jours avant cette démarche, et précisément sur la question de la Baltique. Ils se sont retirés enchantés.

Il faut noter que cependant je n’avais jamais laissé Degouy dire grand-chose sur la question, je ne supportais guère que des allusions. Il paraît que quelques mots chez nous ont plus d’importance que de longs articles ailleurs. Mais c’est égal, cet amiral aurait pu nous faire grand tort.

À toi.

Et

[1] Le gouvernement soviétique commence la publication des traités secrets signés par le gouvernement impérial.

[2] Louis Delavaud (1860-1924). Diplomate, il est directeur des services du Blocus de l’Allemagne depuis le 23 juin 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.