21 novembre 1917

21 novembre 1917

 

Après le coup de massue que je t’ai appliqué hier, je ne veux pas t’imposer aujourd’hui une nouvelle et aussi fatigante épreuve. Du reste, tout est assez calme autour de nous.

Il y eut hier un incident assez curieux à la Chambre qui m’a été raconté par un spectateur attentif. Lorsque Forgeot [1] parla de Malvy et de Caillaux, ce dernier venait de sortir. On se précipita pour aller le chercher et aussitôt il revint prendre sa place. D’en haut on voyait son crâne pâlir et rougir alternativement. Par deux fois il donna le signal des applaudissements lorsqu’il fut parlé des châtiments en cas de culpabilité. Mais il n’intervint pas.

Clemenceau a déjà commencé à agir en maître avec ses ministres. Nous le tenons de la bouche d’un de ceux-ci. Il distribue des ordres, commande l’un pour la Chambre, l’autre pour le Sénat et tous viennent prendre les ordres. Ce n’est du reste pas un mal.

On m’a murmuré dans l’oreille ce matin que très probablement on allait demander l’autorisation d’entamer des poursuites contre Charles Humbert en raison des affaires de La Gazette de Biarritz. Si je m’en souviens bien, et j’ai dû te le noter [2], il s’agissait d’une campagne anti-boche entreprise par un rédacteur de la feuille locale. Le Journal intervint et persuada le journaliste de l’inutilité d’une campagne dans une feuille aussi peu répandue, tandis que la même campagne faite dans Le Journal aurait une tout autre répercussion. L’homme signa un beau traité par lequel il toucherait des honoraires mensuels et enverrait ses articles au Journal. Les honoraires ont été régulièrement payés mais les articles n’ont jamais paru. On se demande pourquoi, et le but serait d’arriver à le savoir. Tel serait le fait, mais je ne te garantis pas les détails.

Un mot du neveu d’Italie me montre que nos troupes sont loin d’être reçues avec l’enthousiasme que l’on nous décrit officiellement. C’est la deuxième fois que j’entends ce son de cloche de la part de gens sérieux. Brinon ne me dit du reste que deux mots pour m’avertir qu’il est arrivé et me donner son adresse.

Un joli mot d’Italien. Le célèbre Florio a dit à un garçon dont tu connais le nom sans doute car il est parent de Corbin, Richard : Les affaires de l’Italie ne sont pas si mauvaises que cela, un piccolo tradimento et nous serions maîtres de la Méditerranée. Ils sont bien capables de le faire, le piccolo tradimento.

De plus, entre nous, et ceci naturellement tout à fait pour toi, ce jeune Richard a un drôle de rôle. Il fait la liaison entre la censure et l’ambassade d’Italie. Traduis cela par : Information auprès de la censure sur toutes les dépêches et leur communication à l’ambassade, puis imposition à la censure de toutes les mesures d’étouffement au gré de l’ambassade. C’est encore un bon produit de la Maison de la Presse qui l’avait envoyé en Italie pour réaliser ce que l’on appelait l’unité de la censure italienne et française. Ce qui, en termes clairs, veut dire subordination complète de la censure française à la censure italienne.

À toi.

Et

 

Je dîne ce soir avec Millerand. Si je peux causer un peu, je te le dirai demain.

[1] Pierre Forgeot (1888-1956). Homme politique. Député gauche démocratique puis républicain socialiste de la Marne (1914-1924 ; 1928-1936).

[2] Cf. lettre du 7 octobre 1917 concernant l’affaire Lenoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.