22 novembre 1917

22 novembre 1917

 

Voici les actes qui commencent. Hudelo saute, le directeur de la Sûreté aussi, mais on nous interdit d’en parler. Déjà des noms de successeurs circulent : Schrameck, Autrand, Lutaud. Si ces noms étaient réellement agités, nous pourrions dire que les folies commencent. Hudelo serait renvoyé pour avoir fait de la démagogie dans ses services ? S’il est remplacé par Schrameck, que dira L’Action française, un Juif à la tête de la préfecture de police. Si c’est Lutaud qui lui succède, ce sera un choix bien mauvais aussi. Le gouverneur de l’Algérie est absolument dénué de scrupules. Politicien en diable, il fut l’homme à poigne dans les élections et se fit ainsi apprécier des gouvernements Combes ou autres qui l’employaient. C’est l’homme qui, pour perdre un adversaire, n’hésiterait devant aucun moyen, même le plus méprisable. On ne peut lui nier de l’intelligence et de la résolution. Il circule sur lui des histoires de mœurs qui se sont déroulées à Bordeaux et qui ont failli amener un gros scandale. Il s’agissait, je crois, de fruits un peu verts. Beaucoup de gens prétendent qu’il s’est un peu assagi, mais en Algérie il n’a guère amélioré ce qu’avait fait Jonnart. Il a plutôt détruit ce que l’on avait si laborieusement constitué. Sa brutalité dans la levée des troupes fut la cause d’insubordinations et d’émeutes qui coûtèrent la vie à beaucoup de monde.

Je ne sais pas quelle est la vraie raison qui fait fendre l’oreille à Hudelo. Il est certain qu’il fut nommé par Malvy et Leymarie. Peut-être y a-t-il quelque chose qui rend sa présence suspecte.

Autrand ne serait peut-être pas un mauvais choix. Paul doit le connaître car il est préfet de Seine-et-Oise.

Pendant que j’écrivais, on me téléphonait de la Chambre que le successeur de Hudelo serait sans doute Lallemand [1].

Je t’ai dit à peu près tout ce qui m’a été téléphoné au cours de la soirée. Je n’y reviens pas.

Je t’avais quitté hier au soir en te disant que je devais dîner avec Millerand [2]. C’était chez les Wendel où il y avait en plus Marin, Robert Pinot, des Forges, Mme et Melle Argyropoulos (les deux dames qui étaient parties pour Salonique dès le début) mère et sœur du préfet de la ville, plus les jeunes femmes de la famille. J’allais oublier le père Guérin. Marin, avec qui j’ai fait le trajet en métro, m’a expliqué tout le plan des opérations anglaises, de sorte que les belles nouvelles que je lui annonce ne l’étonnent pas du tout, il les attendait. Étant allé au front anglais, on lui avait montré ce qu’on allait faire dans cette région [3]. Les Anglais lui avaient prouvé qu’on ne pouvait rien dans les dunes en coopération avec la flotte à cause de ci et de ça (je note en passant que Degouy prétend dur comme fer que cette coopération est possible. Degouy est un esprit aussi juste que celui de notre ami Marin). On ne pouvait rien non plus dans la seconde zone à cause des canaux et de l’eau. Restait donc la troisième où l’action devait commencer, et c’est ce que nous avons vu avant-hier. Je ne te dirai pas la suite des opérations, mais il paraît que les Allemands ont écrit dans leurs journaux qu’ils ne pourraient pas y résister. Cela m’étonne un peu. J’avais espéré pouvoir un peu causer avec Millerand et lui faire dire sa pensée. Il m’a surtout questionné. Cependant, j’ai recueilli une phrase qui prend une valeur singulière dans sa bouche : « Il serait, je crois, grand temps que ça finisse ». Il en veut un peu à Gauvain d’avoir critiqué la nomination d’un généralissime unique. Il attribue cela au désir de notre collaborateur de n’avoir pas voulu nuire à Lloyd George. Je lui réponds que Gauvain a causé avec Lloyd George la veille de son départ et que peut-être il y avait eu trace de cette conversation dans son article. Mais Gauvain a des raisons sérieuses de soutenir cette thèse. Je raconte ce matin à notre rédacteur cette petite critique. Il me dit tous les inconvénients qu’il voit à l’établissement de ce généralissime. Théoriquement, me dit-il, c’est la vérité, pratiquement c’est impossible. Quel est le gouvernement qui acceptera de faire commander ses armées par un étranger qui ne comprendra même pas leur langue ? Et si le généralissime choisi ne réussit pas, qui le remplacera ? Par qui sera-t-il remplacé ? Évidemment il y a une foule de problèmes qui trouvent leur solution chez les Allemands qui n’ont à faire qu’avec de simples vassaux, mais chez les Alliés ! Là encore, je crois bien que Gauvain a raison.

