23 novembre 1917

23 novembre 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

D’une conversation avec des gens de l’entourage de Clemenceau, mon rédacteur attaché à la présidence du Conseil retire que le vieux Tigre commence déjà à être très fatigué. Il est de plus excessivement inquiet de ce qui se passe en Russie et des répercussions que ces événements peuvent avoir ici. De plus, il est préoccupé du commandement de nos troupes en Italie où nos généraux paraissent bafouiller et ne pas savoir que faire. Tout cela l’accable en même temps que les choses intérieures.

À midi, j’ai été appelé chez Jonnart [1] par téléphone. Il voulait me parler avant le déjeuner. Je m’y suis donc rendu et l’ai trouvé couché, ne remuant que très difficilement. Il voulait m’expliquer dans quelles conditions il était entré. C’est à peu de chose près ce que je t’ai raconté déjà. Il s’est décidé à collaborer au cabinet Clemenceau surtout en présence de la violente campagne faite par Caillaux et ses amis pour faire échouer la combinaison. Cette campagne est allée jusqu’à faire menacer le président de la République par la CGT. C’est une confirmation de la démarche que je t’avais signalée. Jonnart avait accepté aussi parce que, depuis longtemps, il demandait un ministère des Régions libérées et qu’il voulait en organiser les services. Il est tombé malade et n’a pu prendre possession de ses services. Ceux-ci demandent à être organisés immédiatement et Jonnart a prié Clemenceau de le remplacer. Le président du Conseil est venu le voir, a vu les médecins, mais il a bien fallu s’incliner. Ce que redoutait le sénateur, c’était qu’on puisse croire qu’il désertait. Il me priait de faire une note pour les journaux lorsque la chose officielle paraîtrait. C’est ce que j’ai fait et j’ai rédigé un papier qui sans doute passera demain dans la presse du matin.

J’ai été stupéfait ce soir de voir que Le Temps approuve l’affaire de la Haute Cour et la séance d’hier. Faut-il tout de même qu’il ait des attaches avec tout ce monde-là. On veut ravir ces bonshommes à la justice. La Chambre le sent tellement qu’elle ne veut pas en prendre la responsabilité. Du reste, Jonnart, dans la conversation ce matin, m’a raconté de bien curieuses histoires sur l’équipe du Temps, Lautier et consorts embarqués dans une foule de voleries d’États pour lesquelles on fait pression sur nos représentants. Habilement, ils commencent par mettre le président de la République dans leur jeu, puis font chanter les ministres. Une de ces voleries notamment s’exerça au détriment de la Russie. Jonnart la connut parce que ces messieurs vinrent le trouver pendant son ministère. Une autre est plus cocasse, je vais te la raconter confidentiellement parce qu’elle est bien évocatrice de nos mœurs politiques.

Le Suez faisait exécuter un gros travail. La soumission fit échoir l’entreprise à un des plus gros entrepreneurs d’Italie. Il s’agissait d’une jetée de cinq kilomètres. Cet entrepreneur travaillait pour le Suez depuis déjà plus de vingt ans. La construction de cette jetée, avec les conditions actuelles, devenait pour cet homme une chose impossible. Il fallait ou qu’il sautât ou que le contrat fût modifié. Il présenta ses réclamations au Suez, puis vint solliciter l’appui de Barrère. Ce dernier dit à l’entrepreneur : Mais le président du Suez est un homme politique français, c’est M. Jonnart. Le connaissez-vous ? – Pas beaucoup, répond l’Italien, je l’ai vu une ou deux fois. – Eh bien, reprend l’ambassadeur, les choses sont tout ce qu’il y a de plus facile, je vais vous donner un mot pour un journaliste très influent, Lautier, du Temps, et vous irez avec lui trouver M. Jonnart. Il est probable que vous serez entendu. En effet, l’entrepreneur arriva chez Jonnart flanqué de Lautier. Jonnart dit qu’il les reçut poliment mais qu’il pria l’Italien de revenir causer un autre jour et seul.

Lorsque l’homme revint, Jonnart lui demanda comment il se faisait que, travaillant pour la compagnie depuis vingt ans, il ait cru nécessaire de se faire accompagner chez lui par un journaliste et, évidemment, perdre une commission sur les avantages qu’il pourrait obtenir. L’entrepreneur avoua que c’était Barrère qui lui en avait donné le conseil et qu’en effet Lautier devait toucher la commission.

Rien que ce fait éclaire assez bien les négociations de l’ambassadeur de France à Rome. Tu penses si, après un pareil rabattage, les articles doivent être lyriques sur la diplomatie de notre représentant.

Tu sais que le correspondant romain du grand organe officieux de la République française est Jean Carrère et à quels arguments celui-ci obéit…

Petit dîner ce soir à l’Union offert par Vauvineux en l’honneur de Boppe. Il y eut quelques défaillances parmi les convives annoncés, mais Geoffray, Delavaud, Gauvain, Kergorlay étaient là. L’ami Geoffray nous a fait une assez jolie démonstration de la question du change avec l’Espagne, question que le pauvre Thierry croit pouvoir régler. Chacun des fonctionnaires présents nous a mis au courant des incohérences de son département, c’est absolument fantastique de routine et de nonchalance.

[1] Ministre du Blocus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.