11 novembre 1917

Ce que je te dis plus loin sur les divisions allemandes retirées du front russe n’est pas du tout officiel, ce sont plutôt des présomptions.

 

 

 

11 novembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Tu sais à peu près tout ce que Fernand de Brinon m’a dit hier, je ne t’en reparlerai pas, mais la conversation s’est continuée avec les deux autres personnages que je t’avais annoncés pour le déjeuner, et l’impression que je retire de notre réunion est détestable. Je crois qu’au cours de ces trois années, à part les tout premiers mois, jamais la situation n’a été plus mauvaise et jamais, pour y faire face, la faiblesse des gouvernements ne fut plus éclatante.

Si j’ai bien compris ce qui s’est dit, nous sommes à l’heure actuelle sérieusement menacés d’une tentative allemande par la Suisse. Douze divisions seraient ramenées de Russie à cet effet, et si ce n’est pas par la Suisse ce sera sur un point du front occidental. De plus, d’ici à un mois et demi, notre armée de Salonique aura à faire face à une offensive bulgare. Ceci n’a pas empêché le ministre et Lloyd George de se faire rouler par les Italiens ainsi que le démontre le communiqué grotesque de ce matin. Barrère n’a cessé de trouver les forces envoyées à l’Italie insuffisantes et ne veut pas tenir compte de la pénurie de nos effectifs.

Il nous faut en plus envoyer à Salonique des renforts pour notre armée d’Orient, et un de ceux qui étaient là ce matin, et qui a dû passer en revue toutes nos disponibilités, prétend que la situation est lamentable. Comme il a suivi Sarrail depuis le début et qu’il voit ses télégrammes de chaque jour, il ne craint pas de dire sur lui des mots assez durs. Du reste, Painlevé prétend que les Anglais vont évacuer car leur position sous la pression ennemie ne leur permettrait pas de se tirer, tandis que les troupes françaises pourraient à la rigueur s’échapper par la Thessalie.

Je te parlais du communiqué grotesque de Painlevé. Le factum semble en effet écrit bien plus pour une apologie que pour ce qui vient d’être établi et qui restera une chose tout à fait hybride. Je regrette un peu l’article de Gauvain d’hier ou plutôt la partie concernant la nouvelle création. Si j’en avais connu les détails, je n’aurais certainement pas laissé les Débats débuter par une sorte d’éloge sur les mesures prises.

Tout cela n’est pas gai, mon pauvre vieux, espérons que nous en sortirons tout de même. Malgré tout, je ne puis m’empêcher de faire un rapprochement entre le processus de l’Entente et celui du malade dont la courbe varie de jour en jour avec des alternatives de haut et de bas. Quand elle descend, c’est toujours de quelques points au-dessous du degré précédent, quand elle remonte, c’est aussi toujours un peu en dessous du point maximum. Du faisceau de l’Entente qui naguère était lié vigoureusement, voici que chaque jour se détachent des unités, Roumanie, Russie, Italie. Si l’on abandonne Salonique, la Grèce sera livrée aux ennemis. Enfin !

J’étais dans cet état d’esprit plutôt chagrin cet après-midi lorsque René Bazin est venu me voir. C’est l’optimisme extraordinaire. Je lui ai versé des flots de pessimisme pour qu’au moins il arrive à en dire quelque chose à L’Écho de Paris et que, dans ce journal, on veuille bien ouvrir les yeux à la réalité. J’ai compris que Bazin m’en voulait de cette sortie. Il m’a parlé en dernier ressort du concours américain. Je lui ai prouvé chiffres à l’appui que l’Amérique c’était mille hommes par jour, soit trois cent soixante mille par an si nous plaçons les choses à la perfection. Il a été très étonné. Tout cela ne l’a pas convaincu car il est parti en répondant à ce que je lui disais de l’Alsace-Lorraine par ces mots d’un mysticisme admirable mais qui ne vaut pas tout de même de bons canons et de gros effectifs : « Je ne crois pas que Dieu permette que notre pays ne sorte pas victorieux de cette lutte, et je m’en remets à Lui du succès de notre cause. » J’ai répondu – Amen – et je lui ai donné rendez-vous à notre prochain dîner où il compte venir. C’est égal, quelle belle réputation il va me faire dans les milieux héroïques.

Pour changer de sujet et en aborder un moins pénible, laisse-moi te raconter deux ou trois anecdotes concernant Joffre et qui sont dites par son officier d’ordonnance, celui qui l’a accompagné en Amérique et qui est resté auprès de lui à l’heure actuelle, François de Tessan lequel ne se doute pas de la puissance de ces petites histoires et du jour étonnant dont elles éclairent la physionomie du maréchal. Je commence.

Ces jours-ci, l’éditeur Conard [1] écrit au maréchal lui demandant de donner à une nouvelle édition de Montaigne qu’il prépare le nom d’ « Édition maréchal Joffre » car il a appris que c’était le livre préféré du généralissime, et qu’en raison de cette prédilection…, etc.

Le maréchal dit à François de Tessan : Mon bon ami, je ne sais pas ce qu’ils ont tous à me parler de Montaigne. Savez-vous pourquoi ?

– Mon Dieu, Monsieur le Maréchal, c’est que sans doute c’était la lecture de beaucoup de grands capitaines.

– Peut-être, mon ami, mais voulez-vous que je vous dise, je ne l’ai même jamais lu, leur Montaigne. Écrivez-leur tout de même que j’accepte de donner mon nom à la nouvelle édition.