Quant au bon Guérin, il est intéressant comme toujours, mais le pape lui tient trop à cœur. Il avait caressé l’idée d’être envoyé à Rome, en quelque sorte comme un ambassadeur occulte. Je crains bien qu’aujourd’hui sa lettre n’ait rendu cet espoir chimérique. Le pape a déclaré qu’il ne le recevrait plus.

J’ai eu alors la note catholique ultra avec René Bazin. Il voulait me demander qui était M. Guérin car il avait correspondu avec lui, mais j’ai compris qu’il se méfiait et que cet homme qui osait dire franchement les choses au Saint-Père avait quelque relent de fagot.

René Bazin défend le pape qui aime la France, qui a été trompé plusieurs fois et qui ne sait qui croire. J’essaie de lui faire comprendre le sinistre chemin qu’a fait la note pontificale et l’influence déplorable qu’elle a eue sur l’armée. Il ne veut pas en croire un mot, le bon Bazin. Je l’engage vivement à causer avec Guérin. Même s’il n’est pas tout à fait de votre avis, lui dis-je, il est très bon que vous l’entendiez sur ce qu’il a vu en Allemagne, de même que vous l’éclairerez sur l’opinion des catholiques français.

Guérin lui dira qu’il a des illusions, et comme notre académicien ne voudra pas les perdre, il dira que Guérin, pour être allé seul Français en Bochie, est resté lui-même un peu Boche… Évidemment.

Puis il reprendra sa plume et continuera à nous faire ses beaux articles de L’Écho de Paris où les vues les plus profondes s’allient au jugement le plus sûr.

Le jeune Maugras[4], secrétaire à la légation de Copenhague, est rentré hier ou avant-hier. Je ne l’ai pas encore vu mais je sais par son père qu’économiquement les Allemands souffrent moins depuis deux ou trois mois. La Suède, la Norvège et le Danemark n’ayant plus rien pour nourrir leur bétail, le vendent à tour de bras à l’Allemagne.

Your’s.

Et

 

Une femme de peu qui est venue me voir aujourd’hui prétend que Clemenceau a donné l’ordre d’ouvrir une lettre sur cinq adressées en même temps au même destinataire.

Sais-tu comment Hudelo aurait appris sa disgrâce ? Clemenceau l’aurait fait appeler hier et lui aurait dit de sa petite voix aigrelette : J’ai à vous dire quelque chose qui vous intéresse. – ? – Vous n’êtes plus préfet de Police. Tête. Laurent, lui, l’a appris par l’Officiel.

[1] Charles-Antoine Lallemand (1868-19). Préfet de la Loire (20 octobre 1911-4 décembre 1917). Il devient en fait conseiller d’État en janvier 1918.

[2] Dîner chez François de Wendel : « A dîner à la maison, Millerand, toujours d’une pièce, incapable de faire un frais, bonhomme tout de même. J’avais convié pour lui tenir tête M. Guérin, de Lille, Marin, Nalèche, Pinot et l’équipe Argyropoulos. » François de Wendel, Journal, 21 novembre 1917.

[3] Les Britanniques du général Byng font une offensive surprise en direction de Cambrai. C’est un succès.

[4] Roger Maugras, fils de Gaston Maugras.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.