Voilà comment l’éditeur Conard reçut le lendemain une belle lettre du cabinet de Joffre dans laquelle on pouvait lire ceci : Montaigne est en effet le livre de chevet du maréchal qui sera très heureux que la nouvelle édition porte son nom.

Un jour, à un grand dîner en Amérique, dîner officiel, le bon maréchal appelle François de Tessan et lui dit :

– Mon bon ami, je suis ennuyé, j’ai oublié de prendre avant le dîner certaines précautions et voici que maintenant il me faudrait sortir de table, je ne sais comment faire sans inconvenance. C’est un supplice cependant qui ne peut durer.

– C’est bien facile, Monsieur le Maréchal, je vais vous prévenir que vous avez omis de donner un coup de téléphone urgent et vous pourrez vous lever sans que l’on y trouve à redire.

Ainsi fut fait et le maréchal sortit. À la porte il trouva la garde qui, aussitôt, se leva, rendit les honneurs, un général qui la commandait se précipita. Le maréchal, d’un geste, remercia et calma tout le monde, fit quelques pas et, tout à coup, on entendit une épouvantable détonation ; M. le Maréchal s’était soulagé. Dans son bonheur de cette délivrance, il oublia totalement que son excuse avait été le téléphone et, radieux, il rentra et reprit sa place dans la salle du festin.

Dans toutes les grandes villes où l’on passait, on recevait la mission et on s’appliquait à organiser le protocole le plus soigné. Les milliardaires qui recevaient le maréchal disposaient pour l’arrivée des autos tout un monde de serviteurs, de majordomes, de porte-flambeaux pour le recevoir dès l’entrée. Mais notre homme a une habitude, c’est, aussitôt arrivé, de demander où sont les WC. Il n’y manquait pas et tout le protocole était désorganisé.

À Saint-Louis, un milliardaire s’était ingénié à faire mieux que les autres et il avait trouvé ce raffinement. Il avait un orgue dans le palais où il logeait la mission. Il fit venir des artistes et leur donna les instructions de jouer pendant tout le séjour du maréchal. Lorsque celui-ci entrerait, ce serait une marche triomphale. La nuit, les sons seraient doux et voilés, et au matin, on réveillerait nos compatriotes avec quelque chose comme le gazouillis des oiseaux. Tout alla bien au début. La mission rentra vers minuit, marche triomphale. Après, harmonie plus douce. Mais au milieu de la nuit, on entend un concert d’imprécations. Tout le monde sort dans son costume de nuit, le maréchal entr’ouvre sa porte et montre son épaisse silhouette un peu burlesque, on aperçoit Viviani en pyjama qui tempête et vocifère : Nous sommes donc dans une maison de fous. Impossible de dormir. Les serviteurs accourent, lui disent que c’est un artiste qui a ordre de jouer. Viviani fait venir l’artiste, lui flanque l’abattage le plus grossier et tout le monde rentre dans sa chambre.

Joffre adorait les petits cadeaux qu’on lui faisait et il en pleuvait. Mais un jour, une femme avait voulu se précipiter sur son passage pour lui remettre un présent. La garde écarta cette importune. La scène n’avait pas échappé au maréchal qui dit à François de Tessan : « La police est d’une brutalité extraordinaire. Elle a écarté cette femme qui voulait m’offrir un objet, j’ai bien cru voir que c’était en or, c’était peut-être un porte-crayon ou quelque chose comme cela. Il faudra dire à la police qu’elle mette un peu plus de douceur dans son service. »

Gillette [2], le rasoir, avait demandé à notre Joffre de lui signer une attestation, et lui avait promis en revanche de lui donner un gillette en or avec un rubis. Jusqu’à ces tout derniers jours l’objet n’était pas arrivé, et Joffre dit à François de Tessan : « Mon ami, ce Gillette est un farceur, je n’ai pas encore reçu son rasoir. Il faudrait lui demander tout de même ce que ça devient. » Sur ces entrefaites, le gillette arriva et le père Joffre fut content.

La dernière lettre authentique de Joffre à sa femme avant son retour :

 » Ma chère,

Je te rapporte des tas de bonnes choses. Tendrement à toi. »

Et

[1] Louis Conard. Libraire. Éditeur, il dirige les éditions Conard qui portent son nom. 6, place de la Madeleine, Paris, VIIIe.

[2] King Camp Gillette (1855-1932). Canadien d’origine française devenu Américain. Fondateur de l’entreprise de rasoirs Gillette Safety Company à Boston (1902). Inventeur du rasoir à lame jetable fabriqué en 1903, breveté en 1904. Il fournit, pendant la Première Guerre mondiale, 3,5 millions de rasoirs et 36 millions de lames à l’armée américaine.


1 réflexion sur « 11 novembre 1917 »

  1. Duffet

    François de Tessan restera toujours très proche de Joffre : aux archives de Vincennes , le manuscrit, compte-rendu de cette mission est rédigé entièrement par Tessan qui journaliste par ses connaissances des États-Unis, et contacts des milieux franco-Américains et des dirigeants politiques US, a pu contribuer grandement à l’acceptation et recrutement de troupes Us dans la Grande Guerre.
    A l’exposition de dons américains de France-Amerique, C’est Gabriel Hanotaux de l’Académie française qui « donne lecture d’un exposé très documenté du voyage fait par le lieutenant de Tessan » qui sera publié sous l’intitulé Notes d’un témoin, Les Grands Jours de France en Amérique, Mission Viviani-Joffre (Avril-Mai 1917).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.